équi-vod

Fiche consultée 22957 fois.

Partager

La relation homme-cheval

Niveau de technicité :

Auteurs : A.C. Grison, M. Vidament, d'après les travaux de H. Roche, L. Lansade, C. Neveux

Mars 2012

 Vidéo : Journée de la Recherche équine 2016

La qualité de la relation homme-cheval est une préoccupation de plus en plus présente chez les cavaliers, éleveurs,… Les facettes de cette relation sont très nombreuses, ce qui la rend particulièrement complexe, mais quelques notions clé permettent de l’améliorer.

Les multiples relations homme-cheval

Au cours de l’évolution, le cheval est passé du statut de proie au statut d’espèce domestique. Contrairement à la majorité des autres ongulés, élevés pour leur viande, leur lait ou leur laine, il a acquis un statut variable : il peut être utilisé comme une source de nourriture, pour le loisir ou le sport, comme force de traction pour le travail, ou encore comme aide dans des programmes thérapeutiques.

De par ces multiples utilisations, les personnes qui gravitent autour des chevaux peuvent être très différentes : cavaliers professionnels ou amateurs, vétérinaires, soigneurs, jockeys, maréchaux-ferrants, marchands, meneurs, psycho-motriciens, etc.

Les points clés d’une relation

De nombreux paramètres influencent la qualité de la relation homme cheval.

Ainsi, le tempérament de l’animal (influencé par son patrimoine génétique (race et parents)) vont moduler ses réactions lors d’une approche par l’homme. De même,  son comportement peut être modifié par la douleur, la peur, la privation de contacts sociaux ou tout autre élément de son environnement.

La nature des interactions passées qu’il a eues avec les êtres humains est aussi un élément essentiel à prendre en compte. Il a été montré que la manière dont les soigneurs s’occupaient des chevaux qui leur sont confiés peut avoir une influence sur leur réaction, amicale ou agressive, envers une personne inconnue.

Le tempérament, l’humeur ou même l’expérience du soigneur sont à prendre en compte car le cheval semble sensible à l’état émotionnel de l’humain.

Il est indispensable d’établir une relation positive avec le cheval au quotidien de manière à limiter des réactions comportementales qui peuvent provoquer un accident.

Comment aborder un cheval ?

Pour optimiser nos rencontres avec les chevaux, il serait intéressant de savoir de quelle manière prendre contact avec eux. Ce sujet en cours d’étude, quelques résultats sont déjà disponibles.

Lors d’une approche, le cheval ne serait pas sensible au sexe de l’être humain ou ni au fait d’être regardé ou non. Par contre, l’effet de l’état émotionnel semble, quant à lui, être démontré : une personne qui a des sentiments négatifs (peur, colère, etc.) induirait une augmentation du rythme cardiaque de l’animal si elle le touche. D’autre part, les chevaux se laissent plus facilement approcher si l’homme marche relativement lentement.

Les études portant sur le meilleur côté pour approcher un cheval sont contradictoires.

De manière générale, il est important de garder à l’esprit que le comportement du cheval est influencé par les nombreux facteurs : isolement social, peur, douleur, etc. Lorsqu’un cheval est difficile à aborder, il est nécessaire de rechercher l’origine de ce comportement (douleur ponctuelle, travail trop intense du cheval,...).

Relation homme-cheval et apprentissage

Le cheval a de bonnes capacités d’apprentissage. Il s’agit donc de lui transmettre les bons codes, au bon moment, grâce à un dressage réfléchi.

Dans le milieu équestre, la relation avec le cheval est souvent basée sur la contention ou le renforcement négatif*. Le renforcement positif**, qui est au cœur des interactions dans le travail avec de multiples espèces (récompense alimentaire pour les animaux marins, les animaux de cirque, par exemple), est peu utilisé avec le cheval. Bien pratiqué, celui-ci donne pourtant de très bons résultats et apporte une note positive à la relation homme-cheval.

Les séances d’équitation peuvent être source de douleur pour le cheval (douleur à la bouche, au dos…) Il est essentiel d’être très attentif à éviter ces douleurs, pour le bien être du cheval. Il est par exemple essentiel de limiter la pression exercée sur les rênes , d’utiliser une selle confortable pour le cheval, de maintenir les mains basses pour éviter que le cheval ne lève la tête et ne creuse son dos.


* Renforcement négatif : on applique à l’animal une stimulation désagréable jusqu’à ce que l’animal exécute l’action désirée (ex : pression de jambes que l’on arrête dès que le cheval avance , rênes tendues que l’on relâche dès que le cheval cède…).

** Renforcement positif : on donne à l’animal une récompense (alimentaire de préférence) quand celui-ci réalise l’action désirée.


Education du poulain

Les études ont montré que les manipulations précoces du poulain (ex : méthode Miller) ne donnent pas d’effet positif à court ou long terme. Il semble que les actions qui perturbent le lien mère-poulain soient à éviter.

Une présence humaine passive ou l’utilisation de la mère comme exemple (en brossant la mère devant le poulain, par exemple) semblent être de bons moyens d’améliorer la relation au poulain.

Accidents

La peur de l'animal face à une situation ou une mauvaise communication homme-cheval sont les causes d’environ un quart des accidents qui impliquent un cheval. Une réaction inappropriée de l’humain face à un cheval apeuré va ainsi augmenter le stress de l’animal qui peut alors devenir dangereux pour lui-même et pour les humains.

Evidemment, il est essentiel d’être prudent et d’éviter de provoquer les situations de danger par des attitudes et pratiques inappropriées (passer derrière le cheval, faire des gestes brusques, crier…..). Il est aussi primordial de rester attentif au cheval pour pouvoir anticiper au mieux ses réactions.

Améliorer votre relation homme-cheval

La relation avec votre cheval se construit au quotidien et comprend obligatoirement des situations positives (distribution de nourriture...) et des situations négatives (vermifuges, vaccins…). Il est indispensable de maintenir au quotidien le maximum d’interactions positives, de façon à construire une bonne relation.

Il est donc essentiel de veiller à ce que chaque interaction soit aussi agréable que possible. Les interactions négatives, inévitables, doivent être contre balancées par des interactions positives : distribution de nourriture, grattage aux endroits appréciés, etc.

Il est aussi important d’apprendre à comprendre chaque cheval et à se faire comprendre de lui. Il est donc pour cela indispensable de rester attentif à celui-ci et d’observer ses réactions au quotidien (posture, position des oreilles, comportement agressif…).

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Documents à télécharger

Disponibles à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"