équi-vod

Fiche consultée 10898 fois.

Partager

Sperme congelé : utilisation des petites doses et de l’insémination artificielle profonde

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteurs : L. Vignaud, L. Marnay, Ifce

Mise à jour : Mai 2017

Pour certains étalons, un faible nombre de paillettes de semence congelée est affecté par jument pour une saison. Afin de tenter d'optimiser leur utilisation pour obtenir une gestation, le recours à l'utilisation de petites doses et à l'insémination artificielle profonde est fréquent. Tour d'horizon pour mieux comprendre.

Contexte

Depuis plusieurs années, le nombre de paillettes de semence congelée fourni par contrat de saillie est variable selon les étalons et les vendeurs. Il peut être réduit à 4-5 paillettes, voire une seule.

Cette tendance a favorisé l'émergence de la technique d'insémination à faible dose pour tenter d'optimiser le nombre de paillettes disponibles pour obtenir une gestation.

  • Une seule paillette (parfois 2) est alors utilisée à chaque insémination.

  • Une seule insémination est généralement réalisée par chaleur, et effectuée la plupart du temps post-ovulation (maximum 6 heures après l'ovulation)

  • Un suivi ovarien 4 fois par jour est réalisé (soit toutes les 6 heures au minimum), compte tenu de la durée de survie très faible de l'ovocyte après ovulation.

Une dérive de cette technique s'est développée ces dernières années. Elle consiste à déposer la semence en haut de corne utérine, du côté où se trouve le follicule pré-ovulatoire. On parle d'insémination artificielle profonde (IAP).

Techniques d'insémination et éléments de physiologie

Lors d'une saillie naturelle ou d'une insémination classique, la semence est déposée juste derrière le col de l'utérus de la jument. Pour l'insémination, un cathéter est utilisé, connecté à une seringue contenant la semence diluée.

L’IA profonde permet de déposer le sperme en haut de la corne de l’utérus, du côté du follicule pré-ovulatoire. En effet, le lieu de stockage des spermatozoïdes dans la jument se trouve dans les oviductes, juste au-dessus de l’extrémité des cornes de l’utérus.


Elle se pratique :

    . soit avec un endoscope ou fibroscope (après avoir insufflé de l’air dans l’utérus, la tige de l’endoscope est poussée jusqu’en haut de la corne utérine, à l’endroit de l’ouverture de l’oviducte, 1 seule IA est possible par cycle). Cependant cette technique est assez lourde et onéreuse à mettre en oeuvre. Elle est peu utilisée sur le terrain.

   . soit en aveugle (un cathéter portant une bille à son extrémité est poussé au bout de la corne utérine choisie en s’aidant par voie rectale).

Une sonde spécifique rigide est utilisée, dans laquelle les paillettes de semence congelée sont directement introduites individuellement.




La distance entre le col de l'utérus et l'entrée de l'oviducte est d'environ 50 cm.

Bien que la vitesse de déplacement des spermatozoïdes soit de 50µm/s (18 cm/h), une partie d'entre eux y parvient en 10, voire 20 minutes. Ce déplacement rapide n'est donc pas lié à leur mobilité propre, mais principalement à des contractions utérines "ascendantes".

La mobilité propre des spermatozoïdes n'est utile qu'après leur pénétration dans l'oviducte et surtout lors de la fécondation. Environ 2000 spermatozoïdes mobiles sélectionnés sont stockés dans la jonction utéro-tubaire avant l'ovulation, et ce quelle que soit la quantité de semence déposée initialement.

Dans les quatre heures suivant l'insémination, la totalité des spermatozoïdes restés dans l'utérus sont évacués par voie vaginale par des contractions utérines "descendantes".

Quel impact des doses réduites de spermatozoïdes en IA sur la fertilité ?

Les doses IAC autrefois préconisées par l'Ifce étaient : 8 paillettes contenant chacun 50 millions de spermatozoïdes chacune, soit 400 millions de spermatozoïdes par dose d'insémination. Une ou deux inséminations étaient réalisées par chaleur.

Les doses classiques à présent se rapprochent plus de 200 millions (4 paillettes par insémination) voire même parfois une seule paillette (50 millions) par chaleur.

La fertilité est fonction :

  • de l'étalon (semence + ou - fertile)
  • de l'éjaculât (pour un même étalon)
  • de la jument

Même si l'on a pu constater des gestations avec de très faibles doses de spermatozoïdes, la fertilité reste en partie dépendante du nombre de spermatozoïdes inséminés.

Ainsi, si le nombre d'IA par chaleur passe de 2 à 1, et si le nombre de spermatozoïdes est divisé par deux ou par quatre, la fertilité diminue, d'autant plus que la fertilité de la semence est faible (effet étalon ou technique : semence fraîche vs semence congelée).

Quels effets de l'IA profonde sur la fertilité ?

On constate pour l'IA profonde :

  • Pas de gain de temps réel sur le transit des spermatozoïdes dans l'utérus entre l'IA profonde et une IA classique derrière le col.

  • Un tout petit peu plus de spermatozoïdes à la jonction utéro-tubaire du côté de l'insémination lors d'IAP, avec une variabilité importante selon la qualité de la semence.

  • La sélection des spermatozoïdes "de bonne qualité" limite l'intérêt de cette technique pour la semence d'étalons sub-fertiles ou hypo-fertiles dont les spermatozoïdes ne passent pas cette barrière.

Quels effets du délai IA-ovulation sur la fertilité ?

La durée de vie des spermatozoïdes dans les voies génitales femelles varie selon les étalons et le traitement de la semence : elle est plus courte pour le sperme réfrigéré ou congelé que pour la semence fraîche, inséminée immédiatement.

Durée de vie de l’ovocyte : il est important que l'ovocyte soit fécondé rapidement après sa libération dans l'oviducte car il se dégrade ensuite. On observe une baisse de la fertilité et une augmentation des pertes embryonnaires précoces à mesure que l'intervalle ovulation-IA augmente. 

L'utilisation d'une seule insémination par chaleur a conduit à tenter de réaliser celle-ci au plus près de l'ovulation. Comme il n'est pas possible de prévoir précisément l'imminence de l'ovulation, l'insémination est réalisée après et doit avoir lieu au plus tard dans les 6 heures post-ovulation. C'est pour cela qu'un suivi toutes les 6 heures est mis en place dans ce cadre.

Ainsi, pour un éjaculât donné, la fertilité est plus liée à la fréquence et la qualité du suivi gynécologique réalisé qu'au site d'insémination (au col ou profonde) proprement dit.

Ce qu'il faut retenir

La technique ne présente pas d'intérêt particulier pour la semence hypo-fertile.

Il n'y a pas d'effets positifs démontrés sur la fertilité de la technique d'IA profonde.

La concordance du moment de l'IA par rapport à l'ovulation doit être apportée par un suivi gynécologique toutes les 6h.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"