équi-vod

Fiche consultée 34964 fois.

Partager

Les indices chevaux : CSO, CCE et Dressage

Niveau de technicité : 

Auteurs : S. Danvy, M. Sabbagh, d'après les travaux d'Anne Ricard

MàJ : Décembre 2016

Cette fiche vous aidera à comprendre les indices de performances et les indices génétiques en CSO, CCE et Dressage.
Dans ces trois disciplines, les indices sont calculés de façon similaire. Les indices de performances dans les 3 disciplines sont publiés depuis 1972. Les indices génétiques, basés sur le BLUP, sont publiés depuis 1986 en CSO et 1997 en dressage et CCE.

Les indices de performances CSO, CCE et Dressage


L’indice de performance est publié pour chaque année de participation du cheval à des compétitions et se nomme :

  • ISO pour le CSO ;
  • IDR pour le dressage ;
  • ICC pour le CCE.

 

Epreuves prises en compte

Pour une année donnée, l'indice de performance est calculé sur les résultats qui vont du premier week-end d'octobre de l'année N-1 au dernier week-end de septembre de l'année N.

 

 

Toutes les épreuves courues en France sur le circuit amateur ou pro de la FFE ainsi que les épreuves du circuit SHF sont prises en compte.

Cependant, certains résultats ne sont pas pris en compte :

  • les épreuves hunter pour le CSO ;
  • les classements de championnats des jeunes chevaux qui combinent note de modèle/style et résultat de l’épreuve (déjà pris en compte) ;
  • les classements des épreuves par équipes quand elles sont le reclassement de résultats individuels (ex : épreuve par équipe en complet) ;
  • les épreuves faisant intervenir plus de 3 catégories de cavalier ou faisant intervenir des catégories distantes de plus d’un niveau.

Remarque : Traitement des internationaux

Les performances sous couleurs françaises des couples dans les épreuves internationales courues en France et à l’étranger ont toujours été comptabilisées dans le calcul des indices.

Depuis 2007, les résultats en internationaux des chevaux français courant sous couleurs étrangères sont aussi pris en compte. Ceci est important pour les éleveurs français et permet de bien valoriser les reproducteurs et les apparentés des performers exportés. En attendant un transfert automatique de ces résultats depuis la FEI via la FFE, le Stud-book Selle Français transmet, chaque année, les performances des chevaux français courant sous couleurs étrangères. Seuls sont considérés de façon exhaustive, les résultats des chevaux courant au minimum en épreuves 3* et, pour le CSO, sur des épreuves à au moins 1m40.

 

Critères de mesure de la performance

Dans les 3 disciplines, il y a eu des évolutions dans la méthode de calcul depuis la mise en place des indices de performance :

La répétabilité du critère du classement entre 2 épreuves est 0,29 pour le CSO, 0,35 pour le dressage et 0,33 pour le CCE.

 

Le coefficient de précision


Depuis 1997, l’indice de performance est accompagné d’un coefficient de précision (noté CP).
Le coefficient de précision (CP) dépend principalement du nombre de sorties mais aussi :

  • du nombre de partants dans chaque épreuve : un nombre plus élevé donne un CP plus élevé ;
  • du classement du cheval : un cheval classé a un CP plus élevé qu’un cheval non classé ;
  • de l’homogénéité de la concurrence : plus le niveau de chevaux d’une épreuve est identique, plus le CP est élevé.

Ce CP est mentionné après l’indice, dans des parenthèses. Sa valeur varie entre 0 et 1 selon la quantité et la qualité des informations disponibles pour chaque cheval : plus il se rapproche de 1, plus il est précis (plus le nombre d'épreuves et le nombre de partants sont élevés).


Repères pour le CP en sports équestres :

  • < 0,60 : indice mal connu
  • entre 0,60 et 0,80 : indice assez bien connu
  • ≥ 0,80 : indice connu avec certitude

Si la valeur du CP est trop faible, l’indice est « non significatif » : les informations disponibles pour ce cheval sont trop rares pour calculer un indice bien connu.

Points de repères

La moyenne est toujours représentée par l’indice 100.  La courbe de distribution est symétrique par rapport à cette moyenne : 50% des chevaux sortis obtiendront donc chaque année un indice supérieur à 100.
 

 

Il faut aussi noter que :

  • chaque année 12% environ des chevaux indicés (tous chevaux sortis) atteignent ou dépassent l’indice 120 (les « bons »).
  • chaque année 1 à 2% environ des chevaux indicés (tous chevaux sortis) atteignent ou dépassent l’indice 140 (les « très bons »).

Ainsi, la différence entre deux indices s’expliquera entre autres par la régularité des résultats et le nombre de sorties du cheval ainsi que le niveau des épreuves auxquelles il a participé et celui des concurrents qu’il a rencontrés.

Indice moyen et effectif

Afin de mieux situer le niveau de son cheval  et avoir des éléments de comparaison avec les concurrents que le cheval a rencontrés lors de ses différentes participations, il est possible de calculer l’indice moyen de sa concurrence. C’est cet indicateur qui vous est proposé sous le terme « niveau moyen des chevaux rencontrés ». Il donne pour chaque cheval indicé une année donnée :

  • l’indice moyen, c’est à dire : la moyenne des indices de performance que le cheval a rencontré lors de ses différentes épreuves,
  • l’effectif qui correspond au nombre de chevaux différents que le cheval a rencontré lors de ses différentes participations.

 Exemple n°1 : un cheval a un indice de performance de 120 alors que le niveau moyen des chevaux rencontrés est de 140. Il a rencontré 356 chevaux.
 ⇒ cela signifie que dans les types d’épreuves qu’il a courues, il a eu beaucoup moins de réussite que les 356 congénères sortant dans les mêmes épreuves.


