Fiche consultée 12216 fois.

Partager

Le cheptel équin français

Niveau de technicité :

Auteur : Ifce-oesc

Mise à jour : Janvier 2016

 

Le cheptel équin français compte plus de 1 100 000 équidés dont plus de 70% sont utilisés en sport loisir et près de la moitié sont des équidés hors stud-book. La France se situe ainsi dans le trio de tête des pays européen. Cette fiche présente les données disponibles au 31 décembre 2014 et détaille la composition du cheptel par type, race, age…

1 100 000 équidés présents en France

Depuis le premier janvier 2009, tous les équidés présents en France ont l'obligation d'être pucés. Les puces sont enregistrées dans une base centralisée gérée par l'IFCE-SIRE, c'est une source majeure pour estimer le cheptel d'équidés présent en France.
Avec 6 années de recul depuis cette obligation, les estimations du cheptel présent fin 2014 et des années antérieures ont été actualisées en 2015. Ainsi, le cheptel présent en France est estimé à 1 100 000 équidés en fin d'année 2014.

Un cheptel en baisse

En croissance jusqu’en 2012, le cheptel d’équidés a connu un pic à près de 1 120 000 équidés avant de décroître ces deux dernières années. La baisse observée est d’environ 6 000 équidés chaque année. Elle est directement liées à la baisse de production observée depuis 2008. Ainsi les principaux cheptels affectés sont les chevaux de trait (-27% depuis 2008) et les ânes (-5%).

Les activités de sport-loisir prédominent

Parmi les 1 106 000 équidés présents fin 2014, les deux tiers sont de types chevaux de selle et poneys. Les chevaux de races de course, avec 200 000 chevaux, représentent près de 20% du cheptel, alors que les cheptels d'ânes et de chevaux de trait représentent respectivement 8% et 6% de la population.


Ainsi les activités de sport-loisir sont largement majoritaires car, en plus des chevaux de selle et poneys, environ 50 000 chevaux de race de course sont reconvertis dans le sport ou le loisir.

Près de la moitié du cheptel hors races

Le cheptel français se compose majoritairement de chevaux hors stud book, tous types d’équidés confondus, ils représentent près de la moitié du cheptel. Il s’agit essentiellement d’équidés aux origines non constatées de type poney (18%) ou cheval de selle (16%). Le cheptel d’ONC de type ânes est également très présent (7%) et représente plus de 8 ânes sur 10 présents en France. Parmi les principales races on retrouve le Selle Français utilisé en sport et loisir et les chevaux de race de course (Trotteur Français et Pur Sang).

Plus de la moitié des équidés ont moins de 10 ans

Le cheptel d'équidés est plutôt jeune : les deux tiers des équidés ont moins de 10 ans. La population de chevaux de plus de 20 ans représente 10% du cheptel.

Répartition du cheptel : près de 30% dans le Nord-Ouest

 

 

Compte tenu de la répartition des structures ayant une activité agricole (élevage, écurie de course, établissement équestre), les 70% des équidés présents sur le territoire et détenus par ces structures ont pu être réparti par région. Ainsi, les régions du nord ouest apparaissent nettement comme un bassin important de population équine et rassemblent près de 30% du cheptel national. Par ailleurs, le cheptel détenu hors structure, estimé à 350 000 équidés, ne peut être localisé.

La France dans le trio de tête européen

La France fait partie des trois pays de l’Europe occidentale ayant les plus importants cheptels d’équidés en nombre. Elle se situe au même niveau que l’Allemagne et la Grande-Bretagne (env. 1 million d’équidés, EQUUS 2009). Cependant la France a la particularité de détenir des équidés pour des utilisations très diversifiées. En effet, le cheptel français se répartit au sein de trois filières bien développées : course, sport-loisir et viande. Au sein même de la filière course, trois sous-filières sont bien présentes (trot, plat, obstacles).

 
La Grande Bretagne utilise les chevaux essentiellement en sport loisir et en course mais n’organise pas de course de trot. L’Allemagne, utilisatrice surtout en sport-loisir, a un élevage de chevaux de course peu développé, n’organise pas de course d’obstacles et pratique très peu d’abattage. Seule l’Italie avait une diversification similaire à la France avec trois filières de course, du sport-loisir et de la viande bien développées. Cependant ces dernières années le filière course à beaucoup souffert en Italie.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Annuaire ECUS
  • Panorama économique de la filière équine

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"