Le coefficient de consanguinité

Niveau de technicité : 

Auteurs : S. Danvy, M. Sabbagh, Ifce

MàJ : Novembre 2016

 

Que l'on cherche à la valoriser ou au contraire à l'éviter, gérer la consanguinité reste un problème d'élevage qu'il convient de maîtriser. Le coefficient de consanguinité est un outil pour aider les éleveurs dans leurs choix d'accouplements.

Qu'est-ce que le coefficient de consanguinité?

La consanguinité est le résultat de l'accouplement de reproducteurs apparentés.

Son utilisation peut avoir les conséquences suivantes :

  • Favorables, lorsqu'elle permet l'expression de gènes "intéressants" issus de un ou plusieurs ancêtres ;
  • Défavorables, lorsqu'elle entraîne l'accumulation dans le génotype de gènes indésirables et leur expression.


Les premières conséquences visibles se font sentir au niveau des performances de reproduction. Mais elle entraîne également une diminution de la variabilité génétique, c'est à dire que les animaux ont de plus en plus tendance à se "ressembler" d'un point de vue génétique.

 

Le calcul du coefficient de consanguinité donne la probabilité qu'un individu reçoive, à un locus quelconque, des gènes identiques provenant d'un ancêtre commun à ses 2 parents.

  • si les parents n'ont aucun ancêtre en commun, le cœfficient de consanguinité de l'individu sera nul.
  • si l'étalon et la jument sont déjà apparentés, le cœfficient de consanguinité de l'individu sera plus ou moins important selon le degré d'apparentement de ses parents.

Comment gérer la consanguinité ?

Pour gérer efficacement la consanguinité en élevage, il est indispensable de connaître la généalogie des animaux sur plusieurs générations ; sans cela il est impossible de mettre en évidence les apparentements éventuels entre individus.

La base de données SIRE permet maintenant pour plus de 50 races de connaître ces généalogies MAIS certaines races sont gérées depuis peu de temps dans SIRE et ne disposeront peut être pas de ce recul nécessaire.

 

La profondeur de génération

 

Un outil permet de savoir de quelle façon les généalogies d’un cheval sont connues : il s’agit de la profondeur de génération. Pour chaque cheval, on regarde à la génération « n » combien d’ancêtres sont connus. Cette information permet d’avoir une idée sur la fiabilité du coefficient de consanguinité. En effet, si une branche de la généalogie d’un cheval est absente (en totalité ou en partie), le taux de consanguinité peut être beaucoup plus fort que si l’ensemble de la généalogie est connue.

 

Nous pouvons prendre un exemple abstrait. Dans le cas de gauche, le cheval « DISNEY » nous parait avoir une consanguinité nulle (les parents n'ont pas d'apparentés en commun). En revanche, dans le cas de droite, on constate que « DISNEY » est issu d’un croisement de type demi-sœur/demi-frère (Zag en commun). Il aura donc un taux de consanguinité minimum de 12,5%. Cet exemple nous permet de voir l’importance de la connaissance des généalogies, apprécié avec la profondeur de généalogie.

Comment utiliser un coefficient de consanguinité ?

Dès lors que le cheval possède au moins 5 générations renseignées dans sa généalogie, on peut considérer le cœfficient de consanguinité calculé comme un bon indicateur de la consanguinité de l’individu.
 

Est-il déconseillé d'utiliser un reproducteur consanguin ?
La réponse est NON car le consanguinité n'est pas transmissible, il dépend uniquement de l'apparentement des 2 reproducteurs accouplés.

  • Exemple 1 :
    X l'étalon a un cœfficient de consanguinité =0 et Y la jument avec laquelle il a été accouplé possède également un coefficient de consanguinité =0.
    X et Y sont frère et sœur, le cœfficient de consanguinité de leur produit sera élevé du fait de leur apparentement (0,25 ou 25%).

  • Exemple 2 :
    E l'étalon a un cœfficient de consanguinité de 8% et J la jument avec laquelle il a été accouplé possède de son côté un cœfficient de consanguinité de 6%.
    E et J n'ont aucun ancêtre en commun dans leur généalogie, le cœfficient de consanguinité de leur produit sera nul (0%) du fait de leur non apparentement.

 

Donc avant de conclure sur le choix des reproducteurs à accoupler, il est indispensable de regarder les coefficients de consanguinité des reproducteurs choisis, mais également leur pedigree 5 générations.

 
Un coefficient de consanguinité qui dépasse les 6% peut devenir gênant pour un individu ; cela ne veut pas dire que l'individu sera "mauvais" mais son utilisation commence à représenter des risques, surtout si de tels niveaux concernent l'ensemble des reproducteurs régulièrement utilisés. Ces risques sont au niveau d'une population : baisse de la fertilité des reproducteurs, risque d'apparition accrue d'anomalies génétiques, …

Pour mieux se repérer : Valeurs indicatives du coefficient de consanguinité (en %) d'un produit selon le lien de parenté entre ses deux parents

 

Les ancêtres communs et la consanguinité 5 générations

On parle d'ancêtres communs lorsque l'on retrouve le(s) même(s) ancêtre(s) dans la généalogie du côté du père ET du côté de la mère. Ce sont ces éventuels ancêtres communs qui contribuent à la consanguinité d'un individu.

Les ancêtres communs sont affichés sur fond gris dans le pedigree 5G de l'individu lorsqu'ils peuvent clairement être visualisés.

Remarque importante : le pedigree 5G ne redonne pas la généalogie complète de l'individu (certains individus dans la base SIRE sont connus sur 10 générations voire davantage!). Il peut y avoir d'autres ancêtres communs non visibles sur le pedigree 5G mais qui apportent une contribution au calcul de la consanguinité.

Le coefficient de consanguinité de FLIPPER D'ELLE calculé à partir de l'ensemble des données généalogiques de la base SIRE donne 4,8%. Un calcul rapide réalisé sur les 5 générations présentées ci-dessus sous estime le coefficient à 3,1%.

Cette différence s'explique par des apparentements non visibles sur 5 générations. Cette différence montre également l'importance de connaître le plus possible de générations avant la réalisation de calcul de consanguinité, faute de quoi, on sous-estime fortement son évaluation.

Où trouver ces informations ?

Sur Infos chevaux :

www.ifce.fr > SIRE et démarches > Infos chevaux > donner le nom ou le numéro SIRE du cheval

Après avoir noté le nom du cheval considéré, cliquez "diversité génétique" sur le bandeau gris > consanguinité

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Ouvrage Amélioration génétique des équidés
  • Stud book de races françaises

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"