A télécharger :

Fiche consultée 874 fois.

Partager

Un fourrage de qualité : jusqu'à 50% d'économie sur la ration

Niveau de technicité : 

Auteurs : C. Geyl, Ifce

Octobre 2016

 

 

Dans les exploitations, le fourrage n'est pas toujours produit en quantité suffisante pour satisfaire les besoins alimentaires de tous les chevaux.  De plus, la valeur nutritionnelle des fourrages varie considérablement selon les modalités de récolte (stade, conditions climatiques, techniques de fauche) et selon la composition botanique. Connaître la valeur nutritionnelle permet d’adapter les quantités distribuées et la complémentation avec des concentrés en faisant des économies. 

L'analyse de fourrage

A quoi ça sert ?

Lorsqu'on achète ou produit son foin, une première observation rapide permet d'avoir une idée de la qualité du fourrage selon la couleur, l'odeur, la composition, la présence ou l'absence de poussière, etc. Cependant, seul une analyse chimique du fourrage permet de connaître sa valeur nutritionnelle.

Cette analyse permettra alors :

  • d'équilibrer la ration en ajustant la quantité d'aliment concentré nécessaire pour couvrir les besoins des animaux.

  • de négocier le prix d'achat des fourrages en fonction de leurs valeurs nutritives. Un fourrage de faible qualité nutritionnelle pourra être acheté moins cher qu'un foin de très bonne valeur alimentaire.  

Combien ça coûte ?

Le prix peut varier en fonction du laboratoire, du nombre d'analyses, du nombre de paramètres analysés. Le prix moyen d'une analyse de base (énergie / azote / minéraux majeurs) est de 40€. On réalise une analyse par îlot cultural (même type de sols), ou en fonction des périodes et conditions de récolte.

Comment lire les résultats ?

Pour les équins, l’analyse chimique consiste à quantifier les UFC (Unité Fourragère Cheval : énergie), les grammes de MADC (Matières Digestibles Cheval : protéines) et les minéraux (notamment calcium et phosphore).

 

Classer les foins selon leurs valeurs alimentaires

En fonction des résultats de l'analyse de fourrage, on peut classer les foins selon leurs teneurs en énergie et protéines. Plus le fourrage est récolté tardivement et riche en cellulose, plus sa valeur alimentaire est faible. En contrepartie, plus un foin est récolté tôt, meilleure est la valeur alimentaire mais le rendement est plus faible.

Dans les exemples suivants, les foins considérés seront le n°2 et le n°4. Le foin n°2 est pauvre en protéine et énergie. A l’inverse, le foin n°4 est un foin riche pour ces deux critères. 

Coût de la ration pour un cheval au pré

Dans cet exemple, le cheval (550 kg avec une activité légère) est au pâturage et la quantité de fourrage distribuée est calculée sur les besoins non comblés par l’herbe. La quantité d’herbe consommée est fixe et la quantité de fourrage distribuée varie pour couvrir les besoins.

Le foin de prairie temporaire ; de qualité supérieure, est plus cher à produire. Pourtant, sur une période de 150 jours d’affouragement, le coût final est plus bas d’environ 15%.

Impact de la qualité du foin sur les quantités annuelles distribuées

Les quantités consommées sont reprises de l’exemple précédent.  Les balles de foin ont un poids de 250 kg. 

Un fourrage de bonne qualité permet d’ajuster et de réduire les quantités consommées journalières. Ici, la quantité consommée est réduite de moitié.

Coût de la ration pour un cheval au box

Dans cet exemple, le cheval (550 kg avec une activité légère) est au box, la quantité de fourrage est fixe, soit 10 kg. La part de concentré varie pour couvrir les besoins.

Malgré un foin plus cher à produire pour celui de qualité supérieure, sur une année d’alimentation, l’économie réalisée est de l’ordre de 50% carla part de concentré diminue très sensiblement.

Le coût des fourrages est issu des coûts de production des barèmes de la Chambre d'agriculture du Limousin. Le prix de l’orge achetée est de 0,3€/kg. 

Quelques précautions : Ces coûts sont calculés pour une exploitation qui produit son fourrage et selon les barèmes issus de la chambre d’agriculture du Limousin. Les deux fourrages utilisés pour les exemples de simulation ont des valeurs nutritionnelles « extrêmes ». Pour faire une simulation sur un autre exemple, il faut s’appuyer sur les coûts réels de production des fourrages sur l’exploitation ou bien le coût d’achat et sur les analyses nutritionnelles des fourrages utilisés. 

Références

MARTIN-ROSSET W, coord., 2012. Nutrition et alimentation des chevaux. Savoir-faire, éditions Quæ.

Chambre d'agriculture du Limousin, 2015. Coûts comparatifs, Herbe et fourrages Limousin. http://www.herbe-fourrages-limousin.fr/fileadmin/documents/doc_pascaline/2015-TAB_cout_herbe_foin_BRE_ensil__01.pdf

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Alimentation des chevaux
  • Nutrition et alimentation des chevaux
  • Le cheval, techniques d'élevage

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"