équi-vod

Fiche consultée 20805 fois.

Partager

L'alimentation du poulain au sevrage

Niveau de technicité : 

Auteurs:  C. Trillaud Geyl, P. Doligez

Novembre 2014

Vidéo : Journée de la Recherche équine 2016

La séparation maternelle constitue une étape décisive sur le plan psychologique et comportemental, le sevrage à ce titre peut induire un stress important impliquant une perte d'état potentielle, des vocalisations accrues, voire de l'agressivité et des tétées redirigées. Des comportements anormaux (voir stéréotypies) peuvent également y être associés.

L'alimentation du poulain au moment du sevrage est importante puisqu'elle constitue souvent le facteur limitant de l'expression du potentiel de croissance à cette période (voir croissance et développement du poulain).  Elle doit être raisonnée car les carences ou déséquilibres alimentaires peuvent compromettre la future carrière du poulain.

Transition alimentaire

 

Le poulain n'est pas un cheval miniature !
 
L'allaitement représente un stade de transition obligatoire avant que se développent les organes et fonctions digestives définitives. Le passage d'un régime lacté vers une alimentation herbivore doit se faire progressivement.

 

La production laitière de la jument couvre généralement les besoins alimentaires du poulain lors des 3 premiers mois. Après le troisième mois, la production laitière décroit, et si la jument ne produit plus suffisamment de lait, il convient alors de complémenter le poulain d'une part pour répondre à ses besoins croissants mais aussi pour préparer le sevrage, période où la sous-alimentation liée au stress est fréquente.

 

En effet à cette période, la capacité d'ingestion du poulain est insuffisante pour compenser une ration alimentaire qui ne serait basée que sur du pâturage. La complémentation avant sevrage permet également d'habituer le poulain à ingérer des concentrés (céréales ou aliment du commerce).  

Apports recommandés pour le poulain au sevrage

Consommation volontaire


L'appétit s'exprime en terme de kg de Matière Sèche (MS) pour 100 kg de Poids Vif (PV). L'appétit ou capacité d'ingestion dépend fortement des besoins énergétiques de l'animal, mais aussi de la digestibilité et de l'appétibilité des aliments.
 
Pour le poulain en croissance, la capacité d'ingestion est de :

  • Pour le poulain de 3-6 mois : 2 à 3,5 kg MS/100g PV
  • Pour le poulain de 6 -12 mois : 1,7 – 2,5 kg MS/100g PV.

Ces valeurs sont très élevées puisqu'elles sont proportionnellement plus importantes que celles nécessaires à un cheval adulte réalisant un travail intense.

 

Les besoins quantitatifs

Voir les Tables INRA (Nutrition et alimentation des chevaux,W. Martin-Rosset- QUAE 2012)

  • entre 0 et 2 mois : 0,039 UFC à 0,044 UFC/kg PV
                4 à 4,5 g de MADC/kg de PV (pour des croissances de 1200 à 1500 g/jour)
  • entre 3 et 6 mois : 0,023 à 0,024  UFC/Kg PV
                2,4 à 2,6 g de MADC/Kg de PV (pour des croissances de 750 à 1000g/j)

  

Les besoins qualitatifs

Protéines
Le poulain a besoin de protéines de qualité. En effet, le cheval est incapable de synthétiser les Acides Aminés Indispensables (AAI). La majeure partie de ces Acides Aminés proviennent de la digestion des aliments dans l'intestin grêle. Dans le gros intestin, une quantité d'Acides Aminés d'origine microbienne est absorbée, bien pourvue en AAI.
Cependant chez le jeune poulain, l'absorption dans le gros intestin est faible, d'où l'importance de l'apport d'AAI extérieurs. La Lysine est un des AAI les plus indispensables.

Besoin en lysine :

  • De 3 à 6 mois : 0,054 % du besoin en MADC
  • De 6 à 12 mois : 0,087 %
  • Au-delà : 0,105 % du besoin en MADC.


Le gain de poids vif est élevé (+18%) lorsque le poulain est complémenté avec 2 kg d'aliment concentré à partir de l'âge de 4 mois. Lorsque l'apport de protéines est constitué de poudre de lait ou de lactosérum comparée à du soja, le gain moyen quotidien est supérieur.

 
Minéraux :

Calcium et Phosphore :

Un déséquilibre du rapport Ca/P restant dans la fourchette de 1,5 à 2 n'aurait pas d'effet sur l'apparition d'ostéochondrose.

Cuivre :

En revanche, un déficit en Cuivre (Cu) est connu comme un facteur favorisant l'apparition de lésions ostéo-articulaires. Le Cuivre intervient dans la synthèse de nombreux tissus (tendons) et conditionne le développement et la résistance de l'os en stimulant la formation de fibres de collagène et le métabolisme osseux.
Les recherches récentes montrent qu'une teneur minimum de 15 ppm (partie par millions) dans la ration est nécessaire, soit 1 mg de Cu/ kg d'aliment sec.
ex : ration totale de 7 kg de MS => 105 mg de Cu.

