Fiche consultée 13559 fois.

Partager

Le compostage du fumier : mode d’emploi (réalisation et gestion)

Niveau de technicité :

Auteur : P. Doligez

Mise à jour : Juillet 2016

 

Pour contribuer au confort des équidés logés en bâtiment, des surfaces paillées (boxe, stabulation) entretenues régulièrement amènent toute structure équine à produire du fumier.
Le compostage est une technique de recyclage et valorisation qui peut être utilisée aujourd'hui pour le fumier de cheval. Par la fermentation aérobie, le fumier est valorisable en tant qu'amendement organique et/ou fertilisant pour les sols agricoles.
Dans cet objectif, les étapes du processus et les modalités des différents travaux sont présentés ici.

Le compostage, qu’est-ce que c’est ?


Le compostage est une fermentation aérobie de matières organiques d’origine végétale et/ou animale. Sous l’action d’organismes microscopiques naturels, la matière organique se dégrade sous le contrôle de différents facteurs tels que la montée en température, l’humidité et l’oxygénation. 


Le produit final, stable et inodore, a l’aspect d’un terreau. C’est alors un produit à utiliser en tant qu’amendement et fertilisant.


La technique du compostage repose sur le mélange de la matière de départ, après des opérations d'émiettage (homogénéisation) et de retournement (aération).

 

Processus (Hacala, 1999):

Phase mésophile: le retournement entraîne la chute de la température du fumier (30-40°C) qui a chauffé en fumière. La dégradation de la matière organique débute avec une prolifération de micro-organismes (naturellement présent dans la biomasse) en présence d'oxygène engendrant des dégagements gazeux d'eau, de gaz carbonique et d'ammoniac.

 

Phase thermophile: une forte montée en température (60- 80°C) est obtenue au coeur de l'andain quelques jours après le retournement.

 

Phase de refroidissement: au bout de quelques semaines après le retournement, on obtient un compost jeune désodorisé.

Souvent on procède à deux retournements, ce qui relance la phase thermophile afin de favoriser la fermentation de toute la matière.

 

Phase de maturation: après plusieurs mois, la matière est transformée en humus stable de pH neutre, à température ambiante.

Techniques de compostage

Trois principales techniques sont utilisées pour obtenir du compost :

  • Le compostage au champ (la plus simple).
    Le fumier doit être stocké deux mois en fumière avant sa reprise. Après avoir chargé la matière de départ en remorque, elle est entreposée sous forme d’un andain au champ (conditions de sol portant). La matière est ensuite retournée (à l’aide d’un retourneur d’andains), à plusieurs reprises (généralement 2) pour enclencher le processus de fermentation par l'aération.
  • Le retournement avec un godet aérateur monté sur un auto-chargeur. Il permet de broyer et mélanger la matière première en position fixe, disposée sur une plateforme. On peut aussi utiliser un épandeur qui broie la matière en la disposant en tas (éviter les tas trop importants qui limiteront les échanges avec l'air et donc la fermentation).
  • L’aération forcée.
    Après avoir broyé la matière de départ, celle-ci est placée dans un silo étanche. Ce silo est bâché, équipé d’un système automatisé régulant l’apport d’air par soufflerie et l’injection d’eau par des canaux d’irrigation. Cette technique impose un investissement important pour la réalisation d’une plate-forme étanche et d’un silo spécifique (commercialisé par des entreprises spécialisées). En revanche, le processus de fermentation est totalement contrôlé.

 

Quand peut-on réaliser le compostage de fumier ?


Le compostage au champ peut se réaliser toute l’année
, mais les retournements sont généralement réalisés au printemps/été pour un épandage à l’automne sur les parcelles de pâturage ou de cultures. En effet, la pénétration du compost dans le sol sera favorisé par l'action des pluies.

Au préalable, le fumier utilisé devra été stocké deux mois au minimum en fumière ou sous les animaux avant la réalisation d’un andain au champ.

Le fumier sera sorti et mis en andain au champ dès que les conditions météorologiques le permettent (sols ressuyés, sols gelés).

2 retournements de 3 à 6 semaines d'intervalle, sur le même andain sont recommandés.



Le deuxième retournement relance une seconde fermentation de la matière, avec une remontée des températures.

Après un 2ème retournement, on observe une réduction de volume de l’andain, résultat de l’activité des micro-organismes.

Il faudra compter un à trois mois de maturation avant d’épandre un compost mature. Cette transformation entraîne une perte de volume de 30 à 50% de la matière de départ.

Qu’utilise-t-on comme matériel ?

Pour réaliser un andain au champ, il convient de disposer de matériels agricoles adaptés :

  • un tracteur équipé d’une fourche ou d’un chargeur pour vider la fumière et transvaser le fumier.
  • une remorque tractée basculante, qui permettra aisément de disposer au champ, le fumier en andain.
  • un retourneur d’andains ou un godet aérateur monté sur un auto-chargeur.


Tout ce matériel est onéreux à l’achat.  Il est possible de solliciter une CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériels Agricoles) proposant les services de compostage pour ces travaux. (se renseigner auprès de la fédération départementale CUMA de son département)

 


Dans le cas du compostage d'un petit volume de fumier, le godet aérateur de compost permet aussi le mélange avec d'éventuels déchets.

