Fiche consultée 16536 fois.

Partager
Share |

Conception d'un box

Niveau de technicité : 

Auteur : IDEE - IFCE
Mars 2012

La bonne conception d’un box est essentielle, pour la sécurité du cheval comme des personnes, ainsi que pour rendre son utilisation pratique et agréable.

Dimensions

©IFCE

Evidemment, le besoin d’espace est à adapter selon le gabarit du cheval ou du poney. Les recommandations suivantes permettent néanmoins de loger correctement tous types de chevaux :

  • Surface intérieure : 9 à 12 m² en général.

  • Hauteur minimum sous bas de pente: 3 m. En dessous de 2,50 m un plafond est considéré comme dangereux. La hauteur doit permettre de placer les ouvertures au-dessus du cheval (minimum 1,80 m). Les ouverture doivent être munies d’une protection en dessous de cette hauteur.

  • Volume : La hauteur du box doit être suffisante pour offrir un volume d’environ 40 m3 (27 m3 minimum).


Les séparations entre boxes doivent avoir une hauteur totale d’au moins 2,40 m. Leur partie pleine doit avoir une hauteur d’environ 1,30 m.

Façades

Les façades pleines sont à éviter car elles engendrent souvent une ambiance triste : il est préférable de réaliser un habillage côté couloir de la cloison en béton avec des plateaux de bois par exemple.

La porte peut être centrée sur la façade mais ce n’est pas une obligation. En cas de boxes extérieurs, le fait de placer la porte sur un bord de la façade, donne au cheval un plus grand volume calme à l’abri du vent ou des intempéries quand le vantail haut reste ouvert, ce qui est conseillé.

Séparations

La partie basse doit être suffisamment solide pour résister aux coups des sabots ainsi qu’au nettoyage haute pression.

Pour des écuries en barn, les séparations surmontées de barreaudage permettent au cheval de voir ses voisins et satisfont ainsi son besoin de sociabilité. Elles facilitent également la ventilation et contribuent à une atmosphère intérieure plus lumineuse.

Des séparations pleines jusqu’au plafond réduisent les risques de contamination par contact nasal et de courant d’air. Elles sont nécessaires en cas de boxes extérieurs (précisément pour ces raisons de courant d’air). Une solution intermédiaire consiste à prévoir une séparation pleine tous les 2 boxes et partiellement barreauder le reste des boxes.

Barreaudage

Il doit être assez serré pour éviter qu’un cheval en se cabrant ne puisse se coincer un membre : barreaux verticaux, d’entraxe 8 cm (un barreaudage horizontal qui favorise le tic à l’appui est proscrit).

Portes

La porte du box doit être de 1,20 x 2,40 m, en laissant un jeu de 5 mm sur le pourtour et 2,5 cm maximum entre le sol du box et le bas de la porte, pour éviter qu’un sabot de cheval ou un fer ne puisse s’y coincer. Il est important que l’embrasure de la porte ne présente aucune partie saillante contre laquelle un cheval puisse se blesser.

Toutes les portes battantes doivent être prévues ouvrant vers l’extérieur du box et pouvant se rabattre complètement.

Dans tous les cas, le sens d’ouverture des portes doit faciliter l’évacuation des chevaux en cas d’incendie.

Il est surprenant de constater le nombre de portes de boxes que les chevaux parviennent à ouvrir, avec toutes les conséquences graves qui peuvent en résulter. Il est donc conseillé de choisir un système de fermeture :

  • qui puisse résister à des poussées violentes et répétées des années durant, ou qu’un cheval malin ne parvienne pas à manoeuvrer ;
  • qui soit en outre d’une utilisation aisée pour le personnel qui n’a le plus souvent qu’une main de libre : une porte doit pouvoir s’ouvrir facilement.


Pour éviter que la porte ne se voile sous l’effet de la poussée des pieds et des genoux du cheval, il est recommandé d’adopter deux points de fixation, le verrou du bas étant manoeuvrable avec le pied (sinon il restera ouvert les 3/4 du temps) ou couplé sur le verrou du haut.

©O.Macé

Box extérieur

Il est généralement fermé par une porte battante à deux vantaux (bas et haut) permettant au cheval de sortir la tête. Cette porte peut être surmontée d’une imposte vitrée pour la ventilation et l’éclairage naturel.

Le vantail bas mesure 1,30 m de haut. Pour empêcher les chevaux de se balancer continuellement d’un antérieur sur l’autre (tic à l’ours), on ajoute utilement une grille ou un barreaudage en forme de V au-dessus du vantail bas.

Le vantail haut peut être équipé d’une cornière métallique (ne pas utiliser de métal mou qu’un cheval puisse arracher) formant rabat pour permettre la jonction entre les deux vantaux. Autre solution : tronquer la jonction entre les vantaux.

©PS/IFCE

Box intérieur

Il est généralement fermé par une porte entièrement barreaudée dans sa partie supérieure. De plus en plus les portes coulissantes sont préférées aux portes battantes : elles s’imposent lorsque le couloir de service mesure moins de 2,50 m de large. Le seul système fonctionnel de porte coulissante est la porte coulissante suspendue, des butées au sol limitant le mouvement de la porte.

