Fiche consultée 52516 fois.

Partager

Les vaccinations

Niveau de technicité : niveau de technicité

Auteurs :  I. Barrier, P.Doligez, B. Ferry, C. Menard, Ifce

Mise à jour : Novembre 2017

Vidéo : Journée de la recherche équine 2016

La vaccination consiste à administrer à l’animal non pas le microbe responsable de la maladie, mais une partie ou le microbe « transformé », dépourvu de pouvoir pathogène (n’induisant plus de symptômes cliniques) et capable d’induire la production d’anticorps (particules capables de lutter contre les germes) et de stimuler le système de défense de l’organisme.
Depuis 2013, les protocoles de vaccination contre la grippe équine précisés dans les règlements des compétitions (FFE, FEI, SHF) reprennent les préconisations des fabricants de vaccins, déjà présentes dans les Codes des courses, en rendant obligatoire le 1er rappel 6 mois après la primo-vaccination de manière à assurer une immunité de meilleure qualité. 

Les vaccins

Il existe des vaccins vivants et des vaccins inactivés :

  • Les vaccins vivants contiennent des microbes dont le pouvoir pathogène est atténué mais qui sont capables de se multiplier chez l’animal. Une seule injection est parfois suffisante en primo-vaccination. En France, il n’existe aucun vaccin vivant commercialisé pour les équidés.

  • Les vaccins inactivés contiennent des microbes tués dont la capacité à induire la production d’anticorps est maintenue. Plusieurs injections sont nécessaires pour la primo-vaccination.

La primo-vaccination induit une production d'immunoglobulines M (IgM) de durée temporaire qui seront remplacées par les IgG lors du 1er rappel 6 mois plus tard. La production des IgG est plus intense et durable ; elle est indispensable à une bonne immunité.

En cas de vaccination de très jeunes chevaux (avant 6 mois), un rappel supplémentaire doit être fait pour compenser la perte en production d'anticorps due aux interférences entre l'antigène vaccinal et le reliquat des anticorps colostraux.

 

La vaccination

La vaccination vise à protéger l’animal au plan individuel et diminuer les risques de transmission entre animaux (évite les épidémies au plan collectif). 80% les animaux d’un effectif doivent être vaccinés pour obtenir une efficacité suffisante.

En pratique :

  • il est tout à fait possible de cumuler les différents vaccins le même jour, sauf indication contraire du fabricant.

 

  • il est déconseillé de vacciner un animal malade, parasité, ou sous traitement avec des corticoïdes (réponse vaccinale insuffisante).

 

  • il convient d’éviter tout surmenage (exercice physique intense, transport) dans les 2-3 jours qui suivent la vaccination (1 semaine pour la grippe).

Les principales maladies sujettes à vaccination sont le tétanos, la grippe, la rhinopneumonie et la rage. Des vaccins existent également contre l’artérite virale et la fièvre West-Nile et des autovaccins contre la rhodoccocose peuvent être fabriqués à partir des souches présentes dans les exploitations.

Certains vaccins autorisés en Europe peuvent être ponctuellement importés s'ils obtiennent une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) demandée à l'Agence Nationale du Médicament Vétérinaire par un vétérinaire ou par un laboratoire pharmaceutique (ex : rotavirose)

D’autres vaccins ne sont pas autorisés en France (peste équine, ehrlichiose, encéphalomyélites virales, botulisme).

Les vaccins sont des produits biologiques qui doivent être prescrits sur une ordonnance et administrés par un docteur vétérinaire. La vaccination est un acte médical qui engage sa responsabilité. L'apposition des vignettes, la date, le cachet et la signature du praticien constituent une certification. 

Protocoles généraux de vaccination

En tout état de cause, seul votre vétérinaire est compétent pour définir et appliquer le protocole de vaccinations correspondant aux équidés que vous possédez, et adapté à l’utilisation à laquelle vous les destinez.

Dépistages et vaccinations obligatoires pour les reproducteurs


Les règlements de certains stud-books prévoient le respect d'exigences sanitaires pour les reproducteurs équins (étalons et juments). voir www.ifce.fr Sire et démarches/avant et après la saillie/carnet de saillie et suivi sanitaire : dépistage et vaccinations selon les races

Ces exigences peuvent porter notamment sur les dépistages de l'anémie infectieuse équine (AIE), de la métrite contagieuse équine (MCE) et de l'artérite virale équine (AVE) ainsi que sur les vaccinations contre la grippe et la rhinopneumonie équine.

Chaque stud-book ayant ses propres règles, consultez les documents qui précisent les contrôles et vaccins à réaliser sur chaque reproducteur en fonction du stud book dans lequel le produit pourra être inscrit après sa naissance.

Autres vaccinations non obligatoires


> Artérite virale (protection des étalons séronégatifs  contre le portage viral) : primovaccination à partir de 4 mois = 2 injections à 1 mois d’intervalle, rappels tous les 6 mois.

 

> Fièvre du Nil occidental (fièvre «West Nile») : primovaccination à partir de 6 mois = 2 injections à 1 mois d’intervalle, rappels annuels.

Vaccins équins commercialisés en France


Liste des vaccins commercialisés en France :


Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"