équi-vod

Fiche consultée 12248 fois.

Partager

Intoxications alimentaires

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteur : L. Marnay, Ifce

Mise à jour : Décembre 2016

 

Les causes d’intoxications alimentaires sont multiples chez le cheval. Cette fiche n’a pas vocation à faire un inventaire exhaustif de toutes les plantes toxiques mais à vous aider : 
      > à éviter les erreurs grossières risquant de nuire à votre animal
      > à vous poser les bonnes questions pour réagir vite dans la recherche de la cause possible d’intoxication, pour permettre la mise en œuvre rapide du traitement adéquat quand il existe.

Plantes toxiques

 

En tout état de cause, que l’intoxication soit brutale et aiguë ou plus insidieuse et chronique, dans chaque cas, « c’est la dose qui fait le poison ». Ainsi, quelques grammes d'if peuvent tuer un cheval alors que pour d'autres poisons, les symptômes se manifestent après une consommation prolongée.

 

En France, une dizaine d’espèces prédominent : prêles, fougères, colchique, if, millepertuis, cytise, robinier et renoncule, mais de nombreuses autres plantes peuvent se révéler toxiques (voir les plantes nuisibles pour le cheval). Les intoxications les plus fréquentes sont liées à l’ingestion de robinier, d’if ou de laurier rose.


A l’état sauvage, le cheval ne consomme pas de plantes toxiques à l’état frais sauf en cas de disette. On observe donc parfois des intoxications en cours d’été (d’autant plus en cas de sécheresse…) ou à l’automne quand les ressources alimentaires des prairies diminuent. Le sud de la France semble ainsi plus à risque que le nord en raison de facteurs climatiques et de la présence de quelques plantes à risques pour les équidés (datura, séneçon, porcelle enracinée, laurier cerise et laurier rose).


Attention : cette liste de plantes toxiques n’est pas exhaustive !
(voir Les plantes nuisibles pour le cheval)

Le cheval domestiqué s’intoxique parfois comme s’il avait «oublié» que certaines plantes étaient non comestibles, mais se trouve parfois également dupé par :

 

  • la mise à disposition de surface restreintes (pré, paddock) où la densité d’espèces dangereuses augmente avec le surpâturage,
  • des traitements des prairies qui modifient l’appétence de certaines plantes toxiques,
  • un changement de région géographique,
  • une contamination du foin qui leur fait consommer des espèces qu’ils auraient boudées sur pied (prêle),
  • la distribution de déchets de taille de haies, souvent constituées d’espèces toxiques (thuya, if, lauriers, buis).


NB : Certaines plantes toxiques fraîches ne le sont plus dans le foin, notamment la plupart des renoncules qui ne sont pas consommées dans les pâtures et contiennent une substance toxique, la protoanémonine, qui se dégrade à la dessiccation. Il n’est néanmoins pas connu de cas d’intoxication grave avec les renoncules.

Champignons, moisissures et conséquences

Tout aliment moisi est dangereux pour le cheval, risquant de provoquer des allergies cutanées, respiratoires (emphysème pulmonaire), oculaires ou digestives, ou des intoxications alimentaires. 
 

Mycotoxicoses 

Les mycotoxines sont des composés chimiques toxiques produits par certains champignons. Ces champignons se développent :

  • avant la récolte (champignons de terrain)
  • après la récolte (champignons de stocks)
  • sur les céréales (particulièrement le maïs, mais aussi l’orge, l’avoine…)
  • sur les fourrages
  • dans des conditions particulières de température, d’humidité et de teneur de l’air en gaz.

La toxicité des mycotoxines dépend notamment de la quantité ingérée. On peut observer des symptômes graves d’intoxication aiguë mais aussi une intoxication chronique dont les symptômes les plus fréquents sont l’apparition de désordres respiratoires, perte d’appétit, diarrhées, fatigue générale ou baisse de performance. Le lien de cause à effets est alors plus difficile à faire.

Les conséquences sont des coliques, des désordres hépatiques, rénaux et des systèmes immunitaire et nerveux, de l’appareil reproducteur, avec une action cancérigène possible.

Le cheval est un animal difficile sur les qualités organoleptiques de sa nourriture : lui faire confiance s’il refuse un aliment, a fortiori si plusieurs chevaux le refusent.

Quelques maladies

La myopathie atypique (ou myoglobinurie atypique) est une maladie atteignant les chevaux au pré, particulièrement les jeunes et les vieux chevaux. Selon l'Equine Veterinary Journal (Votion et al 2013), la myopathie atypique est causée par une toxine contenue dans les graines de l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus).

La maladie de l’herbe (ou grass sickness) est une maladie neurologique dégénérative dont les causes sont actuellement méconnues. Cette maladie est liée à la consommation d’herbe au patûrage dans des conditions particulières et semble associée à la contamination par une neurotoxine.