On trouvera dans l’ouvrage «Aménagement et équipement des centres équestres», disponible à la Librairie, les plans de détail de différents types de portes, les dispositifs de charnières pour portes battantes, de guidage au sol pour portes coulissantes, etc.

Mangeoires

Position de la mangeoire

On préconise souvent de placer la mangeoire côté couloir dans l’angle à gauche en entrant. Le cheval ayant en effet tendance à se tenir devant sa mangeoire, cette disposition permet au personnel d’aborder le cheval du côté habituel, c’est-à-dire par sa gauche, ce qui peut grandement faciliter les choses lorsqu’il s’agit de passer un licol à un cheval qui ne se laisse pas facilement attraper.

Hauteur de pose

On recommande souvent de poser la mangeoire entre 1 et 1,30 m de haut pour éviter qu’un cheval ne puisse y poser un pied. Les Anglo-Saxons optent pour une position plus basse (entre 0,60 et 0,90 m de hauteur), qui permet au cheval de manger dans une attitude plus proche de l’attitude naturelle, qui réduit également le risque qu’un cheval surpris ne heurte la tête s’il était en train de rechercher les grains tombés sous la mangeoire...

Types de mangeoires

Les mangeoires sont le plus souvent fixes, parfois pivotantes. Il convient de choisir un modèle incassable antigaspillage d’une capacité de 16 à 25 l environ, muni d’un bouchon de vidange autorisant un nettoyage à grande eau. Il existe des mangeoires conçues pour être posées dans un angle, d’autres le long du mur.

Trappes pour mangeoires

Un système de trappe permet de distribuer le grain sans pénétrer dans le box, dans le cas de mangeoires placées côté couloir. On trouve aussi dans le commerce des mangeoires d’angle pivotantes, que l’on peut également remplir depuis l’extérieur. La pose d’un volet pour obstruer la trappe n’est pas indispensable.

Certaines personnes sont très hostiles au système de trappe, avec l’argument de dire qu’en diminuant le nombre de fois où l’homme pénètre dans le box, les contacts entre celui-ci et le cheval en sont diminués d’autant, qu’une occasion de contact privilégiée (à chaque repas) se trouve ainsi perdue.

Abreuvoirs

Position de l’abreuvoir

On gagne de la place en plaçant l’abreuvoir dans un angle du box. La hauteur de pose recommandée est de 1 à 1,30 m.

Alimentation en eau des abreuvoirs

Les recommandations importantes et incontournables sont peu nombreuses :

 

  • donner au réseau d’alimentation une pente générale vers une purge générale facile d’emploi ;
  • munir chaque abreuvoir d’une vanne d’arrêt individuelle (quart de tour). Ainsi, pour un surcoût très limité, on n’est pas contraint de priver d’eau une écurie complète en cas de fuite sur un seul abreuvoir (incident relativement fréquent).

 

Systèmes antigel

Des systèmes réellement antigel existent, les plus simples étant constitués d’une résistance enroulée autour de la canalisation. Les abreuvoirs peuvent aussi être protégés par une résistance intégrée. Malheureusement ces systèmes sont coûteux et assez fragiles

Une solution peu coûteuse consiste à équiper l’installation d’une sonde et d’une alarme qui se déclenche quand la température descend en dessous d’une température donnée (1 ou 2 °C par exemple) : elle suppose alors l’intervention adéquate du personnel.

Types d’abreuvoirs automatiques

 

  • Abreuvoir à palette ou à palpeur : le cheval actionne une palette ou un palpeur qui déclenche l’arrivée d’eau. C’est un excellent système mais qui peut demander un certain temps d’apprentissage aux chevaux. Son utilisation est donc à réserver aux écuries où les chevaux séjournent longtemps.

 

  • Abreuvoir à niveau constant : un flotteur accessible par démontage d’un capot protecteur gère automatiquement l’arrivée d’eau.


Pour ces deux types d’abreuvoir, un nettoyage régulier est nécessaire, facilité par un bouchon de vidange.

Protection de l’abreuvoir

En principe, les modèles incassables ne nécessitent pas de protection particulière. Néanmoins, un simple tube coudé qui épouse la forme de l’abreuvoir (sans laisser d’espace où un pied puisse être pris) constitue une bonne précaution.

Anneaux d’attache

On n’en prévoit jamais assez. Un anneau par box constitue un minimum, deux anneaux sont préférables. En fait, il est utile de pouvoir attacher les chevaux :

 

  • à côté de la mangeoire ;
  • sur le mur du fond (par exemple pendant le curage du box) ;
  • à l’extérieur pour effectuer le pansage ou le ferrage hors du box.


Des anneaux placés trop bas favorisent les prises de longe, il est donc conseillé de les placer à 1,30 m minimum. Les anglais préconisant une hauteur encore supérieure (1,60 m) mais il faut penser aux utilisateurs, particulièrement aux enfants dans les poneys clubs.

Classiquement on utilise des anneaux constitués d’acier rond galvanisé, le diamètre extérieur de l’anneau étant d’environ 70 mm. La fixation des anneaux doit résister à des tractions importantes. Un anneau qui cède peut causer un accident grave.

Pour en savoir plus

Les précisions techniques et schémas de conception sont disponibles dans l’ouvrage « Aménagement et équipement des centres équestres », que vous trouverez à la Librairie des Haras nationaux.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"