Fiche consultée 4066 fois.

Partager
Share |

Equitation western

Niveau de technicité :

Auteur : AC. Grison
Juin 2012

 

L’équitation western est originaire des Etats-Unis. Cette équitation, avec ses codes, sa culture et ses nombreuses disciplines, conquiert un public français de plus en plus nombreux.

Les origines de l’équitation western

©Betty Jean

L’équitation western est née aux Etats Unis d’Amérique. Sur les grandes étendues qui caractérisent ces territoires, le cheval est le seul moyen de locomotion. Il faut pouvoir rester à cheval des journées entières, surveiller les troupeaux, parfois parcourir de longues distances : l’équitation western se développe dans une optique de confort pour le cheval comme pour le cavalier.

Progressivement, à partir de cette équitation de travail, une équitation de loisir et une équitation de compétition se sont développées. En loisir, l’accessibilité et le confort de l’équitation western sont appréciés. En sport, les concours permettent de mettre en avant les qualités des cavaliers et des chevaux, et aident à sélectionner les reproducteurs.

Les disciplines

©O.Macé

Le reining

Très populaire aux Etats Unis, le reining est une épreuve de dressage dans laquelle le cheval doit effectuer, à la demande du cavalier, un enchaînement précis de figures appelé « pattern ». Les figures demandées sont par exemple les cercles, arrêts, reculers, changements de pied, etc. ainsi que des figures très spécifiques et spectaculaires, propres à l’équitation western :

 

  • roll-backs : demi-tour rapide sur les hanches suivi d’un départ au galop,
  • spins : le cheval tourne autour de ses hanches, en conservant un postérieur au sol,
  • sliding-stops : arrêts glissés,
  • etc.


Le pattern est évalué sur la précision et l’aisance de l’exécution, le calme, la docilité, le dressage, l’équilibre du cheval,… Diverses fautes peuvent entraîner une pénalité.

Les juges vont attribuer ou enlever des points au couple cavalier-cheval en fonction de la qualité des figures. Chaque couple obtient ainsi une note pour sa performance, le classement est alors fait dans l’ordre décroissant des notes : le gagnant est donc le couple ayant obtenu la note la plus élevée.


Le trail

En trail, cavalier et cheval doivent franchir un enchaînement de difficultés rencontrées en équitation d’extérieur. Cette épreuve de maniabilité permet de tester l’aisance du cheval sur les obstacles, son calme face aux difficultés, sa disponibilité, la qualité de ses mouvements, etc.

Les difficultés rencontrées peuvent être :

  • ouverture d’une barrière,
  • passage de barres au sol,
  • reculer en suivant un parcours imposé (en U, en V, en L, etc.),
  • pas de côté,
  • transport d’objet insolite,
  • franchissement d’un pont de bois,
  • franchissement d’un gué,
  • etc.


Les juges observent la prestation, et donnent ou enlèvent des points au concurrent en fonction de la qualité de l’exécution. Diverses fautes peuvent entraîner une pénalité.

Chaque couple obtient ainsi une note pour sa performance, le classement est alors fait dans l’ordre décroissant des notes : le gagnant est donc le couple ayant obtenu la note la plus élevée.


Le barrel race

Cette discipline très appréciée aux Etats Unis consiste à effectuer le plus rapidement possible un parcours en trèfle autour de 3 tonneaux disposés en triangle, sans faire tomber les tonneaux. La course est chronométrée.

Le barrel race met en évidence l’agilité, la rapidité, l’équilibre du cheval, ainsi que l’aisance, l’équilibre et la maîtrise du cavalier.

Le classement est établi d’après les durées de parcours chronométrées : le vainqueur est le couple ayant effectué le parcours de plus rapidement, après application des éventuelles pénalités. Un concours peut se dérouler en plusieurs manches : c’est alors la somme de durées des parcours successifs de chaque concurrent qui permet d’établir le classement.


Le pole bending

Le pole bending est un course en slalom autour de 6 piquets. Le cheval effectue un aller retour sur la ligne de piquets, en slalomant sur chaque trajet. La course est chronométrée. Le pole bending permet d’apprécier la maniabilité du cheval et sa puissance au galop.

Le classement est établi d’après les durées de parcours chronométrées : le vainqueur est le couple ayant effectué le parcours de plus rapidement, après application des éventuelles pénalités.


Le western riding

Dans cette discipline, il faut effectuer un parcours prédéfini, composé de divers mouvements à faire en des points précis : changement de pied, passage de barre, reculer, slalom,…

Le western riding permet d’apprécier les qualités d’un cheval de travail : disponibilité, aisance, maniabilité, obéissance, sensibilité, confort, etc.

