Fiche consultée 8347 fois.

Partager
Share |

Outils utilisés en sellerie

Niveau de technicité : 

Auteurs : F. Grosbois, S. Lengronne, J.L. Peyre

Màj Janvier 2011

Cuirs, boucles, ornements … sont utilisés par le sellier. Pour travailler ces matières, des outils spécifiques sont nécessaires.

Les machines à coudre

Le principe des machines de selliers est le même que celui de la couturière, mais leur puissance est fortement supérieure. Il existe des machines simple entraînement, double entraînement et triple entraînement,  à canon ou plate.


Elles remplacent la main de l’homme et permettent de travailler beaucoup plus rapidement.

 

Machine à coudre (©IFCE)
Machine à parer (pour désépaissir les cuirs) ©IFCE

Les outils à main

Couteaux à pieds ©IFCE
Couteau mécanique ©IFCE
Abat-cares ©IFCE
Formoirs ©IFCE

Pour le travail, il est nécessaire d’avoir, en plus des outils mécaniques, de nombreux outils manuels. Les plus utilisés sont :

  • Couteau à pied : en forme de demi lune, il sert à couper et à amincir les cuirs.

  • Couteau mécanique : gradué, il sert à couper des bandes de cuir.

  • Abat-care : il permet d’arrondir les bords des cuirs.

  • Couteau pointu : il coupe les fils et encastre les coutures.

  • Formoir : il réalise  les « liserés » qui sont  un détail de finition.

  • Alène : pointe sur un manche. Il en existe deux sortes :
    • l’alène losange sert à faire des avant trous pour passer les aiguilles et le fil lorsque l’on coud à la main.
    • l’alène ronde sert à reformer les trous pour arrêter une couture.

 

       

    • Compas :  il trace les traits de coutures, reproduit des figures ou dessine.

    • Emporte-pièces : ces outils métalliques  servent à découper des formes variées, trous, mortaises, bouts en ogives ou ronds …

    • Aiguilles : en métal, elles ont la particularité en sellerie de ne pas être pointues.

    • Pince à coudre : pince en bois tenue entre les jambes par le sellier qui lui sert à tenir les pièces à coudre.

     

    Alènes ©IFCE
    Emporte-pièces ©IFCE
    Pince à coudre ©IFCE

    La couture main


    Le sellier utilise deux aiguilles en même temps, enfilées sur un même fil. Les aiguilles ne sont pas pointues, c’est une alène losange qui perce le cuir préalablement.


    Le travail à réaliser est maintenu par la pince à coudre, serrée entre les cuisses du sellier.

    Les autres fournitures

    D’autres fournitures entrent dans la fabrication des harnachements.

    • La bourre : elle sert à rembourrer les colliers, les panneaux et les sièges de selles, les sellettes et les mantelets. La bourre est constituée de poils d’animaux.

    • La laine : elle sert aux mêmes utilisations que la bourre mais dans des articles plus raffinés.

    • Les draps et tissus : de laine, de nylon, de coton … pour fabriquer des couvertures, des doublures, des œillères …

    • Les mousses : de densités variables, elles servent à doubler des guêtres, remplacer la bourre pour des panneaux, constituer des protections de transport.

    • Les feutres : en laine ou acrylique, ils servent à réaliser les tapis, les intérieurs de bricoles …

    • Les arçons : éléments rigides de tout élément porteur, ils peuvent être en bois, résines, polyester, …

    • Les colles : pour assembler des éléments.

    • Les galons : pour border des tapis, couvertures … de différentes qualités et largeurs.

    • Les sangles : en nylon, polypropylène, acrylique … servent à fabriquer des harnais ou parties de harnachement pour répondre à demande de simplification de l’entretien dans une utilisation quotidienne.

     

    L'entretien

    Le sellier travaille avec des cuirs préparés qui peuvent être teintés ou déjà teintés en tannerie.


    Dans l’atelier du sellier, on trouve :

    • L’huile de pied de bœuf pour nourrir les cuirs, différentes graisses et savons à base de  glycérine.

    • Les teintures, de coloris différents, pour redonner aux cuirs leurs teintes d’origine si besoin.

    Conseils pour l'entretien des cuirs

    ©IFCE
    • Avant un premier emploi, il est recommandé de graisser les cuirs.

    • Après chaque utilisation, enlever les souillures à l’aide d’un savon glycériné et d’une éponge sans la gorger d’eau.

    • Pour l’hivernage des cuirs, un graissage à l’huile de foie de morue fera fuir les rongeurs et nourrira les cuirs.

    • Un graissage trimestriel suffit amplement si les cuirs sont régulièrement nettoyés et savonnés.

    • Éviter de laisser les cuirs au soleil ou sous la pleine lune.

    • Remiser les cuirs dans un endroit tempéré, ni trop humide, ni trop sec.

     

    Voir aussi

    Lettre d'information "Avoir un cheval"

     

    Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


    Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

     

    Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"