Fiche consultée 4126 fois.

Partager

Endurance

Niveau de technicité :

Auteur : AC. Grison
Juin 2012

 

L’endurance équestre est une course de fond en pleine nature, faite en respectant la santé du cheval. C’est une discipline éprouvante, qui nécessite un entraînement et un équipement spécifiques pour le cheval et son cavalier.

L’histoire de l’endurance

L’endurance trouve son origine dans le besoin de communication et de transfert d’informations qui était autrefois assuré par des cavaliers : services postaux en Europe, Pony Express aux Etats-Unis,…

Dès le XIXè siècle, des courses d’endurance sont organisées. Bien différentes de celles que l’on rencontre aujourd’hui, elles ont évolué et ont notamment progressivement pris compte de la santé de l’équidé.

En France, l’endurance est apparue en tant que discipline dans les années 70, et s’est véritablement développée dans les années 90. En 2011, près de 2 800 courses ont été organisées, représentant plus de 20 500 participations.

L’endurance est reconnue par la Fédération Equestre Internationale et présente aux Jeux Equestres Mondiaux.

La discipline

L’endurance équestre est une course de fond à cheval, en pleine nature, courue en individuel ou en équipe.

L’endurance se courre sur des distances très variables selon le niveau : de 10 à 160 km sur une journée. A haut niveau, la compétition peut se courir sur 2 ou 3 journées consécutives, et la distance peut alors atteindre jusqu’à 240 km. Le parcours est balisé, afin que le cavalier n’aie pas à chercher son chemin.

L’objectif d’une course d’endurance est de parvenir à effectuer le parcours le plus rapidement possible, tout en respectant la santé de son cheval. Il faut donc bien gérer l’effort de sa monture tout au long de la course. Des contrôles vétérinaires réguliers au long du parcours permettent de s’assurer que l’équidé supporte bien son effort, et qu’il peut donc continuer la course. La vitesse moyenne peut être limitée ou libre, selon le type d’épreuve.

Des points d’assistance sont dispatchés le long du parcours : en ces points, l’équipe d’assistance du cavalier l’aide en arrosant le cheval, proposant de l’eau au cheval et au cavalier, etc.

Cette discipline éprouvante nécessite un entraînement approprié, afin de développer les capacités d’endurance de sa monture, ainsi que sa facilité de récupération après l’effort. Certaines races sont ainsi plus disposées à ce sport que d’autres, comme par exemple l’Arabe. Toutefois, à niveau raisonnable, l’endurance est accessible à tous avec un entraînement adapté.

Deux types d’épreuves existent en France :

  • Les épreuves à vitesse imposée
  • Les épreuves à vitesse libre

 

Le classement

Pour les épreuves à vitesse imposée, le classement final est fait en tenant compte de la vitesse du couple sur l’épreuve comparée à la vitesse imposée, ainsi que de la fréquence cardiaque finale de la monture.

En épreuves à vitesse libre, le classement est définit par l’ordre de franchissement de la ligne d’arrivée, sous réserve d’un contrôle vétérinaire favorable.

Des pénalités peuvent être appliquées, pouvant aller jusqu’à l’élimination, s’il y a : blessure du cheval, aide de complaisance, non respect de l’itinéraire, utilisation d’un autre mode de déplacement, etc.

En endurance, le cavalier peut choisir de mettre pied à terre au cours du parcours (il doit franchir les lignes de départ et d’arrivée à cheval), sans que cela n’entraîne son élimination.

Les circuits de compétition d’endurance en France

Plusieurs circuits de compétition existent en France :

 

  • les circuits gérés par la Fédération Française d’Equitation : ils sont ouverts aux équidés et cavaliers de tous âges, selon les circuits et les catégories d’épreuves. Il s’agit des circuits Club, Club Relais et Amateur.

  • les circuits gérés par la Société Hippique Française : ils sont réservés aux jeunes chevaux, de 4 à 6 ans. Ceux-ci peuvent alors concourir dans des épreuves spécialement conçues pour leur apprentissage.


Les règlements des compétitions de d’endurance sont disponibles sur le site de la Fédération française d’équitation pour les circuits Club, Club Relais et Amateur.
Le règlement des circuits Cycle Classique et Cycle Libre sont disponibles sur le site de la Société Hippique Française.

Les installations

L’endurance se courre sur un parcours en pleine nature balisé.

Il est indispensable de prévoir une enceinte générale équipée pour le départ et l’arrivée, ainsi que des zones sécurisées et aménagées pour les contrôles vétérinaires sur le parcours.

L’équipement

L’équipement d’endurance doit être confortable afin d’éviter les blessures de harnachement, léger et solide. Avec le développement de cette discipline, les équipements deviennent de plus en plus techniques et spécifiques.

> Pour le cheval :

  • un filet et un licol, ou idéalement un « bridon-licol », qui combine les fonctions de ces deux éléments,
  • une selle bien adaptée à son dos, et de préférence légère,
  • un tapis d’endurance (ou tout du moins bien respirant).

Les matériaux synthétiques seront préférables au cuir, car ils ne craignent pas l’eau qui sera versées sur le cheval aux points d’assistance.

> Pour le cavalier :

  • casque de protection céphalique homologué
  • chaussures adaptées à la discipline : obligatoirement munies d’un talon, maintenant la cheville, mais respirantes, légères, imperméables et souples pour permettre au cavalier de courir.
  • Chaussettes d’endurance ou mini-chaps pour protéger le mollet
  • Pantalon souple et respirant
  • Porte dossard

 

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"