Fiche consultée 9913 fois.

Partager

Minimiser les effets du transport

Niveau de technicité:

Auteurs : M. Odell, C.Dubois, I.Barrier Battut

Mise à jour Juillet 2014

Lors du transport les moments les plus délicats pour le cheval comme pour le manipulateur sont le chargement et le déchargement. Ils engendrent du stress et parfois de la peur chez les chevaux surtout lors des premiers voyages. Le savoir-faire du manipulateur est alors crucial.

L’éducation du transport

Un début difficile lors des premiers transports peut amener à des chevaux difficiles à transporter dans le futur. Les jeunes chevaux sont donc particulièrement sensibles lors des premiers transports et nécessitent toute notre attention (Andronie I et al, 2009).

En cas de problème avéré lors des transports chez un cheval - manœuvre d’évitement, réaction de peur, sudation très importante - le cheval devra passer par une rééducation au transport afin de pouvoir voyager sereinement par la suite (Boureau V, Gaultier E, 2002). Pour éviter cela, il ne faut pas hésiter à habituer le cheval très jeune au transport et à toujours conduire avec prudence.

Les premières manœuvres que le cheval doit apprendre se font au sol. En effet, selon la configuration des véhicules, le cheval doit savoir reculer, faire un demi-tour autour des épaules ou encore déplacer ses hanches sur demande. Par la suite, le cheval doit être habitué à embarquer et débarquer sans pour autant effectuer de trajet. Enfin, les jeunes chevaux peuvent être habitués au transport sur de très courte durée afin que le véhicule lui devienne familier.

Ne pas attendre la veille d’un voyage important pour présenter le véhicule au cheval!


Les premiers trajets sont primordiaux, ces derniers doivent se passer au mieux. Préférez les autoroutes ou nationales peu sinueuses et adapter votre conduite. En effet, le conducteur contribue grandement à un voyage serein en adoptant une conduite souple.

Si la mère embarque et voyage bien, elle peut être un modèle idéal pour le poulain. Elle facilitera son éducation : embarquement, voyage, débarquement et sa présence rassurera le jeune cheval.

Un voyage dans de bonnes conditions

Lors de tout trajet il est important de vérifier son matériel et cela passe par quelques points clés :

  • L’endroit du passage des roues ; vérifier qu’il n’y ait pas de gêne pour le cheval
  • L’état des suspensions
  • L’état du dispositif de freinage
  • Le fonctionnement des aérations 
  • Les points d’attache, les chevaux étant la plupart du temps attachés pour éviter qu’ils ne se retournent, il est préférable de disposer d’une sécurité permettant la libération du cheval en cas de problème ou de chute
  • La présence et l'état des barres de poitrail
  • L’état des bat-flancs
  • Le sol
  • Le pont
  • La ou les portes d’accès rapide.

(voir aussi la règlementation du véhicule transportant des chevaux)


Avant même de monter dans le véhicule, les chevaux doivent être équipés de protections de transport. Les protections les plus courantes sont celles du bas des membres, des jarrets et des genoux. Des cloches peuvent aussi être mises afin de protéger les glomes. Il est aussi préférable d’utiliser un protège-queue surtout pour les chevaux s’acculant. Dans le cas de grands chevaux et surtout si le véhicule est bas, il est indispensable que le cheval soit muni d’un protège-nuque.

Lors du voyage, il est préférable de laisser du foin à volonté pour les chevaux. Il faut faire attention toutefois au mode de distribution, en effet, les filets à foin classiques peuvent être source de blessure s’ils sont placés trop bas (atteignable par les antérieurs lors de coup de pied) ou trop près du cheval qui va inhaler les poussières du foin. L’idéal est de placer le foin dans les auges lorsque le véhicule en est équipé. Le foin distribué doit être de bonne qualité mais surtout il doit être le moins poussiéreux possible afin d’éviter les problèmes respiratoires qui pourraient apparaitre dans l’espace clos qu’est le véhicule.

