Fiche consultée 3842 fois.

Partager
Share |

Horse-Ball

Niveau de technicité :

Auteur : AC. Grison
Juin 2012

 

Né en France, le horse-ball se développe sur la scène internationale et fait de plus en plus d’adeptes. Ce véritable match à cheval requiert des qualités particulières, tant pour les chevaux que pour les cavaliers.

L’histoire du horse-ball

Le horse-ball naît en France en 1936, il est une adaptation française du pato argentin. A cette époque, il était pratiqué par les militaires.

La discipline du horse-ball naît officiellement en 1979, se dote d’un règlement spécifique et devient une discipline fédérale en 1986. Progressivement, il se développe à l’étranger : la première Coupe du Monde Horse Ball aura lieu en 1992.

En 2011, plus de 1 300 épreuves de Horse-ball ont été organisées, représentant plus de 16 000 participations.

La discipline

©A.Laurioux

Sport collectif, le horse-ball oppose 2 équipes de 6 joueurs (4 sur le terrain et 2 remplaçants). Les joueurs sont à cheval, et se disputent un ballon équipé de 6 anses, qu’ils se passent et tentent d’envoyer dans un cerceau au bout du terrain, côté adversaire, qui constitue le but.

Un match de horse-ball se joue en 2 périodes de 10 minutes, séparées d’une mi-temps de 3 minutes. Les équipes échangent leurs partie de terrain pour la deuxième mi-temps.

Les règles au horse-ball sont précises, et un minimum de 3 passes entre 3 membres de l’équipe est obligatoire pour que le but marqué à l’issue des passes soit validé. Les joueurs de l’équipe adverse tentent d’intercepter ces passes, et peuvent, s’il attrapent le ballon en même temps qu’un de leur adversaire, tenter de le lui arracher des mains.

Il s’agit donc d’un véritable match, et l’équipe gagnante est celle qui aura marqué le plus de points en parvenant à envoyer le ballon dans le but adverse.

Les chevaux de horse-ball doivent développer des qualités de réactivité, de rapidité, de dextérité dans les changements d’allure et de direction.

Le horse-ball n’est pas reconnu par la FEI, et n’entre donc actuellement pas dans les disciplines des Jeux équestres mondiaux. Il sera présent pour la première fois lors des Jeux Equestres Mondiaux de 2014 en Normandie. Les équipes de France de horse-ball brillent au niveau européen et mondial.

Les circuits de compétition

Plusieurs circuits de compétition de horse-ball existent en France, gérés par la Fédération Française d’Equitation : circuits Club, Amateur et Pro.

Le horse-ball présente la particularité de proposer des épreuves « féminines », ou mixtes. Il n’existe pas de catégorie exclusivement masculine.

Le classement

©ACG/IFCE

L’équipe ayant marqué le plus de buts à l’issue des deux périodes de 10 minutes gagne le match.

Des pénalités sont prévues en cas d’entorse au règlement, afin de préserver la sécurité des participants.

Si dans cette discipline la chute n’est pas éliminatoire, il est toutefois interdit de descendre de cheval pour aller chercher le ballon : celui ci doit être récupéré à cheval, en se penchant pour l’attraper : c’est le ramassage. Celui ci peut s’effectuer à n’importe quelle allure et est permis par la sangle de ramassage, qui relie les étriers en passant sous le ventre du cheval.

Le règlement des compétitions de horse-ball est disponible sur le site de la Fédération française d’équitation pour les circuits Club, Amateur et Pro.

Les installations

Le horse-ball se joue sur une aire de jeu de 60 à 70m de longueur par 20 à 30m de largeur, dont le sol est adapté à la pratique du horse-ball.

Cette aire doit être délimitée par une structure ne présentant pas de danger pour les chevaux : il s’agit en général d’une structure gonflable, permettant le passage des chevaux sur les grands côtés (notamment pour les remplacements).

A chaque extrémité du terrain se trouve un but : anneau métallique d’1 mètre de diamètre, perpendiculaire au sol et fixé en hauteur (la hauteur varie selon les catégories d’épreuves).


©ACG/IFCE

L’équipement

©A.Laurioux


Outre l'équipement classique, le horse-ball nécessite des équipements spécifiques pour la cavalier comme pour le cheval.


> Pour le cheval :

  • Selle et filet, le flot des rênes étant noué,
  • Martingale fixe,
  • Sangle de ramassage,
  • Protections de membres, de préférence intégrales (enveloppant tout le tour du membre) et associées à des cloches sur les 4 pieds
  • Souvent : collier de chasse ou bricole pour maintenir la selle en place


> Pour le cavalier :

  • casque de protection céphalique homologué (ou bombe)
  • pantalon d’équitation
  • maillot aux couleurs de l’équipe avec numéro de coéquipier
  • bottes ou boots et mini-chaps
  • protections de genoux
  • éventuellement éperons ; la cravache est interdite dans la plupart des catégories.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"