 

 

Le botulisme est provoqué par la contamination de l’équidé par clostridium botulinum. Cette bactérie tellurique anaérobie produit une toxine botulique très puissante, qui s’attaque au système nerveux des animaux infectés.

Comment limiter les risques ?

 

Fourrages et céréales


Optimiser les conditions de récolte

  • Sélection d’espèces résistantes aux moisissures.
  • Récoltes dans de bonnes conditions écologiques et météorologiques.

 

 

Optimiser les conditions de stockage

  • Nettoyage régulier des installations,
  • Optimisation de la circulation de l’air, ventilation,
  • Stockage des céréales nettoyées en sac polypropylène, à l'abri des rongeurs et de l'humidité,
  • Disposition de palettes sous les fourrages dans les hangars afin d’éviter les remontées d'humidité du sol par capillarité.

 

Eau de boisson

Les abreuvoirs des chevaux en box sont souvent reliés au réseau d’eau potable.

Néanmoins, pour les chevaux d’élevage, l’abreuvement est potentiellement assuré par des puits, forages voire parfois des eaux superficielles (ruisseaux et mares) facilement contaminés. 

 

Outre une odeur ou un goût pouvant parfois limiter la consommation d’eau, nitrates, accumulation de métaux lourds, déséquilibre minéral, proliférations microbiennes se produisent parfois et risquent de provoquer des affections plus ou moins graves. Ainsi, toute pathologie non résolue doit conduire à une analyse de l’eau.

 

La leptospirose, notamment, peut être contractée par les chevaux buvant une eau contaminée.

et …

D’autres sources d’intoxication sont à surveiller :

  • Additifs alimentaires toxiques pour les chevaux : ils peuvent être incorporés par erreur dans des chaînes de fabrication de granulés (car elles sont également souvent utilisés pour  produire des aliments destinés à d’autres espèces). Il arrive aussi qu’un aliment pour volailles ou lapins soit distribué par erreur à des chevaux qui ne le tolèrent pas. Le  CNEF (Club de Nutrition Equine Français) définit la Charte des bonnes pratiques afin d’écarter ce risque.
  • Surcharges nutritionnelles en minéraux ou vitamines tels que fer, sélénium, l’iode, les vitamines D et K3.
  • Pesticides utilisés comme traitement des semences : fongicides, répulsifs pour oiseaux, anti-limaces, insecticides, acaricides.

  • Anticoagulants contenus dans les appâts pour les rongeurs, ils peuvent être consommés accidentellement par le cheval. La dose n'est en général néanmoins pas suffisante pour tuer un cheval (!)
  • Métaux lourds : l’ingestion de plomb par léchage de peinture en contenant ou par consommation de fourrage contaminé expose le cheval au saturnisme. Le cadmium est également très toxique.
  • Herbicides (glycophosphate) : entraînent parfois des coliques mais restent rares et souvent bénignes.
  • Créosote : traitement du bois présent notamment sur les traverses de chemin de fer et les clôtures en bois, il présente des risques d’intoxication à l’arsenic en cas de léchage.

Conduite à tenir

Signes cliniques

Les signes cliniques d'une intoxication alimentaire sont souvent peu spécifiques. Ils apparaissent avec un délai variable en fonction du toxique concerné et de la quantité consommée. On peut observer :

  • une baisse de forme générale
  • des troubles digestifs (coliques/diarrhées) et/ou urinaires
  • des perturbations des fréquences cardiaque et respiratoire
  • des troubles locomoteurs et nerveux (ataxie, convulsions)

 

Certains toxiques sont bien connus et il existe un antidote permettant de contrecarrer les effets s'il est donné assez rapidement. Pour d'autre, un traitement symptomatique sera mis en place.

La difficulté en cas d’intoxication alimentaire est de réagir vite dans l’identification de sa cause, les effets risquant d’être exacerbés, notamment du fait que le cheval ne peut pas vomir.

Des organismes pour vous renseigner en cas d'intoxication alimentaire

La France dispose d’organismes performants qui fonctionnent de la même manière que les centres anti-poison au service de l’homme : les CNITV  (Centre Nationaux d’informations toxicologiques vétérinaires) localisés dans les 4 écoles vétérinaires (Alfort, Lyon, Nantes, Toulouse)

  • 7 j/7, 24h/24 : Lyon : 04 78 87 10 40 ; Nantes : 02 40 68 77 40
  • Jours ouvrables de 9h à 17h : Alfort : 01 48 93 13 00 ; Toulouse : 05 61 19 39 40   

Ces centres collectent les informations relatives aux intoxications concernant toutes les espèces animales et communiquent aux vétérinaires (75%) ou particuliers (18%) qui les contactent :

  • Conseils de diagnostic et de traitement
  • Antidotes éventuels

Les appels concernant les équidés représentent environ 3 % des cas d’intoxication traités.

Voir aussi

Liens vers un thème proche

Disponibles à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"