Il est conseillé de s’arrêter toutes les 4 à 6 heures minimum afin d’abreuver les chevaux. Il faut éviter la distribution de concentrés afin de réduire le risque de colique qui pourrait être causées par le stress. Toujours dans le but de limiter les risques de coliques, il faut veiller à ce que le cheval ne boive pas trop vite lors des pauses. Certains chevaux peuvent refuser de se réhydrater à cause du stress. Dans ces situations, il est possible de mouiller du foin afin que le cheval puisse tout de même disposer d’un moyen de réhydratation ou encore d’habituer les chevaux à boire de l’eau aromatisée avec des gouts qu’ils apprécient.

En regardant les signes de stress lors du transport (cortisol, fréquence cardiaque, comportement)- (voir Impact du transport sur le bien-être), ces derniers sont diminués lorsque les chevaux voyagent à deux ou plus : il est donc préférable de les faire voyager à plusieurs par véhicule en stalles individuelles. Une astuce peut consister à placer un miroir ou une surface réfléchissante en face du cheval dans le véhicule. Il a été constaté une réduction des comportements de stress (vocalise, balancier de la tête…) par rapport à un voyage effectué seul.

Un temps de repos nécessaire à l’arrivée

La plupart du temps, les trajets sont effectués pour se rendre sur un lieu de compétition, de courses, d’entrainement qui vont demander un effort physique important au cheval. Il est donc nécessaire de prévoir un temps de repos après le transport afin que le système musculo-squelettique du cheval, sollicité pendant le transport, revienne à la normale avant de commencer un nouvel effort (Lafon M, 2009).

Afin de prévenir les raideurs musculaires après un long trajet, il est conseillé de faire marcher les chevaux en main pour aider à l’élimination des toxines musculaires accumulées.

Les deux ou trois jours après un transport de longue durée (plus de 8 heures), les chevaux doivent être surveillés notamment au niveau de la température et de la respiration.

Lorsque le véhicule s’arrête, si cela est possible, les chevaux ne doivent pas rester dedans surtout s’il fait chaud comme en été. Dans le cas où les chevaux ne peuvent pas être débarqués, par exemple pause réglementaire,  arrêt pour déjeuner et/ou parkings inadaptés, il est préférable de se garer à l’ombre pour le temps de la pause ou de disposer d'un système de ventilation dynamique.

Voir aussi

Liens vers de pages sur un thème proche

Documents à télécharger

Découvrez les formations

  • Améliorer sa relation avec le cheval pour limiter les risques

Disponibles à la librairie

Bibliographie

Andronie I, Pârvu M, Andronie V, Ciurea A, 2009, Effects of transportation stress on some physiolocal indicators in sport horses, Zootehnie si Biotehnologii n°42

Bouissou M-F, 2009
, Bien voyager, cheval magazine n°454

Boureau V, Gaultier E, 2002, La phobie des transports chez le cheval : approche par l’éthologie clinique, Pratique vétérinaire équine n°34

Center for equine health, 2003, transporting horses: Minimizing the stress, the horse report n°21

Fazio E, Medica P, Cravana C, Ferlazzo A, 2008, effects of competition experience and transportation on the adrenocortical and thyroid responses of horses, The veterinary record n°163

GP, 1999, Synthèse bibliographique : Transporter les chevaux, Equ'Idée n°36

Harry N, 2004
, A chacun son transport … Pourvu que tout se passe bien, Cheval Santé n°30

Kay R, Hall C, 2009, The use of a mirror reduces isolation stress in horses being transported by trailer, Applied animal behaviour science n°116

Lafon M, 2009, Transport et compétition: optimiser l'association, Cheval santé n°61

Leadon D-P, 2000, horse transport – history, current practices, the future and veterinary recommendations

Lux C, 2003, bien transporter son cheval, atout cheval n°64

Mercier L, 2005, La sécurité en voyage, L'Eperon n°245

Schmidt A, Möstl E, Wernert C, Aurich J, Müller J, Aurich C, 2010, Cortisol release and heart rate variability in horses during road transport, Hormones and behavior n°57

Sellnow L, 2005, Improving travel conditions, the horse   

Tateo A, Padalino B, Boccaccio M, Maggiolino A, Centoducati P, 2012; Transport stress in horses: effects of two different distances, Journal of veterinary behavior n°7

Waran N, Cuddeford D, 1995, Effects of loading and transport on the heart rate and behaviour of horses, Applied animal behaviour science n°43

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"