Fiche consultée 9699 fois.

Partager

Hygiène de la monte

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteurs : I. Barrier, B. Ferry, A. Margat, M. Vidament

Mise à jour : Septembre 2017

 

L'hygiène de la monte est nécessaire pour éviter la propagation de germes pathogènes entre reproducteurs. Elle doit être bien appliquée tant au niveau de l'élevage que de l'étalon et la jument pour être efficace.

Objectifs


L'hygiène de la monte vise :

  • à protéger les étalons et les juments contre la contamination par des germes pathogènes, c'est à dire des germes capables de se développer dans l'utérus de la jument et d'y provoquer une inflammation prolongée ou endométrite,

  • à diminuer la quantité des microbes présents habituellement sur les muqueuses génitales
    En effet, les muqueuses génitales constituent un site de choix pour le développement des microbes en leur fournissant chaleur, humidité et sécrétions nutritives. 
    Cette flore bactérienne est variée. Exceptionnellement, elle peut devenir dangereuse pour l'utérus.

 

Toutes les informations et règlementations à jour concernant les vaccinations et dépistages de maladies vénériennes sont disponibles dans le document "Dépistage vaccination étalons/juments".

Hygiène générale au haras

L'objectif des règles d'hygiène dans un haras est de prévenir la transmission des germes pathogènes (= qui entraînent des maladies) entre les reproducteurs.

Les germes pathogènes se transmettent entre les reproducteurs :

  • par la saillie (lors du contact entre les muqueuses génitales de l'étalon contaminé à la jument ou vice versa de la jument contaminée à l'étalon sain),

  • par l'insémination artificielle (uniquement du sperme de l'étalon contaminé vers la jument saine),

  • par les supports indirects qui rentrent régulièrement en contact avec les organes génitaux.

 


Tout support (matériel ou manuel) en contact avec les organes génitaux doit être stérilisé  ou à défaut à usage unique ou réservé à un seul animal.

En pratique :

  • l'opérateur portera des gants à usage unique pour effectuer des prélèvements de contrôle sur la verge des étalons, diriger la verge dans le vagin, passer les juments à la barre, laver la vulve de la jument, et des gants stériles ou à défaut à usage unique pour inséminer une jument, effectuer des prélèvements au niveau du col ou du clitoris des juments.

  • le matériel qui rentre en contact avec les organes génitaux doit être à usage unique (papier absorbant, protège-queue, capote interne des vagins artificiels, sac plastique à l'arrière des mannequins changé entre chaque collecte…) ou stérile ou à défaut à usage unique (cathéter et gant d'insémination, vaginoscopes).

Hygiène de la jument

L'objectif des règles d'hygiène chez la jument est de diminuer la quantité de germes susceptibles de pénétrer dans l'utérus.

La quantité de germes présents au niveau de l'appareil génital de la jument est très élevée au niveau de la vulve, et diminue graduellement jusqu'au niveau de l'utérus qui est dépourvu de germes (stérile).

Cette graduation dans le microbisme s'explique d'une part par la difficulté de pénétration des germes à l'intérieur de l'appareil génital (présence de 3 barrières : lèvres vulvaires, anneau vestibulaire et col) et d'autre part par le pouvoir immunitaire de l'utérus (= capacité à éliminer les germes).

L'utérus normalement stérile reçoit des germes à chaque saillie ou insémination (germes contenus dans le sperme, lors du poulinage, lors des manipulations gynécologiques dans le vagin ou de mauvaise conformation vulvaire (introduction d'air dans l'utérus avec les quelques germes en suspension)). L'utérus réagit par une réaction inflammatoire qui élimine les germes (en 1 à 2 jours après une saillie par exemple).

La capacité de l'utérus à lutter contre les germes varie en fonction des juments et du moment du cycle (plus importante pendant les chaleurs qu'en dehors des chaleurs, où elle est très faible).

L'utérus doit être protégé contre les germes. Sinon son pouvoir immunitaire risque d'être dépassé par les germes : une endométrite peut s'installer.

En pratique : 

  • n'introduire que du matériel stérile dans le vagin, col ou utérus d'une jument (gant, cathéter d'insémination, sonde pour collecter les embryons, écouvillon utérin…),

 bien nettoyer la région périnéale très souillée avant de pénétrer dans le vagin (3 lavages avec un savon antiseptique iodé, rinçages à l'eau tiède, essuyage).

 

Hygiène de l'étalon

L'objectif des règles d'hygiène chez l'étalon est de maintenir la verge propre tout en respectant l'équilibre biologique de la flore bactérienne.

La muqueuse de la verge est recouverte d'une flore microbienne très abondante. Ce sont ces germes qui se retrouvent dans la semence lors de la saillie ou la collecte de sperme. Cette flore microbienne protège la verge contre d'autres germes plus dangereux. Il est important de maintenir cette flore en équilibre biologique.

L'usage des antiseptiques sur la verge d'un étalon est à proscrire car ils sélectionnent une flore plus dangereuse. Ils ne seront utilisés qu'exceptionnellement pour traiter un germe pathogène sur un étalon porteur et sur prescription du vétérinaire. L'eau seule est utilisable en routine sur les étalons.

En pratique :

  • après un repos sexuel ou lorsque la verge paraît sale, laver la verge à l'eau savonneuse et tiède, rincer et essuyer.
  • après chaque saillieeffectuer un trempage de la verge dans un pot d'eau pure.
  • avant chaque collecte, effectuer un rinçage de verge à l'eau pure afin d'enlever les plus grosses salissures, suivi d'un essuyage.

Hygiène de l'insémination artificielle

L'objectif des règles d'hygiène en insémination artificielle est de ne pas apporter de germes supplémentaires à ceux contenus dans la semence lors des manipulations successives de la semence.

L'insémination présente d'importants avantages sanitaires par rapport à la saillie naturelle :

  • suppression de la transmission de germes pathogènes d'une jument à l'étalon.

  • diminution du nombre de germes déposés dans l'utérus (500 000 germes/ml dans le sperme éjaculé contre 3 000 à 13 000 germes/ml dans les doses d'insémination).

En pratique :

  • utiliser du matériel stérile en contact avec la semence (flacon de collecte, cathéter, seringue, cône et gaze de filtration…).

 inséminer des juments en chaleurs uniquement.

  • effectuer un nettoyage, rinçage et essuyage très minutieux de la région vulvaire avant la mise en place de semence, utiliser des cathéters stériles et protégés par des gaines sanitaires.

 mettre des antibiotiques dans le dilueur si l'insémination a lieu plus d'1  heure après la collecte (obligation règlementaire).

 

Les cônes en latex utilisés pour les récoltes passent par des étapes de trempage, nettoyage, rinçage à l’eau claire puis à l’eau déminéralisée, séchage et entreposage dans un endroit à l’abri de la poussière. Ainsi, on peut éliminer une source de contamination.

 

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"