Fiche consultée 8714 fois.

Partager

Gestion pratique du vieux cheval

Niveau de technicité : 

Auteurs : P. Doligez, L. Marnay et M. Delerue (Ifce)

Septembre 2018

 

Le nombre de chevaux âgés est de plus en plus important en France du fait de la volonté croissante des propriétaires d’équidés de leur offrir une retraite. Le vieillissement est un phénomène naturel, caractérisé par un ensemble de mécanismes biologiques, conduisant un organisme à ne plus assurer son équilibre physiologique. Une attention et des soins accrus ainsi qu’un suivi vétérinaire régulier sont nécessaires afin d’assurer à ces vieux chevaux une bonne qualité de vie. Le choix du moment de l’euthanasie doit être également réfléchi en amont avec l’aide d'un vétérinaire.

Une surveillance rapprochée


Le vieillissement du cheval est associé à de nombreuses modifications physiologiques et à un risque plus élevé de développer des maladies. Une surveillance accrue par rapport aux jeunes chevaux est donc nécessaire. Cette surveillance doit être minutieuse afin de déceler rapidement des signes cliniques évocateurs de maladies et faire intervenir le vétérinaire traitant rapidement.

En plus des signes de bonne santé à observer classiquement chez tous les chevaux, le détenteur doit être très vigilant sur les paramètres suivants :


Les chevaux âgés semblent ressentir et exprimer de façon moins importante la douleur que les jeunes, d’où l’importance d’une vigilance accrue. 

Des soins préventifs réguliers

Santé générale

Un examen clinique régulier doit être effectué par le vétérinaire traitant car le cheval âgé a plus de risques d’être atteint d’une maladie chronique et les signes cliniques peuvent être moins évidents à observer que chez le jeune cheval. Un amaigrissement doit constituer un signe d’alerte déclenchant une visite vétérinaire. En effet, même si le vieillissement en lui-même peut favoriser un amaigrissement, il est le plus souvent également associé à une ou plusieurs pathologies. Ce suivi régulier est également important pour discuter avec le vétérinaire du moment adéquat pour décider de l’euthanasie du cheval.

Du fait de l’altération du système immunitaire, une augmentation de la fréquence des rappels de vaccination est préconisée :

  • Vaccination contre le tétanos : rappels 1 fois par an ;
  • Vaccination contre la grippe et la rhinopneumonie : rappels tous les 3 à 6 mois. Ce rythme est à adapter avec le vétérinaire traitant, en fonction du mode de vie de l’équidé (contact avec jeunes chevaux ou des chevaux se déplaçant fréquemment…) et de son atteinte ou non par la maladie de Cushing.

Les préconisations concernant la vermifugation sont identiques à celles des chevaux adultes.

Dents

Un suivi dentaire deux fois par an est conseillé : les problèmes dentaires sont très fréquents chez le cheval âgé et constituent la première cause d’amaigrissement.

Pieds

Ferré ou déferré ?

Le vieux cheval est en général maintenu déferré. Pour des chevaux ayant été travaillés et ferrés toute leur vie, il faudra néanmoins être attentif à l'évolution des pieds lors du premier déferrage et adopter une période de transition pour éduquer le sabot à se maintenir.

Si les pieds s'avèrent trop fragiles (problèmes de locomotion, boiterie), une ferrure légère et adaptée apportera plus de confort notamment aux membres antérieurs.

Lorsque cela est possible, les membres postérieurs seront déferrés afin d'assurer une sécurité pour la vie en groupe (limiter les coups de pieds ferrés).

Conseils d'entretien

Un parage régulier effectué par un maréchal-ferrant est nécessaire pour éviter les défectuosités d’aplombs et l’augmentation des douleurs de l’appareil locomoteur, fréquentes chez le cheval âgé.

Le détenteur doit également surveiller régulièrement l'état des pieds et adapter les soins en conséquence :

  • Par temps très humide, assécher le pied avec du goudron de Norvège (sur la fourchette et la sole) ;
  • Par temps très sec, appliquer des produits à base d'huile de lin, de laurier ou d'huile de pied de bœuf pour réhydrater la corne.

En hiver, il est souhaitable de donner accès à des surfaces stabilisées, plus au sec, pour éviter que les chevaux aient en permanence les pieds dans la boue.

Un mode de vie adapté

Un hébergement adapté

Un cheval âgé est idéalement logé au pré pour :

  • Lui permettre de se déplacer et donc limiter la fonte musculaire et l’ankylose articulaire ;
  • Limiter les affections respiratoires chroniques favorisées par un environnement poussiéreux.