Avec ce matériel, le processus de compostage doit avoir lieu sur un sol stabilisé (plate-forme). En effet, le godet étant fixé sur un tracteur ou un auto-chargeur, les manœuvres répétées en poste fixe au même endroit entraîneront des dégâts de terrain.

Comment dispose-t-on la matière au champ ?

Le chantier de compostage au champ s’effectue sur la parcelle où a lieu l’épandage et à proximité des parcelles voisines qui seront aussi amendées. La surface utilisée pour composter doit être plate, sur un sol portant, distante d'au moins 35m d'un puits ou source de stockage d'eau. Le chantier de compostage ne doit pas être situé à proximité immédiate d'une route.

Le fumier est disposé en andains, suffisamment espacés pour permettre le passage de la machine. Les andains ne devront pas faire plus de 3,50 m de large et 1,80 m de haut (mesures recommandées pour un retourneur d’andains).

La mise en place des andains doit être faite de manière à mélanger au mieux les matières d'origine différente (fumier pailleux, fumier fait, déchets verts) et ce de manière homogène (même hauteur, même largeur). En effet, il est important que les déchets verts soient mélangés le mieux possible au fumier afin de faciliter la montée en température et d'éviter l'apparition de zones qui se transformeront moins bien.
Une fois constitués, les andains pourront être reformés si besoin mais aucun apport supplémentaire de matière ne sera fait après le premier retournement si l'on souhaite l'obtention d'un humus homogène.

Quel type de matière peut-on composter ?

Le fumier équin est souvent très pailleux.
Les litières de chevaux, renouvelées fréquemment, entraînent l’obtention d’un fumier hétérogène majoritairement composé d’agglomérats de paille plus ou moins imbibés d’urine, parsemés de crottins peu dégradés. 

Le fumier de cheval issu de stabulation paillée, "fait", bien imbibé d'urine et de fecès, ayant séjourné pendant 3-4 mois en fumière, peut être composté seul.


En revanche, le fumier très pailleux, issu du curage quotidien est souvent trop sec et proportionnellement pauvre en azote (C/N élevé) voir le compostage- suivi des transformations, Il se décomposera mal seul, par la technique de compostage. Il faudra procéder à des arrosages, à des mélanges avec d'autres matières organiques, réaliser plus de 2 retournements et/ou disposer d'une période plus longue de fermentation pour obtenir la transformation en humus.

Ainsi, il est souhaitable de mélanger au fumier pailleux de cheval, afin de garantir sa bonne fermentation, d’autres matières premières :

  • fumier de bovin ou autres espèces dont le concentration en déjections (c'est à dire azote) est plus importante,
  • déchets verts (tontes d’herbe, feuilles décomposées,...)
  • déchets ménagers biodégradables.

Les  fumiers issus de litières à base de copeaux de bois, lin ou chanvre peuvent être compostés. Ils sont aussi très riches en fibres (carbone), et secs ce qui engendre une dégradation et une maturation plus lentes. Il faudra généralement y ajouter des matières organiques riche en azote (tonte de gazon, ou arroser pour favoriser la fermentation aérobie.

D'autre part, la méthode de curage des boxes reste la même. Une attention particulière sera cependant demandée pour éviter le dépôt de matières non fermentescibles (non biodégradables) dans la fumière.

En effet, l'opération de compostage (godet, andaineuse) puis l'épandage au champ nécessitent qu'aucun caillou, plastique, ficelle de balles, pouvant endommager le matériel et polluer la parcelle, soit déposé dans le fumier. 

 

 

Retourneur d'andain en action
© AMP/IFCE

Exemple de calendrier de travaux de compostage :

Les processus de transformations sont décrits dans « Le compostage du fumier : suivi des transformations ».

Votre compost est prêt ? Quand et comment l’utiliser ?

Quand?

L’épandage du compost est possible toute l’année quand le sol est portant.


Comment ?

A l’issue de l’obtention d’un compost mature, il faut reprendre celui-ci avec la fourche du tracteur ou le chargeur et utiliser un épandeur à hérissons verticaux afin de réaliser un épandage large, diffus et homogène.

Tabler sur un dosage de 10 à 20 tonnes de compost à l’hectare. Pour une assimilation plus rapide dans le sol, préférer l’épandage à l’automne. 

3 semaines après l’épandage sur les parcelles, les chevaux peuvent pâturer sans problème d’appétence.

L'intérêt de l'épandage du compost par rapport à du fumier brut de cheval ?

Le produit est homogène à l'épandage, contrairement au fumier brut qui laisse des amas de paille sur les prairies. Ces débris éparses sont assimilés plus lentement par le sol et peuvent entraver la pousse de l'herbe. Le volume (réduit du tiers voire de moitié par le compostage) est plus rapidement épandu sur les sols ;

Le produit désodorisé, permettra un épandage plus proche des tiers (mais à plus de 10 mètres) ;

Le compost obtenu est constitué de matière organique stable jouant le rôle de fertilisant pour les plantes (à long terme pour l'élément azote) et d'amendement organique améliorant la structure du sol.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Aménagement et équipement des centres équestres

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"