A télécharger :

Fiche consultée 113 fois.

Partager

Cheval et agroécologie

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteur : H. de Cadolle (Ifce)

Octobre 2018

 

A l’heure du développement durable, l’agroécologie est une des voies retenues pour améliorer la performance environnementale, économique et sociétale de l’agriculture en valorisant les processus naturels et écologiques et la diversité biologique. Les élevages et les entreprises utilisant le cheval peuvent s’inscrire dans cette démarche en adoptant différentes pratiques, à combiner entre elles et à adapter à leurs conditions spécifiques (structure de l’entreprise, environnement naturel et économique…).

Qu'est-ce que l'agroécologie ?


L’agroécologie est une façon d’organiser le (les) système(s) de production d’une exploitation agricole, d’une entreprise, mais aussi d’un territoire de façon :

  • à réduire les pressions sur l’environnement (gaz à effet de serre, engrais de synthèse,  produits phytosanitaires... ) ;

  • à préserver les ressources naturelles (eau, énergie, éléments minéraux…) et la biodiversité (espèces cultivées, domestiques ou sauvages...).

Pour cela, les systèmes naturels de production et de régulation biologique vont être utilisés et développés en s’assurant de maintenir leurs capacités de renouvellement. La diversité et la complémentarité des ressources vont être recherchées.

Par exemple, plutôt que d’appliquer des protocoles d’administration systématique d’antiparasitaires, on va favoriser la résistance des chevaux adultes aux parasites et on va chercher à casser le cycle de ceux-ci par une bonne gestion des parcelles de pâture. Les traitements antiparasitaires seront réservés aux seuls chevaux infestés, détectés par des coprologies.

Plutôt que d’acheter des aliments industriels (dont la production et le transport ont été coûteux en énergie), on va maximiser l’utilisation des prairies : pâturage tournant, prairies riches en légumineuses pour diminuer les engrais azotés...


L’agroécologie ne consiste pas à appliquer des pratiques vertueuses types prises isolément. Comme l’illustrent les deux exemples précédents, ces modes écologiques de production et de régulation interagissent l’un sur l’autre. La régulation de la pression parasitaire est intimement liée à la gestion des pâtures qui l’est elle-même avec la gestion de l’alimentation des chevaux.

Les pratiques doivent aussi être adaptées aux conditions de l’exploitation et peuvent nécessiter des expérimentations par l’éleveur. C’est pourquoi l’agroécologie demande en général une re-conception globale du système de production pensée comme une approche systémique : les pratiques agricoles interagissent entre elles mais aussi avec l’écosystème écologique et socio-économique de l’entreprise.

Pourquoi et comment s'inscrire dans une démarche agroécologique ?


L’agriculture a un impact fort sur l’environnement. Par exemple, sa part dans l’émission de gaz à effet de serre (GES) au niveau national est de 19%. Dans le cadre de la stratégie nationale bas-carbone, elle doit être abaissée de 12% en 2029 par rapport à 2013, et de 50% en 2050. L’agroécologie est une des voies retenue par le Ministère de l’agriculture pour réduire fortement cet impact, avec une ambition de la moitié des exploitations engagées dans une démarche agroécologique en 2025.

L’agroécologie doit permettre de faire face aux enjeux environnementaux tout en améliorant la performance sociale (impact sur la santé, conditions de travail...) et économique des entreprises (réduction des achats d’intrants, amélioration de la qualité des produits et donc des prix de vente, diversification des productions permettant une meilleure robustesse économique…).

L’engagement dans l’agroécologie peut être limité ou fort :

  • Adaptation de quelques pratiques pour réduire les intrants (réduction des pesticides et apports d’engrais optimisés, modulation des traitements en fonction de chaque cheval comme la vermifugation raisonnée…) ;

  • Substitution des intrants chimiques par des intrants d’origine biologique et des techniques de culture ou d’élevage ;

  • Re-conception des systèmes par la diversification de production (complémentarité des espèces cultivées et élevées, agroforesterie…) et au niveau territorial (organisation des paysages, haies…).

