Fiche consultée 11724 fois.

Partager
Share |

Le pied du cheval

Niveau de technicité: 

Auteurs : F. Grosbois, F. Cavé, J.M. Goubault

Màj Novembre 2013

« Pas de pied, pas de cheval » dit–on. En effet le pied supporte tout le poids du corps, amortit  les chocs et propulse. Le pied est une structure complexe, très sollicitée, primordiale dont il faut prendre soin régulièrement dès le plus jeune âge.

Le pied, une structure complexe

Anatomie

Le pied correspond à la partie terminale de chaque membre. Cette structure complexe constituée de plusieurs types de tissus (osseux, tendineux, cartilagineux, …) est richement vascularisée.

Une boite cornée, le sabot, en est la partie terminale, visible et protectrice.

 

Le pied de profil. (©IFCE)

Les deux parties du pied

> Partie externe

Le sabot (correspond à nos ongles) est constitué de kératine, substance donnant la rigidité tout en conservant une certaine souplesse et mobilité. Il est l’enveloppe protectrice des structures internes.



Pied posé au sol, la paroi est le «  tour » du pied. Elle est elle-même divisée en pince, mamelles, quartiers et talons (voir photo).

La forme du sabot varie d’un cheval à l’autre. La pousse de la paroi se fait de haut en bas.  Cette paroi est secrétée par le bourrelet principal au niveau de la couronne.

La paroi est parfois appelée "muraille".

Le dessous du pied. (©IFCE)


Pied soulevé, la partie concave est la sole. La fourchette, en forme de « V » en arrière, est encadrée par les barres et les lacunes latérales.

Ces parties sont sécrétées par la chair veloutée du pied, elles poussent en épaisseur.

Les glomes sont les parties terminales des talons.

La ligne blanche est la jonction entre la sole et la paroi. C’est là que les clous sont placés.

 

Nota : la croissance du sabot s’appelle "l’avalure". Elle est d’environ 1 à 2 centimètres par mois, selon les races. Il faut donc près d’une année pour avoir un renouvellement complet de la boite cornée. (variations dues aux conditions d’utilisation et d’élevage).

> Partie interne

(©IFCE)


Le squelette du pied est formé par deux phalanges (la 2ème et la 3ème) (correspondent aux phalanges du bout de nos doigts bien que le cheval n’ait qu’un doigt à l’extrémité de chaque membre) complété par l’os petit sésamoïde plus communément appelé os naviculaire.

Des tissus non osseux complètent le pied et assurent sa résistance, sa souplesse et son rôle d’amortisseur : un fibro-cartilage complémentaire, élastique, un coussinet plantaire, la chair feuilletée, la chair veloutée…

 

La mobilité du pied est assurée par des tendons (extenseurs et fléchisseurs) qui servent d’intermédiaires entre les os et les muscles. Chaque articulation est maintenue par une série de ligaments.


Richement vascularisé le pied est bien alimenté en oxygène.


Avoir bon pied

Physiologie

La structure complexe du pied lui permet de pouvoir supporter les pressions lors d’efforts : poids du cheval à la réception des obstacles, courses, piaffer …

 

Il faut connaître le principe qui explique la mécanique du pied pour comprendre les conséquences sur l’utilisation du cheval. De façon synthétique, lorsque le cheval pose son pied au sol, les talons viennent à l’appui. Ainsi, de par leur structure souple, ils s’écartent, abaissant l’ensemble des structures du pied. La fourchette est alors au contact du sol et permet l’amortissement

 


En vue de profil, l’objectif  est de maintenir l’angle de la boite cornée dans le prolongement de l’angle donné par le paturon.


Avec un angle trop droit, le pied n’a plus ce rôle d’amortisseur car la fourchette n’est plus au sol et c’est le membre qui fatigue plus. Avec un angle trop incliné, le pied ne présente plus de talons suffisants : les tendons sont plus sollicités ce qui entraîne une fatigue.


Un « pied plat » a la sole qui se rapproche du sol et les talons sont écrasés et ne peuvent plus s’écarter. Généralement la paroi n’a pas de hauteur.

Montre-moi tes pieds, je te dirai ce que tu fais ?

Certaines races ont un type de forme de pied, répondant bien aux utilisations souhaitées, mais il y a une adaptation certaine de l’espèce aux conditions d’élevage et de valorisation, qu’il ne faut pas écarter.


