Fiche consultée 12219 fois.

Partager

Les races d'équidés et leurs utilisations dans le monde

Niveau de technicité:

Auteur : REFErences

Janvier 2011

Les utilisations des équidés dans le monde varient depuis un animal de travail ou de rente à un animal de performance véritable athlète de haut niveau. Petit aperçu de ces nombreuses races aux utilisations multiples.

Pays en voie de développement : utilisation du cheval comme force de traction et animal de rente

Dans les pays en voie de développement n’ayant pas encore connu une mécanisation importante de leur agriculture, le cheval est encore beaucoup utilisé comme force motrice.

Différentes espèces animales peuvent être utilisées pour le travail. Celles les plus adaptées doivent être capables de se reproduire dans les conditions locales et être assez résistantes pour fournir le travail exigé. Elles doivent être d’un prix abordable et localement disponibles. Dans de nombreux cas, l’espèce locale fournit la meilleure alternative. Différentes espèces animales peuvent être utilisées pour ces travaux, en particulier les bovins (boeufs, taureaux et vaches), les buffles, les chameaux, les équidés et plus particulièrement les mulets et les ânes.

Dans beaucoup de pays, les chevaux, les ânes et les mulets sont également employés pour le transport rural. L’Asie et l’Afrique, avec environ 20 millions d’ânes et mulets chacun, sont les continents ayant les cheptels les plus importants. Leur utilisation dans les secteurs agricoles et de transport rural se développe du fait leur faible coût d’entretien.

 

Pays développés : utilisation du cheval comme animal de course, de sport ou de loisir essentiellement

Dans les pays développés, les loisirs équestres se sont développés lorsque le niveau de vie et les temps libres ont augmenté. Apparus au cours de la deuxième moitié du XXième siècle en France, ils ont permis une grande diversification des utilisations du cheval. Les utilisations antérieures persistent mais ne sont plus prépondérantes.

En Europe occidentale, les activités pratiquées sont nombreuses et sont plus ou moins développées selon les pays. Ainsi il est possible de distinguer des pays ayant une utilisation polyvalente des équidés comme la France, l’Italie, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni qui ont aussi bien des filières course, sport-loisir que bouchère bien développées.
Cependant même au sein de ces pays les pratiques diffèrent, notamment dans l’organisation des trois disciplines de course. En France et en Italie les trois disciplines sont très actives, le Royaume-Uni n’organise que des courses de galop et l’Allemagne principalement des courses au trot et des courses plates.

Certains pays ont une utilisation un peu moins diversifiée : la Suède ou l’Irlande par exemple disposent de deux filières, sport-loisir et course, bien développées. Leurs filières courses sont elles-mêmes assez spécialisées, en trot en Suède (>90% des courses organisées) et en galop en Irlande.

D’autres pays ont une utilisation plus spécifique notamment la Suisse et les Pays-Bas qui sont plutôt orientés vers la pratique des sports et loisirs équestres, ils n’organisent pas ou très peu de courses.

Dans certaines régions, le cheval est encore utilisé comme animal de travail pour garder le bétail, pratique courante en Camargue par exemple.

Pays en transition : chute des effectifs d’équidés


Lors de la mécanisation de l’agriculture, l’utilisation du cheval pour le travail disparaît progressivement au profit d’une utilisation de sport et de loisir, entraînant toutefois une chute des effectif d’équidés.

Par exemple la Pologne, qui a récemment mécanisé son agriculture, a vu ses effectifs d’équidés passer de plus de 2 millions au début des années 80 à près de 300 000 au cours des années 2000.

397 races répertoriées au niveau mondial


Originaire d’une soixantaine de pays, ces races sont répertoriées via leur numéro UELN.

L’Allemagne , la France et les Etats-Unis avec respectivement 46, 37 et 34 races enregistrées sont les pays les plus représentés.

Près de trois quarts des races enregistrées sont de type selle, elles regroupent les races de sport, de loisir et les poneys. Les races de trait représentent environ 15% du nombre de races. Les races de courses sont peu nombreuses : environ 5% car le Pur sang a une gestion mondiale dont le berceau est l’Angleterre.

L’Allemagne et les Etats-Unis ont déclaré de nombreuses races de selle (>30) alors que la France a déclaré de nombreuses races de chevaux de trait et d’ânes et seulement 15 races de selle.

L’UELN, un système international d’identification

Un système international d’identification unique des équidés a été mis en place : l’UELN (Universal Equine Life Number) est un numéro composé de 15 chiffres, les 6 premiers identifient le pays et la base de données ayant enregistré l’équidé pour la première fois, puis les autres chiffres sont l’identifiant national de l’animal.

Par exemple, la base de données nationale française SIRE a pour identifiant "250001". Ainsi, les équidés enregistrés pour la première fois en France ont pour UELN "250001" suivi de leur numéro SIRE.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Annuaire ECUS 2013
  • Panorama économique de la filière équine

Ressource e-learning

  • La filière équine en chiffres

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"