Les pratiques pouvant soutenir une démarche agroécologique


Les pratiques pouvant être mises en place peuvent être spécifiques à la filière cheval ou transverses à l’agriculture. Le concept d’agroécologie a été pensé dans le cadre de l’agriculture, mais il peut être étendu aux utilisations du cheval, notamment à travers son approche systémique.

                      Pratiques

                      Effet environnemental (En) , sociétal (So) et économique (Ec)

                      Fiches techniques correspondantes

                      contrôler le parasitisme en utilisant les résistances naturelles des animaux, en cassant les cycles des parasites et ne traiter que les seuls chevaux en ayant besoin au bon moment

                      En : limiter les résistances des parasites aux antiparasitaires, limiter les exports néfastes dans l’environnement des antiparasitaires

                      Ec : diminution des coûts des traitements antiparasitaires

                      Impact des antiparasitaires sur l’environnement

                      Vermifugation raisonnée

                      Importance des mesures sanitaires et des pratiques d'élevage dans le contrôle du parasitisme

                      augmenter la part de l’herbe pâturée ou des fourrages dans l’alimentation du cheval par le pâturage tournant, le pâturage ou la récolte au bon stade, l’amélioration de la qualité du fourrage, l’obtention d’une bonne diversité floristique des prairies

                      En : diminution des transports des aliments (concentrés et fourrages) générateurs de gaz à effet de serre (GES), augmentation de la biodiversité

                      Ec : diminution des frais vétérinaires générés par des rations trop riches en concentrés, diminution des achats d’aliments

                      So : amélioration du bien-être des équidés, entretien de l’espace rural et préservation des espaces herbagers

                      Pâturage tournant ou continu pour les prairies destinées aux chevaux

                      Nourrir le cheval de sport avec des fourrages

                      Un fourrage de qualité : jusqu'à 50% d'économie sur la ration

                      Valoriser l'herbe au bon stade par les chevaux

                      Impact du pâturage équin sur la diversité floristique

                      Utilisation, entretien et préservation des espaces herbagers par le cheval

                      réduire l’empreinte environnementale des équipements

                      En : réduction de la consommation d'énergie fossile avec des bâtiments basse consommation, diminution de la consommation d’eau par la récupération des eaux pluviales, la diminution de l’arrosage des sols de travail, implantation des établissements accueillant du public à proximité des centres urbains pour limiter les déplacements (GES), production d’énergie renouvelable (photovoltaïque)

                      Ec : réduction des coûts, vente d’énergie

                      Des équipements équestres Eco-Responsables

                      compostage du fumier : transformation naturelle en un produit stable et inodore utilisé en tant qu’amendement et fertilisant, plus facile à épandre et plus assimilable  que le fumier brut

                      En : diminution de l’apport d’engrais de synthèse, amendement organique améliorant la structure du sol, diminution des exports gazeux (CO2, CH4, NH3 et NO2) par rapport au stockage et épandage de fumier, hygiénisation des fumiers, réduction des GES liés au transport si évacuation du fumier

                      Ec : réduction des coûts d’achat de fertilisants, meilleure production des prairies permettant de réduire l’achat d’aliments concentrés

                      Le compostage du fumier : mode d’emploi

                      Hygiénisation du fumier au cours du compostage

                      méthanisation : processus de fermentation des fumiers produisant du méthane utilisé pour produire de l’énergie (électricité, chaleur) et un digestat utilisable comme amendement organique

                      En : production d’énergie renouvelable, diminution des exports gazeux (CO2, CH4, NH3 et NO2) par rapport à l’utilisation du fumier

                      Méthanisation

                      le cheval au travail pour le débardage, la viticulture ou le maraîchage

                      le cheval au travail en zone urbaine pour le transport des déchets, l’entretien des espaces verts, le transport de touristes...

                      En : réduction de l’émission de CO2 par rapport à l’utilisation d’engins thermiques (à voir au cas par cas), préservation de la structure des sols

                      So : recréation du lien homme-animal en ville, diminution des nuisances (bruit...)

