Fiche consultée 669 fois.

Partager

Cheval d'attelage : détecter son potentiel sportif

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteur : R. Vinck, A.L. Antonin-Busnel

Novembre 2017

Détecter le potentiel sportif d’un cheval que l’on destine à l’attelage n’est pas une chose aisée. Trouver la perle rare capable de dérouler une reprise de dressage avec brio, d’enchaîner les obstacles du marathon avec combativité et enfin de rouler une maniabilité avec disponibilité et fraîcheur relève de la quête du Saint Graal !
Et pourtant, une analyse distanciée du sport attelage met en évidence les aptitudes et qualités recherchées : force, courage, locomotion pour ne citer qu’elles.
Afin de ne pas laisser altérer son jugement par des considérations purement esthétiques, des critères et indicateurs révélateurs du potentiel sportif du cheval d’attelage athlète aident le meneur à concevoir sa propre grille de lecture du cheval pour établir un choix objectif.

Analyse distanciée du sport attelage : quelles sont les problématiques ?

Il est primordial de bien connaître le sport dans lequel le cheval va évoluer.
Cette analyse met en avant les enjeux de l’activité sport attelage : quels sont-ils ? En quoi impactent-ils le choix du cheval ?
Avant toute chose, la priorité est bien ici de trouver un cheval de sport avant même d’avoir un cheval attelé. Cette notion de cheval de sport est très importante car nous allons demander au cheval de très bien dresser sur le dressage, d’aller très vite sur le marathon et d’avoir bien récupéré avant la maniabilité.
Le deuxième enjeu est d’atteler. Très souvent lors des recherches, les choix s’orientent vers des chevaux déjà attelés. Si ces chevaux présentent des qualités sportives, le travail en sera d’autant plus facilité. Si vous faites le choix d’abord de trouver l’athlète pour ensuite le mettre à la voiture, ce deuxième temps de mise à la voiture ne doit pas être négligé. Il faudra dans ce cas vérifier l’acquisition des nouveaux apprentissages et ne pas hésiter à prendre son temps. Le débourrage attelé s’étend généralement sur trois semaines mais il peut être profitable de rallonger cette période.
Le dernier enjeu est la préparation du futur cheval athlète afin qu’il présente les meilleures dispositions pour courir les trois épreuves en respectant son intégrité physique et mentale. Cette partie est développée dans la fiche « le cheval d’attelage : planifier son entraînement ».

L’activité sport attelage présente des similitudes avec le concours complet d’équitation (CCE) qui peuvent conduire nos choix quant au cheval.

Le format du concours qui se déroule sur trois tests est très proche avec :

  • une épreuve de dressage,

  • une épreuve de marathon qui s’assimile au cross sollicitant toutes deux les qualités physiques du cheval,

  • une épreuve de maniabilité apparentée au saut d’obstacles permettant d’apprécier les qualités de récupération de l’effort et de précision du cheval.

La polyvalence demandée au cheval aussi bien en attelage qu’en concours complet représente un réel enjeu pour ces deux disciplines équestres.

Le marathon, épreuve phare de l’attelage, sollicite énormément le cheval tant physiquement que moralement. Quelle que soit la catégorie, à un, en paire ou à quatre chevaux, le cheval d’attelage fournit un effort intense. Le cheval courageux se prêtera plus facilement à cette épreuve.

Après cette épreuve, tout comme en CCE, le cheval doit être capable de récupérer rapidement physiquement et moralement afin d’être disponible pour la dernière épreuve de maniabilité ou de saut d’obstacles.

Finalement, la lecture de ces similitudes avec le CCE met en évidence des qualités qui semblent antagonistes : un cheval sage, appliqué et peu sensible à l’environnement lors du dressage, un cheval vif, rapide et endurant lors du marathon ou du cross et un cheval très réceptif et réactif lors de la maniabilité ou le saut d’obstacles.

Les qualités recherchées chez le cheval d'attelage athlète

Aujourd’hui dans le sport attelage, nous parlons bien du cheval d’attelage en tant qu’athlète tout au long de sa vie sportive.Les qualités recherchées chez le cheval d’attelage athlète dans le test principal de cette discipline, le marathon, sont le courage et la tolérance car la difficulté des obstacles et les contraintes obligent à faire preuve de bonne volonté. L’endurance est également primordiale car l’effort demandé est long.Sur le test dressage, on demande au cheval de présenter une belle locomotion avec des allures amples et souples avec le désir de se propulser. Le cheval, coopératif, reste très perméable aux aides du meneur. La capacité intrinsèque à se rassembler est recherchée en l’absence d’utilisation des jambes en attelage. Sur la maniabilité, le cheval doit être manœuvrable pour que le meneur puisse le diriger avec beaucoup de précision sur des tracés de plus en plus techniques.

 

Choisir son cheval d’attelage, toute une stratégie ! La écessité d’avoir des indicateurs

Pour choisir son cheval d’attelage, le meneur analyse sa conformation.

Des indicateurs morphologiques aident à affiner le choix de son futur cheval d’attelage de sport.
Son orientation générale avec le fonctionnement de son dos renseigne sur son équilibre, sa longueur de cuisse sur sa qualité de propulsion.

Autre donnée à prendre en compte, le caractère : doté d’un caractère facile, le cheval doit coopérer et aller naturellement vers l’effort.

Le choix du modèle peut être soumis à un effet de tendance. Aujourd’hui, le modèle hollandais avec un port d’encolure très haut est bien présent. Il faut garder à l’esprit que le cheval doit être doté d’un modèle lui permettant de se propulser, de s’étirer et de fonctionner dans son dos.

 

Où trouver son futur cheval d’attelage de sport ?

Le marché français présente une réelle problématique en proposant principalement des chevaux d’attelage de sport et non pas des chevaux de sport attelés. Aujourd’hui, l’activité attelage n’a pas encore le même impact que le CCE comme discipline sportive. Sur le marché français, il est difficile de trouver un cheval destiné au sport attelage car quand on s’adresse aux vendeurs, ils sont plutôt enclins à présenter un cheval de trait et pas forcément un cheval de sport.

La difficulté réside ici sur la méconnaissance de l’activité attelage par les acteurs de la filière (éleveurs, marchands, propriétaires).

A l’étranger, il existe des ventes de chevaux de sport présentés sous différentes formes et en nombre conséquent. Dans ces conditions, sans oublier le fait de mettre le cheval ensuite à la voiture, l’œil du meneur s’aguerrit et le choix est plus facile. Quand on achète un cheval de sport, il est important d’avoir du choix et de ne pas s’arrêter sur les premiers chevaux vus.

Ce qu'il faut retenir

  • La polyvalence est bien évidemment recherchée chez le futur cheval d’attelage athlète : force, mental et coopération ;

  • En fonction de ses préférences, ne pas oublier les qualités recherchées pour établir sa propre grille de lecture du cheval ;

  • Un conseil : se faire accompagner dans le choix pour croiser les regards (vision du meneur/vision de l’équitant).

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponible à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"