A télécharger :

Fiche consultée 11501 fois.

Partager

Vermifugation raisonnée : principes et bonnes pratiques

Niveau de technicité : 

Auteurs : M. Delerue, B. Ferry, P. Doligez

Avril 2016

 

 

De nos jours, on ne doit plus traiter systématiquement tous les chevaux adultes tous les 2, 3 ou 4 mois car cela favorise l'apparition de résistances des parasites aux vermifuges. Le nombre de molécules disponibles sur le marché pour la vermifugation des chevaux est limité et la plupart des parasites ont développé des résistances vis à vis des vermifuges. Voici les 10 principes d'une vermifugation raisonnée ainsi qu'une synthèse des bonnes pratiques de la vermifugation.

Les 10 principes de la vermifugation raisonnée

1) Ne pas vermifuger les chevaux adultes systématiquement mais seulement les forts excréteurs après coproscopie

Concernant les strongles, il faut traiter chaque cheval adulte selon le nombre d’œufs dans ses crottins. La coproscopie permet de quantifier la présence des œufs de strongles chez le cheval : on distingue des «forts excréteurs» d'œufs (> 200-500 œufs par gramme = opg) et des  «faibles excréteurs» (< 200-500 opg). Ce statut parasitaire est stable chez les chevaux adultes (> 3 ans) pour des chevaux en bonne santé et dans des conditions de vie similaires.

2) 20% des chevaux adultes hébergent 80% des parasites

20% des chevaux adultes sont «forts excréteurs» et sont responsables de 80% de la contamination de l’environnement : ces chevaux doivent être identifiés et traités selon un programme très rigoureux. 

3) Les principes de vermifugation sont différents selon l'âge des chevaux : 

Vis à vis du parasitisme, on distingue 3 classes de chevaux : les foals, les jeunes chevaux (< 3 ans) et les adultes. Ces 3 classes doivent avoir un programme de vermifugation différent du fait de l'installation progressive de leur immunité. En particulier, les poulains et jeunes chevaux sont vermifugés de façon systématique contrairement aux chevaux adultes qui sont vermifugés selon le résultat des coproscopies. 

4) Il est préférable d'attendre le printemps pour débuter le programme de vermifugation et de coproscopie et de ne pas vermifuger en hiver

En hiver, il y a très peu d’excrétion d’œufs de parasites dans l’environnement donc les chevaux se ré-infestent peu. Une bonne vermifugation de fin d'automne puis éventuellement au printemps est préférable.

 

5) Les poulinières n’ont pas besoin d’un traitement spécifique

Elles peuvent être traitées avec les mêmes règles que les autres chevaux adultes. 

6) Les foals n’ont pas besoin d’être traités avant 2 mois et 4 traitements sont en général suffisants pour leur première année

A 2, 4 et 6 mois puis avant l'entrée en hiver.

7) Il faut adapter la dose de vermifuge au poids de chaque cheval

... pour obtenir une efficacité maximale du vermifuge mais aussi limiter l'apparition de résistances. 

8) Un cheval en bonne santé est en équilibre avec ses parasites.

Vouloir supprimer tous les parasites est impossible et favorise l'apparition de résistances.

9) Un vermifuge est un médicament vétérinaire

Il peut être toxique s’il est mal employé, il doit donc être prescrit par votre vétérinaire traitant.

10) Ne pas utiliser les lactones macrocycliques (ivermectine et moxidectine) plus de 2 fois par an

Les parasites s’adaptent à leur mode d’action et y deviennent résistants : il faut préserver ces molécules encore efficaces sur les strongles. 

Les bonnes pratiques de la vermifugation

Qui prescrit le vermifuge ?

Un vermifuge est un médicament : il est prescrit par votre vétérinaire après un examen clinique ou un Bilan Sanitaire d’Elevage, qui permet au vétérinaire d’établir un bilan du risque parasitaire de l’exploitation et de raisonner la vermifugation à l’échelle collective).

Quelle molécule prescrire ?   

Le choix de la molécule dépend de la saison, de l’âge du cheval, des résultats d’analyses, des vermifuges précédemment utilisés. Un vermifuge possédant une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l’espèce cheval doit être utilisé.
L’efficacité des vermifuges destinés aux bovins, sous forme injectable, n’a pas été étudiée chez le cheval. Il est donc déconseillé de les utiliser.
Les vermifuges à base de plantes ne sont pas des médicaments. Leur action sur les parasites est faible voire nulle. Il est dangereux de les utiliser.

Qui délivre le vermifuge ?

Un vermifuge peut être délivré par votre vétérinaire ou un pharmacien sur présentation d’une ordonnance. 
Il est dangereux d’acheter un vermifuge sur internet : les contrefaçons sont nombreuses et leur efficacité non connue. 

 

 

 

 

 

 

Quelle dose administrer ? 

Il faut estimer le poids du cheval. 
Le sous-dosage du vermifuge diminue l’efficacité du traitement et favorise les résistances. Le sur-dosage peut être toxique pour le cheval. 

Comment administrer le vermifuge ? 

1/ Se placer dans un environnement calme
2/ Vérifier l’absence de nourriture dans la bouche
3/ Insérer la seringue à la commissure des lèvres
4/ Enfoncer la seringue jusqu’à la base de la langue
5/ Soulever la tête du cheval
6/ Injecter la pâte progressivement
7/ Maintenir la tête sur-élevée jusqu’à déglutition.

Les chevaux d’un même lot
sont vermifugés au même moment.

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Disponibles à la librairie

  • Alimentation des chevaux
  • Nutrition et alimentation des chevaux
  • Le cheval, techniques d'élevage

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"