Fiche consultée 4696 fois.

Partager

Indices pour améliorer le poulinage chez les Comtois

Niveau de technicité : 

Auteurs : M. Sabbagh, S. Danvy, A. Ricard
Mise à jour juillet 2014

Lors des déclarations de naissance, les éleveurs de chevaux de trait remplissent un champ supplémentaire par rapport aux autres éleveurs : la case « conditions du poulinage ». Ces données sont stockées dans la base SIRE. L’étude de ce critère peut apporter une aide précieuse aux éleveurs.

Pourquoi étudier les critères de poulinage ?

Les éleveurs de chevaux de trait, contrairement aux éleveurs de chevaux de sang, ne surveillent pas de façon automatique leurs juments lors du poulinage. Ainsi, il est important pour eux que les poulinages puissent se dérouler sans aucune aide et ce, malgré le gros format des poulains.

Grâce aux renseignements fournis par les éleveurs, de nombreuses données concernant ces poulinages ont pu être stockées dans la base SIRE. A l’heure où les associations de chevaux de trait essayent de mettre en place des outils permettant de connaître de façon précise leurs reproducteurs, notamment grâce au pointage, il est apparu important d’étudier ces données de poulinage.

Quelles-sont les données analysées ?

La première analyse de données sur le poulinage a été effectuée chez les traits Comtois, choisis en fonction des effectifs de la race. Elle pourra être dupliquée par la suite chez d’autres races dont le nombre de reproductrices est suffisant.

C’est depuis 1998 que les éleveurs cochent un critère correspondant aux conditions de poulinage de leurs juments sur leurs déclarations de naissances (figure ci-dessous).

 

Cette donnée, couplée à celle relative au sexe du produit, et lorsque les déclarations étaient correctement remplies, ont constitué la base analysée. Elle représente 35 758 naissances parmi les 51 909 qui ont eu lieu en race Comtoise entre 1998 et 2010. Ces naissances sont le résultat d’accouplements entre 12 954 juments et 1 783 étalons.

Si l’on considère la totalité des naissances conservées pour l’analyse, on peut constater qu’en moyenne 5% des poulinages sont considérés comme posant problème qualifiés de « difficiles » ou « nécessitant l’intervention du vétérinaire » (figure ci-dessous).

 

Modèle et Méthode

Le modèle pris en compte pour l’analyse a permis, à partir d’une seule donnée, de différencier, tout en intégrant les effets de l’environnement, deux critères :

  • les facilités de poulinage liées à la mère (figure ci-contre),
  • et les facilités de naissance liées directement au produit (et donc à la fois au père et à la mère).

Des effets environnementaux à intégrer

Lorsque l’on parle d’effets de l’environnement, plusieurs facteurs sont étudiés :

  • L’année de poulinage : tout comme le nombre de naissances total chez les comtois, les effectifs pour lesquels on connaît la difficulté de poulinage sont en augmentation entre 1998 et 2010 : +5% par an en moyenne.

  • Le mois de poulinage : au vu de la distribution des naissances, certains mois de poulinage ont été regroupés (figure ci-dessous, mois sur fond orangé dégradé).
  • La région de poulinage : 6 grands groupes de régions (figure ci-dessous) ont été conservés : le berceau de la race, les régions limitrophes, les grands bassins de multiplication et le reste de la France.

  • L’âge de la mère au poulinage : 4 classes d’âge ont été prises en compte (tableau ci-dessous) afin de pouvoir considérer les difficultés éventuelles rencontrées par les jeunes juments primipares (3 ans ou 4 ans).
  • Le sexe du produit : les naissances prises en compte font état de 48% de mâles et de 52% de femelles. Une première analyse des données montrent que les naissances des mâles sont généralement plus problématiques (6.31%) que celles des femelles (4.43%).

 

Les effets génétiques

Les généalogies de tous les chevaux ayant engendré une naissance prise en compte dans l’analyse ont été extraites de la base SIRE. Les valeurs génétiques des chevaux seront donc exprimées en fonction de leur poulinage éventuel et de l’éventuel poulinage de leur apparentés : produits, parents, frères, soeurs, cousins…

Le nombre total de chevaux inclus dans l’analyse est donc beaucoup plus important que celui des juments et des mâles ayant donné les 35 758 naissances ; cela signifie que 52 763 chevaux sont inclus.

Les résultats

Héritabilités

L’analyse nous permet d’avoir une estimation des deux héritabilités :

 

  • la facilité de naissance (directement liée au poulain) est héritable à 0.20, c’est-à-dire moyennement héritable,
  • la facilité de poulinage (liée à la mère) est héritable à 0.11 avec une répétabilité entre plusieurs poulinages de 0.28 (non négligeable).

Chez les traits comtois, on trouve une corrélation nulle entre les deux critères. Ces résultats, publiés pour la première fois chez des équidés, sont en adéquation avec ceux trouvés chez les bovins.


L’évaluation génétique des chevaux

Avec les calculs d’héritabilité, l’analyse nous a permis d’avoir les index génétiques des reproducteurs pris en compte dans l’analyse.

Il est important de noter que si pour un étalon ayant déjà quelques produits, la précision (CD) de l’index « facilité de poulinage » sera vite fiable (dépendant directement de la naissance de ses produits), celle de l’index « facilité de naissance » le sera moins, car elle dépend de la production des filles de l’étalon considéré. Cet index sera d’autant plus fiable que l’étalon est âgé et dispose de plusieurs filles poulinières.

Le tableau 2 nous propose 3 exemples concrets :

  • QUAINE DES BOIS et QUEL SUCCES sont deux jeunes étalons ayant beaucoup produit : leur index facilité de naissance est fiable (CD>0,45). Le premier père produit des poulains de petit gabarit (index positif) alors que le deuxième étalon produit des poulains qui poseront plus de problèmes au poulinage (index négatif). En revanche, du fait de leur jeune âge, leur index de facilité de poulinage n’est pas fiable (CD proche de 0).

  • à l’opposé, INOUK est un étalon plus vieux. On constate qu’il produit des poulains qui sont dans la moyenne (index proche de 0 ; CD élevé : 0,72) et qu’il a tendance à produire des filles qui poulinent difficilement (index négatif avec un CD fiable : 0,50).

Utilisation


Avec cette analyse, un nouvel outil est maintenant disponible pour l’Association nationale des chevaux de trait comtois.

L’Association étudie la meilleure façon de diffuser ces informations : catalogue étalon, fiches individuelles, afin que chaque éleveur puisse profiter le mieux possible du nouvel outil auquel il a participé en remplissant correctement ses déclarations de naissance depuis 10 ans.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche (copie 1)

Disponibles à la librairie

  • Ouvrage Amélioration génétique des équidés
  • Stud book de races françaises

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"