Les juges observent la prestation, et donnent ou enlèvent des points au concurrent en fonction de la qualité de l’exécution. Diverses fautes peuvent entraîner une pénalité.

Chaque couple obtient ainsi une note pour sa performance, le classement est alors fait dans l’ordre décroissant des notes : le gagnant est donc le couple ayant obtenu la note la plus élevée.

Western pleasure ©S.Dumont

Le western pleasure

Le western pleasure permet d’apprécier la locomotion du cheval et sa disponibilité. Le cheval est donc présenté monté dans les deux directions, au pas, trot, galop et sur le reculer.

Il doit être monté rênes souples, afin d’apprécier son calme, sa légèreté, son confort pour le cavalier.

Diverses fautes peuvent entraîner des pénalités pouvant aller jusqu’à l’élimination.

Les juges qui observent les chevaux établissent un classement d’après les qualités observées chez chacun, après application des éventuelles pénalités.


Le halter

Le halter est une présentation en main permettant d’apprécier la conformation et les qualités physiques du cheval. Les juges évaluent ainsi la beauté, le style, la musculature, l’équilibre du cheval.

Des notes sont attribuées pour les différents critères, et une note globale est obtenue pour chaque participant. Le classement est ensuite fait dans l’ordre décroissant des notes : le vainqueur est donc celui ayant obtenu la note la plus élevée. Cette épreuve permet notamment de sélectionner les reproducteurs.


Le showmanship

Le showmanship est une présentation en main, qui permet d’évaluer la qualité de la présentation du cheval. Le concurrent présente le cheval en main sur un parcours prédéfini, comprenant pas, trot, arrêt, pivot, etc.

La préparation du cheval ainsi que l’habileté du concurrent pour le présenter en main seront évaluées.

Les juges observent les présentations, et attribuent une note à chacune selon la qualité de la préparation du cheval et de la performance. Il s’agit bien ici d’évaluer la qualité de la préparation et de la présentation en main, et non pas la qualité des allures ou du modèle du cheval. Le classement est ensuite fait dans l’ordre décroissant des notes : le vainqueur est donc celui ayant obtenu la note la plus élevée.


Le horsemanship

Le horsemanship est une présentation montée, qui permet d’évaluer les qualités du cavalier : assiette, position, utilisation des aides. L’épreuve se compose d’un parcours, défini par le jury, qui doit être effectué avec calme et précision, en utilisant des aides discrètes.

Les juges observent les présentations, et attribuent une note à chaque concurrent. Ils évaluent ainsi l’apparence du couple et la qualité de l’exécution du parcours. Le classement est ensuite fait dans l’ordre décroissant des notes : le vainqueur est donc celui ayant obtenu la note la plus élevée.


Le cutting

Le cutting est une épreuve permettant d’évaluer les aptitudes du cheval au tri du bétail. L’épreuve se déroule dans une carrière : un veau est calmement isolé du troupeau. Le travail du cheval, sur lequel il est évalué, consiste à empêcher ce veau de rejoindre le troupeau. Le cheval doit agir de sa propre initiative, le cavalier ne touchant pas au mors.


Le working cow

Le working cow permet de démontrer les aptitudes du cheval au travail de ranch. Cette discipline se compose d’une épreuve de reining et d’une épreuve de travail du bétail. Les qualités du cheval son ainsi évaluées : sens du bétail, dressage, disponibilité, vitesse, etc.


Le team penning

Cette épreuve de tri du bétail regroupe des équipes de 3 cavaliers. L’équipe doit extraire 3 veaux identifiés d’un troupeau, et les regrouper dans un enclos. Cette épreuve est chronométrée et très rapide : elle put parfois être réalisée en moins de 30 secondes !

Les circuits de compétition d’équitation western en France

Plusieurs circuits de compétition existent en France, gérés par la Fédération Française d’Equitation : ils sont ouverts aux équidés et cavaliers de tous âges, selon les circuits et les catégories d’épreuves. Il s’agit des circuits Club et Amateur.

Le règlement des compétitions d’Equitation Western est disponible sur le site de la Fédération française d’équitation pour les circuits Club et Amateur.

L’équipement

©O.Macé

Bien différents des équipement d'équitation anglaise, les équipements d'équitation western sont spécifiques à cette équitation.

> Pour le cavalier :

  • bottes western
  • chapeau western
  • pantalon et chemise western
  • éperons
  • éventuellement chaps
  • cravate et ceinture western sont souvent présentes pour compléter la tenue.


> Pour le cheval :

  • selle western
  • filet western ou licol
  • tapis western
  • éventuellement collier de chasse, protections de membres selon la discipline, etc.


La qualité de la présentation du cheval et du cavalier sont particulièrement soignées et doivent être irréprochables.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"