Chez la jument, dès le 7ème mois de gestation, les besoins de Cu sont de :
32 ppm/kg de ration, soit 32 mg x 12 (kg de MS) = 384 mg de Cu.

Fer :

Besoins en Fer : 50 mg par kg de MSI (Matière Sèche Ingérée).


Zinc : nécessaire à l'ossification, il protège des troubles ostéo-articulaires.
recommandations : 80 à 100 mg/kg soir 560 à 700 mg/animal/jour.
Le rapport Zn/Cu de la ration doit toujours être voisin de 5.

Sélénium : anti-oxydant protégeant les cellules des phénomènes de dégénérescence, il intervient aussi dans l'ossification. Besoin de 0,1 à 0,2 ppm, soit pour un poulain sevré : 1,4 mg/jour/animal.
Attention, les fourrages sont souvent très carencés.

Vit A : besoin de 35000-40000 UI/Animal/jour (UI : unité internationale)
Les carotènes présents dans les fourrages secs sont plutôt mal valorisés par le cheval.

Vit D : Elle intervient dans l'ostéogenèse en stimulant la synthèse des matières protéiques de l'os en favorisant la fixation du calcium. Par contre, l'excès est aussi nuisible que la carence rare chez les chevaux conduits à l'extérieur.

Vit E : Besoin de 20 UI/100 kg de PV soit 50 à 60 UI/Al/jour
La Vit E agit en synergie avec le Sélénium et dans le maintien de l'intégrité musculaire.

Rationnement du poulain au sevrage

Mode de distribution des aliments

 

Selon la vitesse de croissance attendue, la proportion de fourrages/ concentrés sera différente selon la destination du poulain (croissance rapide pour les poulains de course valorisés dès 2ans ou croissance modérée pour les poulains qui seront débourrés vers l'âge de 3 ans : chevaux de sport et loisir).

Au moment du sevrage, il est préférable de garder le même aliment utilisé en complémentation sous la mère. Le concentré pourra alors être modifié en cours d'hiver selon la qualité du fourrage distribué en parallèle.

En pratique

Si le poulain n'a pas été complémenté sous la mère, on distribuera progressivement le concentré en 3 repas à raison de 500 g/repas.
On pourra alors progressivement augmenter les quantités distribuées au cours d'une transition de 10 jours selon l'appétit du poulain en fonction des quantités prévues selon le type de production choisi (croissance optimale ou croissance modérée). Si le poulain n'a pas fini sa ration, ne pas augmenter la quantité de concentré au repas suivant et surtout retirer les refus de la mangeoire à chaque repas.

Le fourrage sera distribué à volonté pour maintenir si possible une ingestion continue pendant 24 heures. Sinon la distribution sera conseillée le matin et le soir : 1/3 le matin, 2/3 le soir car le cheval mange aussi la nuit.

Quantités

 

Concentrés
On peut commencer à complémenter le jeune poulain avec du concentré vers l'âge de 3 - 4 mois en fonction de la lactation et de la qualité du pâturage.
1 à 1,5 kg/poulain/jour peut être distribué au départ, puis on ajoute 0,5 kg/mois d'âge pour arriver à 2,5 à 3 kg au sevrage.

On utilisera un nourrisseur sélectif (empêchant l'accès aux adultes) si les poulains sont à l'extérieur, ou une auge séparée de celles de la mère pour le poulain au boxe.
 
Fourrages
La capacité d'ingestion du poulain au sevrage est encore faible. Les fourrages devront être de qualité (type luzerne) car les quantités ingérées seront encore modérées.
Pour un poulain destiné à être débourré à l'âge de 3 ans, il faudra compter une consommation de 5 à 6 kg brut de foin maximum.

Exemples de rations

Exemple de composition d'un aliment complémentaire concentré pour atteindre les caractéristiques suivantes en lien avec les besoins du poulain qui sont de:
0,93 UFC/ kg brut
170 g MADC/ kg brut

soit
30 % d'avoine
42 % d'orge
25 % de tourteau de soja
3 % de CMV (Complément Minéral Vitaminé) de type (P-Ca) 8-19 ou ayant un rapport Ca/P de rapprochant de 2.

UFC, MADC : voir les besoins alimentaires : généralités

Ration du poulain du sevrage à 12 mois – chevaux de course pour une croissance optimale:


ALIMENT COMPLEMENTAIRE   60 %    5 à 5,5 kg brut
FOIN 40 %                                        3 à 4 kg brut

Vitesse de croissance attendue : 750 g/jour

Ration du poulain du sevrage à 12 mois – chevaux de sport ou loisir pour une croissance modérée:

FOIN 60 %                                      5 à 6 kg brut     ou foin à volonté
ALIMENT COMPLEMENTAIRE 40 %    3 à 3,5 kg brut
(quantités de matières Sèches au total : 7-8 kg)
   

Vitesse de croissance attendue : 450 g/jour

Références bibliographiques

 

  • Le poulain : croissance et développement. E. Doligez et N. Baudoin, Mars 2002. Guide pratique, édition Haras nationaux.
     
  • Nutrition et alimentation des chevaux, nouvelles recommandations de l'INRA. W. Martin-Rosset, Edition QUAE 2012.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"