                      Ec : diminution des coûts induits par la détérioration des sols (baisse de production ou travaux de remise en état), élément d’une démarche « signe de qualité » (Bio...) permettant de vendre plus cher les produits

                      Utilisations du cheval territorial en zone rurale

                       

                      ré-intégrer l’arbre dans les systèmes agricoles (haies et agroforesterie)

                      En : qualité de l’air, stockage de carbone, augmentation de la biodiversité, amélioration de la qualité des sols, diminution de la pression phytosanitaire

                      So : amélioration du bien-être des chevaux (abris)

                      Ec : diminution des coûts d’alimentation par la meilleure valorisation de l’herbe, rentabilité globale favorisée par la diversification économique

                      Réintégrer l’arbre dans les systèmes agricoles

                      conduite des cultures : optimiser la fertilisation azotée, techniques culturales simplifiées, cultures intermédiaires, introduction de légumineuses...

                      En : atténuation des émissions de GES, réduction de l’utilisation d’énergie fossile, amélioration de la qualité de l’eau et de l’air, stockage de carbone dans le sol, augmentation de la biodiversité, amélioration de la qualité des sols

                      Ec : réduction du coûts des intrants

                       

                      Optimiser la fertilisation azotée

                      Techniques culturales simplifiées

                      Introduire des cultures intermédiaires

                      Cultiver des légumineuses

                      Les contraintes de l'agroécologie


                      L’agroécologie demande une maîtrise technique bien plus forte qu’en agriculture / élevage conventionnel. Il ne s’agit pas d’appliquer des « recettes prêtes à l’emploi » mais de comprendre les principes des pratiques et de les adapter au système de production de l’exploitation. Il convient de se former et de participer, s’ils existent, aux réseaux (notamment locaux) les mettant en œuvre.

                      Les connaissances disponibles sur sa mise en œuvre et les retours d’expériences restent limités à ce jour, sa mise en œuvre comporte donc une part de risque plus importante qu’en conventionnel.

                      Il est préférable de faire une transition progressive pour permettre l’expérimentation et l’adaptation aux conditions spécifiques de l’exploitation et de l’environnement écologique et socio-économique. Le taux de retour vers une agriculture conventionnelle est plus fort chez les exploitants ayant fait une transition brutale que chez ceux ayant fait évoluer leur système de production graduellement.

                      Références bibliographiques


                      BIGOT G., VIAL C., FLEURANCE G., HEYDEMANN P. et PALAZON R., 2018. Productions et activités équines en France : quelles contributions à la durabilité de l’agriculture ? INRA Prod. Anim., 31, pages 37-50.

                      DICTIONNAIRE D’AGROECOLOGIE. Agroécologie [en ligne]. Disponible sur : dicoagroecologie.fr/encyclopedie/agroecologie/, consulté le 19 septembre 2018.

                      MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ALIMENTATION. Le projet agro-écologique en 12 clés. In Alim’Agri [en ligne]. Disponible sur : agriculture.gouv.fr/le-projet-agro-ecologique-en-12-cles, consulté le 18 septembre 2018.

                      MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ALIMENTATION. Infographie - Les fondamentaux de l'agro-écologie. In Alim’Agri [en ligne]. Disponible sur : agriculture.gouv.fr/infographie-les-fondamentaux-de-lagro-ecologie, consulté le 18 septembre 2018.

                      MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ALIMENTATION. Agro-écologie : éléments de définition et concept. In site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation [en ligne]. Disponible sur : agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/concept-agroecologie.pdf, consulté le 17 septembre 2018.

                      TICHIT M. et DUMONT B., 2016. L’agro-écologie : origines, bases scientifiques et déclinaisons en élevage. In : L’agroécologie, du nouveau pour le pastoralisme, Cardère éditeur, Association française de pastoralisme, pages 17-26. Disponible sur : www.researchgate.net/publication/307034012_L%27agroecologie_origines_bases_scientifiques_et_declinaisons_en_elevage, consulté le 25 septembre 2018.

                      THOMAS M., FORTUN-LAMOTHE L., JOUVEN M., TICHIT M., GONZÁLEZ-GARCÍA E., DOURMAD J.Y. et
                      DUMONT B., 2014.  Agro-écologie et écologie industrielle : deux alternatives complémentaires pour les systèmes d’élevages de demain. INRA Prod. Anim., 27, pages 89-100.

                      Lettre d'information "Avoir un cheval"

                       

                      Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


                      Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

                       

                      Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"