Le pré doit être bien entretenu et ne pas comporter d’éléments dangereux car le cheval âgé est moins attentif à son environnement et peut présenter des troubles de l’équilibre voire une faiblesse généralisée.

Comme pour les jeunes chevaux, l'hébergement en groupe est préconisé. Dans l’idéal, ce groupe sera assez stable car le cheval âgé est plus sensible aux changements.

Le cheval âgé régule moins bien sa température du fait, notamment, de la diminution de ses réserves graisseuses. Un abri doit être à sa disposition pour le protéger du vent et des intempéries mais aussi de la chaleur en été. Cet abri doit lui permettre de se coucher sur un sol sec et non glissant afin de faciliter le coucher et le relever.

En hiver, les parcelles très boueuses doivent être évitées car elles peuvent être à l’origine de dermatophilose, infection des membres fréquente chez les vieux chevaux, ou de difficultés importantes à se déplacer.

Une alimentation spécifique

Rationnement

La ration sera composée de fourrages (minimum 20% de cellulose dans la ration) et d'aliments concentrés en complément, même avec une activité physique limitée. Le fourrage devra être appétent et de qualité (assez riche mais pas trop, sans poussières et/ou moisissures). On pourra privilégier l'utilisation d'ensilages mi-fanés et des foins récoltés à un stade début épiaison, plus digestibles.

Il existe aujourd’hui, sur le marché, une gamme importante d’aliments floconnés ou granulés destinés aux chevaux âgés. Ces aliments sont généralement très appétents et permettent de palier à la perte d’appétit parfois observée sur ces animaux.

L'alimentation devra être suffisamment riche en protéines et en acides aminés essentiels, notamment la lysine et la thréonine (tourteau de soja, luzerne). Il faudra en revanche limiter l'apport d'aliments riches en amidon, notamment pour les chevaux insulinorésistants (atteints de la maladie de Cushing ou du syndrome métabolique équin (SME)) sujets aux fourbures chroniques. La luzerne, le son de riz ou de blé, la pulpe de betterave, ont par exemple un index glycémique beaucoup plus réduit (moins d'amidon) que le maïs, l'avoine ou l'orge. L'huile peut aussi apporter 2 fois plus d'énergie que les céréales, sans apporter d'amidon.

L'équilibre en minéraux et oligo-éléments est similaire aux autres catégories de chevaux. Une supplémentation en vitamine C ou E permettrait d'améliorer la réponse vaccinale. D'autres vitamines (A, E, C) et certains oligo-éléments auraient un effet anti-oxydant, limitant le vieillissement des tissus.

Distribution des aliments

Au sein d'un groupe, le vieux cheval est souvent dominé par les plus jeunes lors de la distribution de nourriture. Il faudra veiller à le mettre à l'écart pour qu'il ait accès à sa ration et laisser suffisamment de place disponible pour l'accès aux fourrages.

On pourra ajuster la hauteur de la mangeoire pour faciliter la préhension des aliments, notamment pour les chevaux qui souffriraient de maux de dos ou de pieds, limitant ainsi l'abaissement de l'encolure et la surcharge des membres antérieurs.

On privilégiera plutôt la distribution de petits repas fréquents de concentrés, tout en garantissant un accès au fourrage à volonté.

Si le cheval a du mal à mâcher, on pourra hacher le foin et lui apporter des concentrés présentés sous forme de barbotages, de soupes ou de bouchons mous, ou des aliments extrudés plutôt que des bouchons durs et secs.

Enfin, l’accès à l’eau et aux fourrages doit être facile pour les chevaux présentant des douleurs locomotrices.


Au printemps, la jeune herbe est très riche, ce qui peut entraîner des problèmes d'obésité, voire une fourbure. Le cheval âgé n'ayant pas besoin de grands espaces pour galoper, pensez à diviser les parcelles afin de limiter l'ingestion d'herbe. Il faudra régulièrement surveiller son état d'embonpoint pour éviter les fourbures chroniques.

De l'aide pour mieux supporter les contraintes saisonnières

En hiver, les chevaux rustiques n'ont pas forcément besoin de couverture, surtout si leur état corporel est satisfaisant. En revanche, ceux qui font peu de poils ou qui ont tendance à perdre de l'état pourront être couverts avec une couverture imperméable et/ou rentrés au box la nuit. Cela permettra d'éviter une perte d’état trop importante. Attention, celle-ci devra être retirée régulièrement pour vérifier l’absence de blessures, escarres ou infections cutanées.

