A télécharger :

Fiche consultée 5115 fois.

Partager

La renoncule ou bouton d'or : adventice des prairies

Niveau de technicité : 

Auteurs :  P. Doligez, Ifce et Chambres d'Agriculture

Juin 2016

 

 

Les adventices sont des espèces spontanées qui s'installent dans une prairie. Elles sont indésirables car peu ou pas consommées par les chevaux et les herbivores en général, et peuvent être toxiques. Ces "mauvaises herbes", bien adaptées à la prairie sont difficiles à éliminer. Les chardons, le rumex et le bouton d'or sont les espèces posant le plus de problème dans les prairies naturelles. Les renoncules (bouton d'or), pissenlits, pâquerettes et plantain se caractérisent par une végétation proche du sol, un port étalé et un système racinaire puissant.

Caractéristiques des renoncules

La renoncule âcre

(Ranunculus  acris) ou  bouton  d’or,  est très  courante  dans  les  prairies  fraîches  et  pâturées. Vivace, elle se reproduit par dissémination des graines.


(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

 

La renoncule bulbeuse

(Ranunculus bulbosus)  très commune, peut être trouvée également dans  les  milieux  secs. Vivace, reproduction par graines.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

La renoncule rampante

La  renoncule  rampante (Ranunculus  repens)  vit dans  les  sols  argileux,  humides  et  riches  en  humus.

Toxicité du bouton d'or

 

Toutes les renoncules sont toxiques mais leur toxicité n’est pas très élevée. Toute la plante fraîche et particulièrement les feuilles à la floraison sont toxiques.

Seules les plantes consommées en vert provoquent des troubles digestifs et une inflammation de la bouche dues à la « protoanémonine », substance toxique. Les empoisonnements sont très rares, car les animaux ne les consomment pas en vert. La teneur en protoanémonine  varie selon les espèces de renoncules.

La protoanémonine se dégrade à la dessiccation car elle est volatile et disparaît après séchage : les renoncules ne sont pas dangereuses dans les foins.

On constate aussi des irritations aux yeux au moment de la floraison lorsque les renoncules sont très abondantes dans la prairie.

 

 

Pourquoi les adventices s'installent-elles ?

 

Le développement d'adventices dans la prairie est corrélé principalement à :

  • la nature aux conditions pédo-climatiques (sol/climat) 

et

  • une mauvaise exploitation de la prairie : sur-pâturage, compactage par les roues de tracteur, humidité excessive, accumulation des déjections.

Quelles sont les conséquences sur la prairie ?

La prolifération du bouton d'or va gêner la production et l'exploitation des espèces fourragères intéressantes pour le pâturage (graminées et légumineuses à valeurs nutritionnelles intéressantes) en diminuant le rendement et la pérennité de la prairie.

 

 

Comment lutter contre le bouton d'or ?

Prévenir :

  • Éviter le compactage en période humide et également par forte sécheresse. 

  • Limiter le surpâturage  sur une longue période (présence des animaux toute l'année même si le chargement (nb d'animaux/ha) n'est pas très élevé) => un temps de repos est nécessaire pour la reconstitution des réserves des graminées notamment. L'idéal est de restreindre les zones d'hivernage des chevaux sur une zone plus portante et libérer la surface prévue pour le pâturage de printemps. 

  • Préférer un chargement plus élevé pendant une période courte à un chargement faible toute l'année (favoriser le pâturage tournant). Éviter le « grattage » excessif de l'herbe.

  • Pratiquer le « déprimage » (pâturage précoce au début du printemps, puis sortie des animaux en avril-mai en prévision d'une fauche) pour favoriser une repousse « propre », les graminées étouffant les adventices plus petites à cette période. (attention une sortie trop tard de la parcelle compromet le rendement en fourrage prévu.)

  • A l'opposé, une prairie peu pâturée peut être envahie par des espèces fourragères peu intéressantes et des adventices. Une prairie peu entretenue finit par ressembler à une friche avec pleins d'adventices !

  • Apporter une fumure organique (N, P, K) en fin d'été va favoriser la repousse d'automne et la reconstitution des réserves (des graminées) de la prairie pour l'hiver. La fertilisation azotée (N) au printemps privilégie aussi la pousse des graminées devenant alors dominantes sur les adventices.

  • Chauler (apport de calcium et magnésium) lorsque le pH du sol est très acide (pH < 5,8 : à vérifier avec une analyse de sol) peut être intéressant pour améliorer l'efficacité de la fertilisation azotée favorable aux graminées fourragères. Mais le bouton d'or n'est pas forcément une plante révélatrice d'un sol acide puisqu'on la retrouve également sur des terres crayeuses.

 

Lutter :

 

  • Toujours alterner la fauche et le pâturage quand c'est possible. Cette alternance fauche/pâture contrarie toutes les plantes dominantes, (bonnes ou mauvaises). C'est un bon moyen de lutte contre les adventices pour maintenir une flore variée dans la prairie.

  • Couper les renoncules par une fauche précoce avant l'apparition des inflorescences pour limiter la dissémination des graines (fauche pour enrubanner en mai par exemple).

  • Peu de produits chimiques sont disponibles pour le désherbage de la renoncule des prairies. En effet les désherbants "anti-dicotydélones"  qui vont détruire les adventices, vont aussi tuer les légumineuses fourragères de la prairie (trèfle).

  • Si la renoncule est très abondante (+ de 30% des espèces présentes), un rééquilibrage des pratiques d’exploitation ne suffira pas à améliorer la prairie. Il faudra passer par un désherbage sélectif ou total et un ressemis ou un sursemis de la zone ou de la parcelle.

Références

PIERRE P, HUBERT F. 2003  Guide pour le diagnostic prairial, Chambres d'Agriculture des Pays de Loire.

BATEGAY S. , DEPORTE H., 2004- Désherbage des prairies Les Prairiales du Pin – Brochure technique p 27 – p 30.

AGRECO- GRAB. Maîtriser les « mauvaises herbes » des prairies en agriculture biologique : éléments d'observation et de recherche. Document Biodoc n°18- Déc 2008. Nature et Progrès – .

ARVALIS- Plantes toxiques dans les prairies- 20 juin 2013-  http://www.arvalis-infos.fr/

GRAB- Haute Normandie. Les adventices en maraîchage biologique-  www.bio-normandie.org

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Alimentation des chevaux
  • Nutrition et alimentation des chevaux
  • Le cheval, techniques d'élevage

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"