Fiche consultée 3464 fois.

Partager

Techniques de Randonnée Equestre de Compétition (TREC)

Niveau de technicité :

Auteur : AC. Grison
Juin 2012

 

Le TREC se compose d’épreuves de pleine nature, effectuées dans un esprit randonneur et convivial. Cette discipline jeune, accessible à tous, rencontre un succès grandissant.

L’histoire du TREC

Le TREC est né en France. Dans les années 1970, la valorisation du cheval de randonnée se développe par le Trophée du cheval de randonnée, récompensant le meilleur cheval.

Par la suite, le couple cavalier-cheval est mis en avant : le TREC évolue progressivement au cours des année 1980, la discipline se forge progressivement et prend le nom de « Techniques de Randonnée Equestre de Compétition (TREC) » en 1987. Le format actuel, composé de 4 épreuves, apparaît en 1988.

La discipline se développe en France et à l’étranger. La Coupe d’Europe et le Championnat du Monde de TREC sont progressivement organisés.

En 2011, près de 1 700 épreuves de TREC ont été organisées en France, rassemblant près de 11 500 participations.

La discipline

Le TREC, pour Techniques de Randonnée Equestre de Compétition, est une discipline jeune, née en France à la fin des années 1980.

Cette discipline, destinées aux adeptes de l’équitation de pleine nature, permet d’évaluer les capacités d’un couple cavalier/équidé à travers 4 épreuves, réparties sur 2 jours :

> La présentation du couple
Elle permet de contrôler la tenue du cavalier et le harnachement du cheval, afin de s’assurer qu’ils sont adaptés à la discipline. Le cavalier présente son harnachement et explique les raisons pour lesquelles il l’a choisi. A l’issue de cette épreuve, une note est attribuée au couple.

> Le Parcours d’Orientation et de Régularité (P.O.R.).
Le cavalier doit parcourir avec sa monture un itinéraire de 12 à 60 km (selon le niveau d’épreuve), qu’il découvre seulement 20 minutes avant le départ dans la « salle des cartes » et doit reproduire sur sa carte. Il devra alors s’appuyer sur ses connaissances en cartographie et en topographie pour bien respecter cet itinéraire : des postes de contrôles disséminés sur le parcours, dont l’emplacement ne lui est pas communiqué, s’assurent que les concurrents ont bien suivi le parcours indiqué. De plus, le cavalier doit respecter une vitesse imposée sur les différents tronçons du parcours, et donc bien gérer les allures et l’effort de son cheval tout au long du P.O.R.. A l’issue de cette épreuve, le couple reçoit des points correspondant à l’équation « nombre maximum de points sur le POR – pénalités ». Les pénalités peuvent être dues à la gestion de la vitesse (arrivée trop tôt ou en retard), à une erreur de parcours, etc.

> Le Parcours en Terrain Varié (P.T.V.)
C’est une épreuve composée de diverses difficultés à franchir dans le calme et la sérénité. Selon le niveau d’épreuve, le P.T.V. comprend 12 à 18 difficultés, issues de situations rencontrées en randonnée, telles que branches basses, tronc, gué, passerelle, portail, etc.

Chaque difficulté fait l’objet d’une note, qui tient compte de la réussite de l’épreuve, mais aussi de l’aisance du couple à la franchir. Le P.T.V. met particulièrement en évidence la complicité entre le cheval et son cavalier.

> La maîtrise des allures
Elle permet d’évaluer le dressage du cheval et la maîtrise du cavalier. L’objectif est de maintenir un galop lent, puis un pas rapide, sans rupture d’allure, sur une distance et dans une direction définies.

Cette épreuve a lieu sur un couloir de 1m50 de largeur et 100 à 150 m de long, sur le terrain le plus plat possible. Le couloir est délimité par un marquage au sol.

Le couple effectue d’abord un aller dans ce couloir, au galop, en ayant le galop le plus lent possible. Il effectue ensuite un retour au pas, en cherchant à avoir le pas le plus rapide possible. Aucune rupture d’allure (cheval qui prend le trot par exemple) ni sortie du couloir n’est tolérée. Le temps mis pour parcourir la distance entre ligne de départ et ligne d’arrivée est chronométré pour chaque allure. Une note est attribuée au couple en fonction de cette durée.



Le TREC est une discipline accessible à tous.
Des diplômes fédéraux (Galops) ne sont exigés que pour les concurrents mineurs. Elle est ouverte aux chevaux identifiés auprès du SIRE, quelles que soient leurs origines.

Il existe aussi des épreuves de TREC attelage, spécifiquement adaptées et composées de 3 épreuves : P.O.R., P.T.V. et présentation de l’attelage et de l’équipement.

Le classement


Chaque épreuve est génératrice de points, selon un barème précis.

A l’issue des 4 épreuves, les points sont additionnés. Le couple gagnant est celui qui a accumulé le maximum de points. Le classement se fait ensuite dans l’ordre décroissant des points.

Les circuits de compétition de TREC en France

Plusieurs circuits de compétition existent en France, gérés par la Fédération Française d’Equitation : ils sont ouverts aux équidés et cavaliers de tous âges, selon les circuits et les catégories d’épreuves. Il s’agit des circuits Club et Amateur.

Le règlement des compétitions de TREC est disponible sur le site de la Fédération française d’équitation pour les circuits Club et Amateur.

Les installations


L’espace nécessaire pour l’organisation d’un TREC est important, du fait des 4 tests et de la dimension « pleine nature » de la discipline. Sont ainsi indispensables :

  • une aire sécurisée pour le test de présentation
  • une salle des cartes
  • un circuit POR reconnu et ne présentant pas de danger spécifique
  • une zone permettant de tracer le couloir de la Maîtrise des allures, sur un terrain adapté
  • un PTV aménagé
  • une aire de détente pour la préparation physique au PTV et à la Maîtrise des allures.

 

L’équipement

Pour pratiquer le TREC, sont nécessaires :

> Pour le cheval :

  • tapis, idéalement de randonnée donc muni de poches latérales qui pourront transporter du matériel indispensable
  • selle de randonnée ou mixte
  • filet et licol (ou bridon-licol). Idéalement, les rênes doivent être aisées à détacher, afin de pouvoir tenir le cheval comme s’il était en longe (les deux rênes bout à bout reliées à un seul côté du mors) dans les passages que le cavalier doit franchir à côté de son cheval
  • protections de membres
  • éventuellement : collier de chasse ou croupière pour assurer un bon maintien de la selle.


> Pour le cavalier :

  • casque de protection céphalique homologué
  • chaussures adaptées à la discipline : obligatoirement munies d’un talon, maintenant la cheville, mais respirantes, légères, imperméables et souples pour permettre au cavalier de courir.
  • mini-chaps pour protéger le mollet
  • Pantalon souple et respirant
  • Porte dossard
  • Gilet de protection dorsale obligatoire sur le PTV
  • Boussole, montre et porte carte sont indispensables pour le POR
  • Trousse de secours de premier soins pour humain et équin, nécessaire de maréchalerie, lampe de poche, gilet réfléchissant.
  • Eventuellement : éperons, cravache, etc.

 

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"