Par exemple :

  • Les chevaux Barbe sont utilisés pour la pratique de l’endurance. Ils ont des pieds assez petits, une bonne hauteur de paroi. C’est la morphologie d’un pied endurant fait pour les terrains variés.

  • Les chevaux Selle Français sont utilisés pour le saut d’obstacle. Ils ont des pieds larges. C’est la morphologie d’un pied antérieur apte aux abords et aux réceptions.

 

Rien qu’à la vue des pieds de votre cheval, le maréchal peut détecter son passé. Par exemples : les brusques variations de travail, les modifications de régime alimentaire qu’il a pu vivre.

 

Les soins à apporter


Le pied doit être entretenu. Les soins courants, indépendamment du parage et/ou de la ferrure sont simples :

  • Curage régulier et en tout état de cause systématiquement avant et après le travail.

  • Lavage du pied (paroi mais aussi fourchette sole) avec une éponge après brossage le cas échéant.

  • Séchage (afin de ne pas enfermer excessivement d’eau si on le graisse ensuite).

  • Graissage avec un produit adapté. Les graisses employées sont généralement à base d’huile végétale. La composition même de la graisse à pieds sert de « médicament » à la boite cornée le cas échéant. Lorsque l’on applique la graisse, il faut privilégier la couronne, lieu où naît la corne.

Les soins en images

Curage. (©IFCE)
Bien dégager la fourchette. (©IFCE)
Bien dégager les lacunes. (©IFCE)
Brosser. (©IFCE)




(©IFCE)

Ni trop, ni trop peu

> Le « pied sec » : on peut dire que le cheval « transpire des pieds » ! On peut alors préconiser de graisser les pieds avec une graisse à base d’huile de foie de morue pour assouplir la corne.


> Le « pied mou » (autrement appelés corne tendre) : on peut alors préconiser de graisser les pieds avec une graisse à base de goudron de Norvège pour le durcir.


> L’excès d’humidité est préjudiciable car provoque une macération et abîme la fourchette.

On peut alors préconiser, pour soulager les fourchettes abîmées, d’appliquer des pansements de coton imbibés d’une solution de sulfate de cuivre (communément appelée « Liqueur de Vilatte »). Il y a bien d’autres produits que votre maréchal saura vous conseiller.


> Un pied doit être régulièrement paré, qu’il soit ferré ou non.


Nota : Pour un cheval au pré, il vaut mieux ne pas ferrer, que de ne pas suivre la régularité des ferrures ou relevages. Sans fers, la corne pourra s’user un peu alors qu’avec un fer elle ne le pourra pas et le cheval aura les pieds en bascule.


Dans le cas d’apparition d’une boiterie ou autre, et en fonction du type de lésion du pied, le vétérinaire pourra prescrire un traitement anti-infectieux par voie générale. Attention à tous les traitements « maison » et l’automédication qui peuvent entraîner des résultats positifs aux contrôles antidopage.

Pathologies et facteurs extrinsèques

Les pathologies

Elles sont plus ou moins lourdes et graves de conséquences en fonction de leurs origines (congénitales ou acquises). On peut citer pour exemple :

  • la fourbure qui est une inflammation du pied, dont les deux facteurs principaux sont : la suralimentation déséquilibrée, accentuée par l’embonpoint et à valeur égale, des séances de travail excessives. Elle est de forme aiguë ou chronique. Dans son expression la plus sombre, il peut y avoir un basculement de la dernière phalange pouvant traverser la sole.

  • l’encastelure qui est un rétrécissement du sabot du à un appui insuffisant de la fourchette.

  • l’ostéochondrose qui est une dégénérescence ou une nécrose des cartilages articulaires engendrée le plus souvent par des chocs répétés intra articulaires, avec une perte d’amortissement.

 

Facteurs extrinsèques

Pieds antérieurs d’un poney, laissés sans soins. (©FG/IFCE)

Les Intempéries

Le sabot est sensible aux conditions climatiques et donc aux modifications de texture des sols. Ainsi, l’humidité comme la sécheresse ont des incidences. 

Les atteintes physiques

Elles peuvent être caussées:

  • Par des chocs, (cailloux, coups), entraînant des bleimes, des seimes,…

  • Par des piqûres entraînant des abcès.

  • Par pénétration de corps étrangers (dénommé par les maréchaux, quel que soit le corps étranger « clou de rue »).

 

Il est primordial, pour l’avenir et le confort du cheval, d’observer avec discernement et de réagir rapidement face à un problème de pied et/ou  d’aplomb. Faire alors appel à un professionnel.

 

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"