Fiche consultée 3407 fois.

Partager

Episodes et personnages clés

Niveau de technicité : 

Auteur : Les Haras nationaux

Mise à jour : 2005

 

L'histoire du cheval en France et des Haras nationaux ont connus des étapes importantes au cours des siècles. Voici quelques conférences données sur ces étapes clés de l'histoire.

 

Le cheval de guerre

Par Diane de Sainte Foy

Les Haras nationaux ont été créés en 1665, sous l’impulsion de Colbert, avec pour mission de fournir des chevaux adaptés aux besoins de l’armée royale. 

Cette démarche a été l’aboutissement d’une réflexion entamée un siècle avant pour répondre à une problématique récurrente : fournir à la cavalerie les chevaux performants dont elle a besoin. Un cheval capable de porter un soldat, un cheval pour la guerre c’est à dire endurant, docile, sobre et résistant ; un cheval de troupe, c’est à dire accessible en quantité suffisante et à un prix raisonnable...   

Pour lire la suite, cliquez ici

 
 

Bicentenaire de la naissance d' Ephrem HOUEL

Officier des Haras, père des courses au trot

Ephrem HOUEL est né à la fin du mois de juillet 1807 à Torigny sur Vire, dans la Manche, à quelques kilomètres de Saint Lô, d'un père Officier de Cavalerie puis Officier des Haras après avoir été blessé à la bataille d'Austerlitz en 1805.
 
Devenu lui-même Officier des Haras en 1829, Ephrem HOUEL est en poste au Haras du Pin puis au Haras de Besançon avant d'être nommé Sous-Directeur du Haras de Saint Lô en 1831. Les traditionnelles fonctions du Sous-Directeur l'amènent à imaginer et à mettre en oeuvre des animations hippiques dans les villes et les villages du Cotentin.
 
En 1836, sollicité par la mairie de Cherbourg,  il propose d'organiser sur la grève, de la terrasse des bains à la redoute de Tourlaville, des courses de chevaux de pays auxquels il impose l'allure du trot afin de donner le spectacle d'une compétition groupée en évitant la dispersion au galop d'un peloton hétérogène et étiré.
 
Les 25 et 26 septembre 1836, la municipalité de Cherbourg est donc la première à proposer ce divertissement hippique attirant d'emblée une foule immense de la ville et des campagnes voisines. Elle conforte cette expérience en juillet et août 1837 et la renouvèle chaque année . Dans la foulée, la ville de Caen se met à organiser ce type de courses sur la prairie des rives de l'Orne.
Les journées de courses "au trot" ( monté et attelé ) se multiplient dans tout l'Ouest, puis le Nord de la France, avant de gagner l'hippodrome de Paris-Vincennes avec son célèbre Prix d'Amérique.
 
Nommé de 1838 à 1847 à la Direction du Haras de Langonnet en Morbihan, Ephrem HOUEL fait aménager dans la lande un hippodrome et "lance" les courses hippiques officielles en Bretagne à partir de cette petite paroisse du centre de l'Armorique. Il dirige de 1847 à 1848 le dépôt des remontes des Haras Royaux du Bois de Boulogne avant d'être choisi comme Directeur du Haras du Pin de 1848 à 1850. Nommé Inspecteur Général des Haras en résidence à Rennes puis à Saint Lô, il prend sa retraite en 1865, deux cents ans après la création des Haras publics par Colbert.
 
Ephrem HOUEL est mort le 13 juin 1885, à l'âge de 78 ans, au château de Montrabot près de Saint Lô. Il avait rédigé en 1843 le premier traité des courses au trot, réédité en 1864.
 
En 1907 parait le premier tome du Stud Book Trotteur, en 1912 le Haras de Saint Lô héberge soixante seize étalons Trotteurs dans ses écuries, en 1937 le Stud Book Trotteur se ferme :
la Race des chevaux "Trotteur Français" est née.
 
Conscient que ses idées prendraient du temps à murir, Ephrem HOUEL avait écrit en 1838 : "Les institutions ne se greffent pas comme les pommiers de nos vergers normands ; Il faut qu'elles prennent racine lentement et péniblement comme le chêne pour devenir durable comme lui." 


Bibliographie : 

- "Il y a un siècle... Le cheval" ( 2003 ) par Rosine LAGIER aux éditions OUEST-FRANCE.
- "Le haras de Saint Lô à la fin du XXè siècle" ( 2000 ) par Guy BIDEAULT, Officier des Haras, imprimerie Yves BERNARD - 14330 Le Molay-Littry.
 
 

Des carrosiers et troupiers aux chevaux de sport

Par Guy Bideault

"Lorsque j’étais élève au Haras du Pin, au début des années 60, avec pour tout bagage de connaissances hippiques, les noms des grands gagnants en concours hippique postérieurs à la deuxième guerre mondiale, d’Orgeix et Sucre de Pomme, d’Oriola et Ali Baba, et quelques autres, je m’étonnais en consultant à la bibliothèque de l’école, les livres traitant de l’élevage des chevaux de selle publiés au XIXème siècle, qu’il soit surtout question de carrossiers et fort peu de sport, si ce n’est de vénerie.

Je ne savais pas alors que les sports équestres de saut d’obstacles n’ont débuté que vers 1875 avec le concours hippique (qu’on n’appelait pas encore CSO) puis vers 1900 avec le championnat du cheval d’armes, futur CCE."     

Pour lire la suite, cliquez ici

Comparez les classements des circonscriptions selon les gains en 1905-1939 et en 1990.

 
 

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Générations Haras
  • Le Haras national de Pompadour
  • Le dépôt d'étalons de Compiègne

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"