Fiche consultée 9567 fois.

Partager
Share |

Évacuateur à fumier - Écurie curable mécaniquement

Niveau de technicité :

Auteur : Département ingénierie

Mai 2009

 

Le temps à consacrer quotidiennement à un cheval au box, est difficilement compressible. L’entretien des écuries, pour le confort des équidés, prend beaucoup de temps. Afin de valoriser au mieux ce temps, et de rendre plus confortable pour le personnel ces activités, des aménagements techniques peuvent être réfléchis, comme l’installation de matériels de curage des boxes.

Le matériel et la mécanisation au service de l’entretien du cheval

©FG/IFCE

Le personnel affecté à l’entretien des chevaux passe un temps important :

  • au curage des boxes (tous les jours) ;
  • à la distribution des fourrages (2 ou 3 fois par jour) ;
  • au pansage des chevaux.
     

Il est exclu de vouloir mécaniser toutes les tâches et l’on doit on s'en féliciter car les contacts entre l'homme et le cheval sont indispensables. Cependant des solutions ponctuelles contribuent à améliorer les conditions de travail des personnels avec l’emploi de matériels tels que :  

  • des aspirateurs à pansage fonctionnels existent sur le marché. Ils donnent d'excellents résultats et présentent l'avantage d'éviter au cheval de respirer la poussière comme dans le cas d’un pansage manuel. Les chevaux s'habituent vite au bruit produit ;

  • en matière d'alimentation, des trappes en façade de boxes qui facilitent la distribution des concentrés. Plus en amont, le stockage des céréales ou des granulés en silo à distribution gravitaire facilite les livraisons et les approvisionnements quotidiens. Il existe des silos en toile ou métalliques d'un coût très abordable. 


Tous les locaux doivent être compatibles avec une mécanisation ultérieure de la manutention des fourrages : accessibilité, dimensions du hangar à fourrages, largeur des couloirs, etc...


Des solutions existent également pour le curage mécanique des boxes :

  • la chaîne à fumier (déjà largement utilisée dans le monde agricole en particulier dans l'élevage bovin) ;
  • l’aménagement de boxes à cloisons mobiles (fréquent en Allemagne) permettant le passage d’un tracteur muni d'une lame frontale.

Ces 2 systèmes ont été utilisés dans certaines écuries françaises où ils donnent satisfaction. En France, leur emploi reste encore assez peu développé.

 

Chaîne à fumier

Chaine à fumier (©IFCE)

Les crottins sont enlevés quotidiennement de la litière et poussés dans un caniveau où une chaîne les transporte jusqu'à la fumière. Le tri de la paille propre et de la paille souillée a toujours lieu manuellement, mais la partie la plus pénible physiquement est mécanisée. Plus besoin de soulever le fumier pour le mettre dans une brouette, ni de pousser cette dernière jusqu'à la fumière.


Le monde agricole utilise plusieurs sortes d'évacuateurs :

  • à piston ;
  • à racleur ;
  • en va-et-vient.


Compte tenu de la consistance du fumier de cheval, le système recommandé pour une écurie est la chaîne marine carrée, galvanisée à chaud, à mouvement continu.


Une simple rigole à l'air libre convient en élevage bovin. En revanche pour le fumier de cheval il est nécessaire de réaliser un caniveau assez profond (0,45 m de large, 0,50 m de profondeur), nécessairement couvert pour des raisons de sécurité.

Le caniveau peut passer dans, derrière ou devant le box. Il semble que la meilleure formule consiste à réaliser ce caniveau devant le box et de le recouvrir de plateaux de sapin de 0,04 d'épaisseur, munis en face de chaque box d'un système permettant de les soulever facilement (encoche, poignée...).

 

Il est préférable d'éviter au maximum les angles (©IFCE)


Le coût de l'investissement est essentiellement fonction de la longueur de la chaîne
, il est donc plus adapté aux écuries compactes. Les poulies permettent en théorie de réaliser toutes sortes de circuits mais en pratique il est préférable de limiter le nombre de poulies d'angles.

Au prix de la chaîne proprement dite (41 € H.T./ml), se rajoutent celui du caniveau (70 € H.T./ml) de la rampe (une rampe fixe est moins chère qu'une rampe orientable à 180° et fonction de sa longueur, des frais d'installation  électrique).

La chaîne peut déverser le fumier :

  • directement dans la fumière (obligatoirement placée en bout d'écurie ce qui présente quelques inconvénients) ;

  • dans une remorque qui est ensuite vidée dans la fumière (un tracteur est alors nécessaire) ;

  • dans une benne qui est emportée par le camion évacuateur adapté (une grande régularité d'enlèvement est indispensable).

 

Elevateur à la sortie de l'écurie (©IFCE)
Rampe (©IFCE)
Remorque basculante (©IFCE)

Plans pour une chaîne marine carrée à mouvement continu

Élévateur fixe ou mobile : éléments comparatifs

Écurie curable mécaniquement

L’objectif est de permettre le passage d'un tracteur, équipé d'une lame frontale pour pousser le fumier hors de l'écurie, grâce au déplacement de cloisons mobiles.


Le curage est alors complet et aisé. L’inconvénient est qu’entre deux nettoyages, les chevaux vivent sur une litière qui se dégrade progressivement, même si de la paille fraîche est rajoutée tous les jours. Par ailleurs le système suppose de déplacer les chevaux pendant le passage du tracteur, ce qui n'est pas toujours simple. Le choix de ce système est aussi fait en fonction du type de chevaux entretenus (juments plus qu’étalons).

 

Cloison coulissante (©IFCE)

Deux conceptions d’implantations existent, soit en :

  • boxes de part et d'autre d'un couloir central. Les cloisons sont déplacées alternativement dans le couloir, une seule rangée de boxes peut être curée à la fois. Cette solution oblige un déplacement minimum des chevaux.

  • boxes dos à dos avec auvents latéraux. Les cloisons sont déplacées vers les auvents simultanément. Cette solution est plus coûteuse car la surface nécessaire est plus importante.


La construction de l'ensemble peut être de type préfabriqué comportant la :

  • construction d'une dalle en béton armé
  • mise en œuvre de la charpente et de la couverture
  • pose de boxes à ossature métallique galvanisée, soubassements en bois traité à cœur


L'éclairage est prévu sous la charpente, les mangeoires et abreuvoirs placés judicieusement pour permettre le passage du tracteur.

Le coût minimum pour un box équipé varie d'environ 2 500 à 3 000 € H.T.

Principe de fonctionnement de cloisons mobiles : cloisons sur galet

Principe de fonctionnement de cloisons mobiles : cloisons suspendues

Plan de l'écurie : cloisons positionnées pour l’utilisation en boxes

Plan de l'écurie : cloisons positionnées pour le curage

Voir aussi

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"