Exemple n°2 : un cheval a un indice de performance de 120 alors que l’indice moyen des chevaux rencontrés est de 100,
 ⇒ cela signifie que dans les types d’épreuves qu’il a courues, il a obtenu une bien meilleure réussite que ses congénères sortant dans les mêmes épreuves.

Exemple n°3 : un cheval a un indice de performance de 120 alors que l’indice moyen des chevaux rencontrés est de 120, ⇒ cela signifie que dans les types d’épreuves qu’il a courues, il a réussi en moyenne aussi bien que ses congénères sortant dans les mêmes épreuves.

Les indices génétiques CSO, CCE et Dressage

L’indice génétique se nomme :

  • BSO pour le CSO,
  • BCC pour le CCE,
  • BDR pour le dressage.

Chaque indice est assorti d’un coefficient de détermination (CD) qui mesure la précision de l’estimation de la valeur génétique du cheval.

Informations et paramètres génétiques utilisés

Toutes les performances réalisées au cours de la carrière du cheval sont prises en compte dans le calcul de l’indice génétique et pas uniquement le meilleur indice de performance. Pour calculer l’indice génétique (BLUP), toutes les performances des apparentés (ascendants et descendants) sont aussi prises en compte. Ainsi, il est possible de calculer le BLUP d’un poulain avant même qu’il soit conçu.


Le coefficient de détermination

Le CD mesure la précision de l’estimation de la valeur génétique. Il varie de 0 à 1.
Le CD évolue en fonction du nombre de performances propres (nombre d’années, nombre d’épreuves) et du type d’apparentés ayant des performances. Seule la connaissance de la production permet d’obtenir un CD proche de 1.
On peut situer le CD en fonction des informations connues :

  • Entre 0 et 0.4 si seuls les ascendants sont connus ;
  • Entre 0.12 et 0.65 si les ascendants et les performances sont connus ;
  • Entre 0.12 et 0.72 si les ascendants, les performances et quelques descendants sont connus ;
  • Entre 0.12 et 1 si les ascendants, les performances et beaucoup de descendants sont connus.

Le CD dépend aussi des paramètres génétiques (héritabilité, répétabilité). Il faut 10 années de compétition en CCE ou 10 produits sortis dans cette discipline pour atteindre le même niveau de précision (0,27) qu’une année de performance propre en CSO.

Remarque : Publication des BSO, BCC et BDR
Dès que l’on retrouve dans les généalogies un ancêtre ayant un indice de performance (ISO, ICC ou IDR), cela déclenche chez tous ses descendants le calcul d’un indice génétique (BSO, BCC ou BDR). Ainsi, il est courant que les poneys ou des chevaux de courses aient un BSO, BCC ou BDR mais ces indices ont un CD très faible. Ils ne sont donc pas significatifs.
Attention, pour les poneys, même avec un CD élevé, seules les performances sur le circuit « cheval » sont prises en compte dans le calcul du BSO, BCC et BDR.

 

Points de repères

Un cheval ayant un indice positif est statistiquement améliorateur pour l’aptitude considérée et ce quel que soit son âge.

Les éleveurs sélectionnant pour des aptitudes, la population progresse. Par conséquent, le niveau moyen de la population s’améliore. Afin de pouvoir garder les mêmes repères (indice positif versus indice négatif ou seuil des 2% meilleurs correspondant à un indice génétique de +20), les indices sont calculés avec une base mobile, c’est-à-dire que le « 0 » correspond à une population de référence.

Cette population de référence est :

  • pour le CSO, l’ensemble des chevaux 5 ans avant l’année de calcul (âge optimal de sélection), avec un CD >=0.22, soit les naissances de 2011 pour l’indexation 2016.
  • pour le dressage, l’ensemble des chevaux SF et AA âgés de 4 à 7 ans dont la moyenne des CD est égale à 0,34 (c’est-à-dire équivalente à la précision obtenue après une année de performance). Ainsi, on détermine assez bien la population concernée par la discipline du dressage.
  • pour les chevaux de CCE, l’ensemble des chevaux SF et AA âgés de 4 à 7 ans dont le CD minimum est égal 0,14.

Utiliser l'indice génétique

L'indice génétique est l'outil le plus performant pour raisonner les accouplements dans un objectif de production "sportive" : c’est la meilleure estimation de la qualité de géniteur d’un cheval, d’après les informations disponibles.
Mais il n’est pas toujours facile de comparer des étalons d'âges très différents, et par conséquent indicés avec des précisions très hétérogènes (CD de 0,35 si seuls les parents sont connus ; à 0,98 lorsque de nombreux descendants ont été testés en compétition). Afin de faciliter la comparaison des reproducteurs, deux outils ont été développés pour le CSO et le dressage :

  • la classification génétique

  • les valeurs de pari

Ces outils font appel à la notion d’intervalle de confiance. (voir fiche dédiée)

 

Où trouver les indices génétiques?

Les indices sont disponibles gratuitement sur le site Internet www.haras-nationaux.fr
Rubrique SIRE et démarches puis  «Info chevaux » pour accéder directement à la page d'un cheval ou d'un poney. Cliquez sur "aptitude"

Annuaire de la génétique équine - Focus CSO

Annuaire CSO 2016

Annuaire CSO 2016

Description : Présentation des indices de performance et génétique en CSO.

Rédaction:
Margot Sabbagh, Guillaume Blanc, Sophie Danvy, Christine Blouin, Anne Ricard

Avec la participation du groupe « génétique et génomique » du cheval de sport (SHF, SBSF, ANAA , CSAN et ANFPS) 

Auteur(s) : Ifce, Inra

Poids : 4.54 Mo

Télécharger : cliquez ici


Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Ouvrage Amélioration génétique des équidés
  • Stud book de races françaises

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"