Fiche consultée 121645 fois.

Partager

Les filières de formation aux métiers du cheval

Niveau de technicité : Niveau de technicité

Auteurs : équi-ressources, P. Doligez, C. Troy

Mise à jour : Novembre 2016

 

Les formations aux métiers du cheval se caractérisent par une grande diversité, touchant à la fois aux organismes de tutelle, aux types d’établissements, aux contenus et aux modes de formation (initiale, apprentissage, continue, validation des acquis de l’expérience).  En voici quelques repères utiles.

En France, en 2014/2015, 8 360 apprenants ont suivi une formation « filière équine »

Le périmètre d’étude retenu par l'Observatoire métiers, emploi, formations filière équine (OMEFFE) d'équi-ressources est, en principe, celui des formations inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Il est toutefois fait mention de formations non référencées au RNCP si celles-ci, en raison de leur forte spécialisation équine, ont un lien évident avec l’emploi du secteur cheval. À titre d’exemple, le mastère « Sciences et management de la filière équine » non référencé au RNCP (l'inscription est en cours), a pour unique vocation de former des cadres de la filière équine. De même, le Certificat d’aptitude à l’insémination artificielle ou le Certificat d’aptitude Chef de centre de reproduction équine, ont tous deux vocation à former des professionnels destinés à exercer sur le marché de l’emploi équin.
 
Certaines formations diplômantes, comme les BTS agricoles, les formations d’ingénieurs agricoles/agronomes ou de vétérinaires, ont une relation moins systématique à l’emploi équin. La majeure partie de leurs effectifs n’intègre pas le secteur du cheval. Ces formations ne sont donc pas intégrées dans le présent périmètre d’étude.

En France, en 2014/2015, 8 360 apprenants ont suivi une formation « filière équine ».

Le MAAF, principale tutelle des formations de la filière

6 institutions principales exercent leur tutelle sur l’ensemble des formations « filière équine » :

  • Le ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt (MAAF) organise divers cursus de formations agricoles « équines » à vocation professionnelle, répartis du niveau V au niveau III. Ces formations concentrent 65% des effectifs.

  • En 2e position avec près de 26% des effectifs, le ministère de la Ville, de la jeunesse et des sports partage, avec la Fédération française d’équitation (FFE : 3%) et la Commission paritaire nationale de l’emploi des entreprises équestres (CNPE-EE : 2%), les formations sportives équestres. Elles s’échelonnent du niveau V au niveau II.

  • Le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche exerce sa tutelle sur un diplôme de niveau V, le CAP sellier-harnacheur, un diplôme de niveau III, le diplôme d’université « Éthologie du cheval » et six diplômes de niveau II (licences et licences professionnelles). En tout, il réunit 3% des effectifs.

  • Le ministère des Finances et des comptes publics, via les Chambres de métiers et de l’artisanat, est responsable du BTM Maréchal-ferrant (niveau IV). 

7 apprenants sur 10 suivent une formation de niveau équivalent au bac

Les formations qualifiantes de la filière équine sont de deux types :

  • les formations qualifiantes d'Etat, délivrées par un ministère et sanctionnées par un diplôme (dans ce cas, elles sont qualifiées de "diplômantes") ou un certificat (d'aptitude ou de spécialisation),

  • les formations qualifiantes "professionnelles", délivrées par la branche (CPNE-EE), des associations/fédérations (FFE, Equit'aide, Fédération des techniciens dentaires équins...), des organismes consulaires (Chambre des métiers et de l'artisanat) ou des organismes de formation (AgroSup Dijon) et sanctionnées par des titres (exemples: Accompagnateur de tourisme équestre, ostéopathe animalier, Mastère spécialisé "Sciences et management de la filière équine" ...) ou des certifications (CQP - certificat de qualification professionnelle - Organisateur de randonnées équestres...).

Ces certifications sont positionnées en fonction de niveaux permettant de situer la qualification d’une personne. Ces niveaux s’échelonnent de I à V, dans un ordre décroissant ; le niveau I correspondant au niveau de qualification le plus élevé.

Dans la filière équine, 7 apprenants sur 10 suivent une formation de niveau équivalent au bac (niveau IV).

Au-delà du bac, presque aucun diplôme de niveau III ne dispose d’une spécialisation équine réelle. Il est donc difficile d’établir un lien entre les formations de niveau III et le marché de l’emploi équin même si, de toute évidence, ce lien existe puisque certains candidats à un emploi « équin » sont en possession d’un diplôme de niveau III et certains centres de formation se prévalent d’utiliser un « support équin » dans leur cursus. Seul le Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport (DEJEPS) perfectionnement sportif (mention dressage, concours complet d’équitation, concours de saut d’obstacle et polo) est destiné exclusivement au marché de l’emploi équin.

À partir du niveau II, 4 licences professionnelles, 2 licences et le DES JEPS sont clairement destinés au marché du travail de la filière cheval, ainsi que le mastère « Sciences et management de la filière équine » (MESB).

Les diplômes et qualifications de la filière équine en France en 2016

(Source : Rapport national Emploi, métiers, formations filière équine, OMEFFE 2016) Annexe 9

La formation initiale scolaire, principale voie de formation choisie

4 voies de formation existent pour obtenir une qualification dans la filière équine :

  • la formation initiale scolaire : elle désigne la première formation obtenue au terme d'un cycle d'étude suivi dans le cadre scolaire. Le statut de l’élève est celui du statut scolaire lycéen ou étudiant. Les stages sont non rémunérés.

  • la formation par apprentissage : elle désigne le fait de se former tout en étant rémunéré. L’apprenant a le statut de salarié de l’entreprise qui accepte de le recruter par le biais d’un contrat d’apprentissage.