En été, un masque peut être utilisé pour protéger ses yeux, plus fragiles, de l’irritation par les insectes et des rayons UV. Il est également important que le cheval ait au minimum une zone ombragée et/ou un abri à disposition dans la parcelle pour pouvoir se protéger.

De l'exercice physique, certes modéré mais maintenu !

Un travail adapté à ses capacités physiques peut être bénéfique pour la santé du cheval âgé, notamment pour éviter une fonte musculaire trop rapide, favoriser la souplesse articulaire et entretenir une bonne fonction cardio-vasculaire. Certaines spécificités sont cependant à connaître.

Le choix de l'euthanasie


Le choix de l'euthanasie doit être pris en concertation entre :

  • Le vétérinaire traitant qui connaît le pronostic des maladies éventuellement diagnostiquées et pourra évaluer l’état de bien-être du cheval au moment de la consultation. Le suivi régulier du cheval est donc très important ;
  • Le détenteur du cheval qui l’observe au quotidien et a un avis sur sa qualité de vie ;
  • Et le propriétaire.

Les actes d’euthanasie peuvent être la conséquence :

  • De maladies aigües où la décision devra être prise rapidement, comme par exemple des coliques. Il est important que le détenteur ait réfléchi à ces éventualités en amont ;
  • D’affections chroniques à l’origine de douleurs importantes et/ou d’une qualité de vie dégradée malgré la prise en charge médicale (difficulté à s’alimenter, à se déplacer ou se relever, amaigrissement important…).

Pour favoriser une euthanasie dans de bonnes conditions pour le cheval et son propriétaire, il est conseillé de réaliser une sédation puis une anesthésie générale avant d’injecter le produit euthanasiant.

Pour l’enlèvement du cheval, il faudra ensuite contacter :

  • Soit un service d’équarrissage via l’ATM Equidé-Angee,
  • Soit un service de crémation.

Ce qu'il faut retenir


Plus sensible aux affections, le cheval âgé requiert une attention particulière. Surveillez-le régulièrement (le mieux étant d'aller le voir quotidiennement) afin de déceler le moindre problème (contrôle de l'état général, l'attitude, les pieds, les membres, les yeux, aspect des crottins...).

Une visite vétérinaire régulière permettra de contrôler l'état physiologique de l'animal et d'éventuels signes de maladies. Un suivi journalier de son état de santé est nécessaire.

La vaccination, la vermifugation, les soins dentaires et de maréchalerie font partie des soins préventifs incontournables pour assurer santé et confort dans les dernières années de vie.

Références bibliographiques 


DAUVILLIER J., 2013. L’âge limite-t-il l’exercice chez le cheval ? Comment prolonger la carrière sportive ? Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 74-79.

PRADIER S., 2013. Les conséquences pratiques et physiologiques du vieillissement chez le cheval. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 10-17.

PICANDET V., 2013. Prévention adaptée à l'immunosénescence et gestion au quotidien des affections et difficultés les plus courantes. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 18-23.

BAUP B. et DOFFEMONT P., 2013. La gestion du pied du cheval âgé : les points de vue du maréchal-ferrant et du vétérinaire. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 32-41.

CADORE J.L., 2013. Importance du cheval âgé en pratique équine. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 6-9.

CHUIT P. et GAUCHOT J.Y., 2013. Les soins dentaires chez l'équidé âgé. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 24-30.

LENORMAND M., 2013. Affections locomotrices du cheval âgé. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 66-73.

MARTIN ROSSET W. et coord., 2012. Nutrition et alimentation des chevaux. Nouvelles recommandations alimentaires de l'INRA.  Edition QUAE, 620 pages.

PILLINER S., 1999. Care of the older horse. Allen Photographic Guides, guide n°22, British Library, 23 pages.

PRADIER S., 2013. Les conséquences pratiques et physiologiques du vieillissement chez le cheval. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 10-17.

PRIYMENKO N., 2013. L'alimentation du cheval âgé. Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 42-47.

PV., 2013. Prévention adaptée à l'immunosénescence et gestion au quotidien des affections et difficultés les plus courantes.  Pratique Vétérinaire Equine, n° spécial Gérontologie des équidés, 45, pages 18-23.

TRILLAUD-GEYL C., 2011. L'alimentation du vieux cheval : enquête de terrain. Equ'idée n°75, été 2011, édition Les Haras nationaux, pages 31-33.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Démarches SIRE

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"