A télécharger :

Fiche consultée 63 fois.

Partager

La filière équine suisse : effectifs et élevage

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteur : Ifce en collaboration avec Agroscope, Haras national suisse (Reynaud E., von Niederhäusern R., Ackermann C.)

Août 2017

Le cheptel en Suisse

Le cheptel Suisse augmente d’année en année. En 2016, le cheptel a été estimé à 105 058 équidés. C’est en particulier la catégorie des « autres équidés » qui augmente le plus. Cette catégorie est constituée des poneys, petits chevaux, ânes, mulets et bardots. 59 294 propriétaires d’équidés étaient enregistrés dans la BDTA cette même année, ce qui représente donc en moyenne 1.8 cheval par détenteur. 

La Suisse romande (partie francophone de la Suisse à l’ouest du pays) et les régions germanophones de l’espace du Mitteland (autour de la ville de Berne) rassemblent près de la moitié des équidés présents sur le territoire. En 2017 la population de chevaux est constituée de 51.4% de juments, 44.3 % d’hongres et de 4.3% d’étalons (Agroscope HNS d’après OFS 2016 ).

L'élevage de chevaux en Suisse

Quatre races sont historiquement soutenues en Suisse : le Franches-Montagnes, le demi-sang, le Haflinger et le mulet. D’autres races sont aussi depuis longtemps élevées sur le territoire : trotteurs, Pur-Sang, poneys. En 2016 les notifications de la BDTA font état de 4500 naissances toutes races confondues.

Un sondage auprès des différentes associations d’éleveurs a permis d’identifier 3 154 naissances avec précision. Le tableau ci-dessous présentes le nombre de fédérations d’élevages (représentant chacune une race différente) ayant enregistrée au moins une naissance entre 2012 et 2016 :

 

20122013201420152016
Nombre de races2423242322

Source : HNS d'après Fédérations d'élevage 2017 et BDTA 2017

Le nombre de naissances en Suisse est en diminution. Il existe donc une différence entre l’évolution des chiffres de l’élevage et ceux du cheptel présent sur le territoire. En effet de moins en moins de chevaux naissent alors que le cheptel augmente. Ce phénomène s’explique par l’importance des importations de chevaux en Suisse. En effet, selon l’Administration fédérale des douanes, 4010 équidés ont été importés en Suisse en 2016. (Agroscope, HNS, 2016)

Races et valorisation des chevaux

 

180 races de chevaux sont présentes en Suisse (Agroscope HNS 2016 d’après BSTA 2017). La majorité des chevaux sont des demi-sang/chevaux de selle (40%) ou des Franches-Montagnes (17%). 

Le franches-montagnes

C’est la dernière race de chevaux indigènes en Suisse. Elle est originaire d’un haut plateau situé dans le canton du Jura. Ce trait léger se caractérise par sa grande polyvalence. En effet il peut aussi bien être utilisé en attelage, pour le sport, le tourisme, l’agriculture ou encore l’armée. 

La race est gérée par la Fédération suisse du franches-montagnes (FM-CH). Cette fédération est détentrice du livre généalogique (studbook) de la race. Son but est de développer, promouvoir et encourager l’élevage et l’utilisation des franches-montagnes. Elle est en autre responsable de l’organisation des épreuves de sélection et de performances des chevaux. La sélection des étalons franches-montagnes s’effectue en deux temps : une présentation en main du modèle et des allures permet de sélectionner entre 15 et 20 sujets qui seront ensuite testés en station au Haras national à Avenches et jugés lors d’un examen final après 40 jours d’apprentissage et d’entraînement. Les poulains sont appréciés sous la mère selon des critères de type, conformation et allures. A l’âge de trois ans les chevaux Franches-Montagnes doivent passer un test en terrain qui définira leur appartenance à une catégorie précise du Stud-Book. Ce test se déroule en trois étapes : modèle et allures, attelage et équitation.

Carte d’identité de la race franches-montagnes
Hauteur au garrot : 150 à 160 cm
Robe : Baie, alezane, brune, noire, de préférence,  grise, blanche (y compris sabino) acceptée
Type : Trait léger
Nombre : 18 115 en 2016 soit 17% de la population et 21 766 en 2012 (Agroscope, HNS d’après BDTA 2017)
Site web de la race : http://www.fm-ch.ch/fr

Les demi-sang suisses

Ils sont aussi appelés cheval de sport suisse et représentent 31% de l’effectif national des chevaux de selle présents en Suisse (Agroscope, HNS d’après BSTA 2017). Ce sont des chevaux que les éleveurs veulent polyvalents mais la sélection se tourne essentiellement vers la performance en saut d’obstacle. 

La Fédération d’élevage du cheval de sport en Suisse (FECH) a pour mission d’assurer l’obtention de chevaux de sport de bonne qualité (santé, performances, critères économiques). Chaque année, 1 000 poulains sont testés par des experts de la fédération. Les 70 meilleurs sont alors qualifiés pour le championnat des poulains. Les chevaux peuvent aussi participer à un circuit réservé aux jeunes chevaux. Les chevaux de trois ans sont aussi testés sur différents critères (Santé, critères morphologiques, saut en liberté, allure de base). La fédération approuve aussi les étalons et tient un livre généalogique des chevaux de sport suisses. http://www.swisshorse.ch/fr/home/

 

Carte d’identité des chevaux demi-sang 
Hauteur au garrot : 160 à 175 cm
Robe : alezane, brune, brune noire, grise, pie
Type : Selle
Nombre : 12 935 (Agroscope, HNS d’après BDTA 2017)
Sites web de la race : http://www.swisshorse.ch/de/home/
http://www.cheval-suisse.com/Scripts/index.aspx

 

L’association Cheval Suisse propose un Stud-book avec un système d’approbation des étalons selon des critères de santé, de performance et de critères morphologiques, l’inscription des juments au livre généalogique et la tenue de ce dernier. Elle propose aussi à ses adhérents (l’association accepte tout détenteur d’un cheval de sport inscrit à la FSSE suisse ou étranger) différents services et soutiens à l’élevage.

Les autres races

Comme en France, chaque race est organisée autour de son association d’élevage qui gère le règlement et les inscriptions au stud-book ainsi que selon les cas des concours d’élevage ou encore des systèmes de commercialisation. En 2016, 14 fédérations étaient reconnues par l’OFAG. Elles étaient auparavant très nombreuses mais des modifications réglementaires ont fortement fais chuter leur nombre (Agroscope, HNS, 2016).

La valorisation des performances des jeunes chevaux en Suisse 

Depuis 2014, la FECH et Cheval Suisse se sont accordés avec la FSSE afin de se rassembler sur les épreuves destinées aux jeunes chevaux. Les concours jeunes chevaux suivent donc les règlements de la FSSE, qui gère aussi les engagements et la saisie des résultats. De quatre à six ans, les chevaux peuvent participer à des « épreuves promotions » dans les disciplines du saut, du dressage, du concours complet et de l’attelage. Les chevaux peuvent ainsi se qualifier et participer à la finale qui se tient à Avenches en Septembre. Au-delà de six ans, les meilleurs chevaux peuvent participer aux épreuves de « Superpromotion ». Les 60 meilleurs chevaux de 5 et 6 ans peuvent aussi participer au « Youngster Challenge ». (FSSE, Nouvelle ère pour les épreuves destinées aux jeunes chevaux, «Bulletin» 03 / 17.03.2014 page 42-43 [en ligne] file:///C:/Users/Haras/Downloads/Nouvelle-ere-pour-les-epreuves-destinees-aux-jeunes-chevaux%20(1).pdf, consulté le 11/07/2016)

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"