  • la formation professionnelle continue (aussi connue sous l’appellation « formations pour adultes ») : elle permet d’acquérir de nouvelles compétences durant sa vie active pour le retour ou le maintien dans l’emploi et pour sécuriser ou optimiser les parcours professionnels. Elle s’adresse aux demandeurs d’emploi comme aux salariés, aux jeunes comme aux adultes à travers divers dispositifs.

  • la validation des acquis de l’expérience (VAE) : elle permet de faire reconnaître ses compétences devant un jury suite au montage d’un dossier décrivant votre expérience dans le domaine de la certification visée.

Dans la filière équine, la formation initiale scolaire est la voie la plus suivie par les apprenants. 30% des formations sont ensuite suivies par voie continue et 30% par apprentissage.

Les établissements de formation

L’enseignement agricole est dispensé dans des établissements publics et privés implantés sur tout le territoire national.

  • Publics :
     
    Les lycées d’enseignement général et technologique agricole (LEGTA) et les lycées professionnels agricoles (LPA) dispensent les formations scolaires techniques.

    Les centres de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) et les centres de formation d’apprentis (CFA) assurent les formations continues pour adultes et les formations par apprentissage.

    L’enseignement agricole supérieur forme des ingénieurs, des vétérinaires, des enseignants, des chercheurs et des cadres spécialisés.

    L'Institut français du cheval et de l'équitation (Ifce) est un centre de formation. Les 2 écoles (Ecole Supérieure du Cheval et de l'Equitation (Haras national du Pin) et l'Ecole Nationale d'Equitation (Saumur) dispensent des formations diplômantes et/ou qualifiantes, initiales ou continues pour adultes. D'autres sites de l'Ifce proposent des formations pour adultes sur l'ensemble du territoire.

  • Privés :
     

    Le CNEAP (Centre National de l’Enseignement Agricole privé) recouvre différents établissements qui effectuent de la formation initiale, depuis la classe de 4e jusqu’à la Licence professionnelle, mais aussi de la formation continue et en apprentissage.

    Les Maisons Familiales Rurales recouvrent un réseau d’associations de formation sur toute la France. Elles dispensent des formations sous statut scolaire ou par apprentissage, formations initiales et continues. Les formations proposées vont de la quatrième au BTS dans plusieurs secteurs professionnels.

    L’AFASEC (Association de Formation et d’Action Sociale des Ecuries de Courses) est un organisme indépendant qui forme des jeunes et adultes aux métiers des écuries de courses hippiques de trot et de galop. Les formations proposées vont du CAPA au Bac Pro.

    Les établissements équestres sont les structures d’application pour les diplômes CQP ASA et BPJEPS. Certains délivrent l’ensemble des enseignements (théoriques et pratiques), dans ce cas ils sont assimilés à des centres de formation professionnelle.

Les réformes et nouveautés

Le BPJEPS spécialité Activités équestres mention Equitation/Tourisme équestre/Attelage/Western/Equitation de travail et tradition est rénové pour devenir le BPJEPS spécialité « Éducateur sportif » mention « Activités équestres ».
3 options pourront être choisies par le stagiaire :

  •  « initiation poney, cheval »,
  • « approfondissement technique » ou
  •  « équitation d’extérieur ». 

Le niveau des tests d’entrée a été ajusté pour mieux sélectionner les candidats. 

Aussi, la réforme a eu pour objectif de simplifier et rénover l'architecture du BPJEPS et de mieux l'articuler avec les autres certifications délivrées dans les champs des métiers du sport et de l'animation.

Pour cela, le nombre d’Unités Capitalisables (UC) est réduit de 10 à 4 dont 2 sont transversales, quelle que soit la spécialité, et 2 spécifiques à la mention choisie par l’apprenant.

Cet allègement permet d'aligner la structuration du BPJEPS sur celle du DEJEPS et du DESJEPS et d'harmoniser les modalités de certification au niveau national. 

Cf : Arrêté du 31 octobre 2016 et ses annexes

 

  • La rénovation des CAP agricoles Maréchalerie, Lad-Cavalier d’entraînement et Soigneur d’équidés.

Elle prend en compte les facteurs d'évolution pour mieux s'adapter aux besoins professionnels (hausse de la TVA, ouverture des droits aux aides de la PAC, hygiène et sécurité, agro-écologie, bien-être animal, mécanisation, numérique, développement durable). Les nouveaux éléments introduits répondent plus à un besoin de formation en vue de poursuite d'études (puisque le CAP agricole s’inscrit aujourd'hui dans un cursus possible CAP agricole - Bac professionnel) qu'à des besoins professionnels. 

Le CAP agricole Maréchalerie sera désormais appelé CAP agricole Maréchal-ferrant ; le CAP agricole Soigneur d'équidés change de nom au profit de Palefrenier-soigneur. 

 

  • La création d’un nouveau CAP agricole dans la filière équine : le CAP agricole Métiers de l’agriculture support équin et valorisation du cheval.

Le CAP agricole Palefrenier-soigneur est davantage orienté vers les emplois dans les centres équestres, écuries de propriétaires… qui nécessitent un entretien physique des chevaux (longe, marcheur…), et le CAP agricole Métiers de l'agriculture support équin est plus orienté vers l'élevage (conduite de la reproduction et soins aux jeunes, conduite des cultures ou de pâturage).

Elles sont dorénavant inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), garantissant ainsi une reconnaissance à l'échelle du territoire national de leurs référentiels de formation.

 

 

Contact

Pour en savoir plus sur les formations dans la filière équine, consultez le site de notre partenaire équi-ressources en cliquant ici.

 

 

 

Voir aussi

Références

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"