Fiche consultée 12302 fois.

Partager

Les injections

Niveau de technicité : Niveau de technicité

Auteurs : I. Barrier, C. Villerouge, F. Grosbois, M. Delerue

Màj Septembre 2018
 

Les injections sont souvent utilisées pour soigner certaines maladies et affections chez les équidés. Il est donc utile de savoir les pratiquer. Cette page vous explique la procédure, et rappelle les bons gestes et les réflexes utiles.

Règles de base et matériel

En général, les injections sont réalisées par le vétérinaire traitant. Dans le cadre de la prescription, le vétérinaire peut demander au détenteur de réaliser des injections.

Mesures d’hygiène préalables

  • Se laver les mains
  • Brosser le cheval en regard de la zone d’injection. De l’alcool peut être utilisé sur la zone d’injection mais permet surtout de lisser, nettoyer et dégraisser le poil et ne permet pas de désinfecter la zone.

Conservation des médicaments

  • Stockage à l’abri de la lumière, de la poussière, de la chaleur ou du gel.
  • Certains médicaments injectables doivent être conservés au réfrigérateur : demander conseil au vétérinaire traitant.
  • Les produits injectables périmés ou ouverts depuis plus d’1 mois doivent être jetés. Ils peuvent présenter un défaut de stérilité ou un risque toxique pour le cheval.Il est donc important de noter la date d’ouverture du flacon au marqueur indélébile sur celui-ci.

Matériel

  • Utiliser des aiguilles et seringues à usage unique et stériles. Des dates de péremption indiquent l’optimum de stérilité.  
  • Les aiguilles ont des diamètres et longueurs différents. Ces éléments sont précisés sur les boites elles-mêmes et le code couleur du capuchon de l’aiguille permet une identification rapide de ces différentes tailles. Utiliser chacune de ces aiguilles en fonction de la consistance du produit à injecter, de la voie d’administration et du volume à injecter :
    • une aiguille rose pour un liquide épais,
    • une aiguille verte ou jaune pour un liquide plus fluide,
    • une aiguille bleue pour les petits volumes de liquide fluide pour les injections intra-veineuses.

Voici quelques précautions simples et indispensables pour éviter les incidents :

  • Vérifier au préalable sur l’ordonnance la posologie, la voie d’administration et le volume à injecter. En cas de doute, il est préférable de demander conseil auprès du vétérinaire traitant, des erreurs pouvant être fatales pour le cheval.
  • Ne pas utiliser aiguilles et seringues plus d’une fois.
  • Sortir aiguilles et seringues de leur emballage, sans toucher aux parties de la seringue et de l’aiguille qui seront en contact avec le produit et les structures internes de l’animal : tenir l’aiguille uniquement par l’embout plastique, jamais par la partie métallique.
  • Homogénéiser les suspensions avant leur utilisation.
  • Les bouchons des flacons multiponctionnables doivent être passés à l’alcool avant de prélever le volume nécessaire.
  • Utiliser une aiguille, pour la ponction du liquide, différente de celle qui servira à l’injection elle même. Ainsi, la pointe ne sera pas émoussée par le perçage du flacon et l’aiguille ne contiendra pas de petites particules de caoutchouc.
  • Nettoyer la peau avec du coton imbibé d’alcool.
  • Enfin, par sécurité, faire tenir l’animal par un aide situé du même côté que la personne qui réalise l’injection.

Injections intra-musculaires (IM)

 

Les injections par la voie IM peuvent être faites dans la cuisse, la croupe ou l’encolure.

 

Dans l’encolure

> Localisation

L’injection doit être faite au centre du triangle rectangle délimité par :

  • le ligament nuchal (au-dessus),
  • le devant de l’épaule (en arrière),                 
  • les vertèbres cervicales (en-dessous)

> Avantage

Facilité d’accès

> Inconvénients

Masses musculaires peu importantes (ne pas injecter un volume trop important), proximité des vertèbres cervicales, drainage difficile lors d’abcédation. Cette localisation est à éviter chez le poulain sous la mère : en cas de douleur et gonflement au point d’injection, celui-ci peut avoir du mal à téter.

Dans la croupe

> Localisation

Partie la plus haute et la plus bombée de la croupe, à mi-chemin entre la pointe la hanche et la pointe de la croupe (environ un travers de main au-dessus de la pointe de la hanche)

> Avantage

Masse musculaire plus étendue et charnues

> Inconvénients

Très mauvais drainage lors d’abcédation, peau épaisse (ce qui nécessite d’implanter l’aiguille plus fortement).

Dans la cuisse

> Localisation

Mi-hauteur de la fesse

> Avantage

Masse musculaire importante, même chez les poulains

> Inconvénient

Plus dangereux pour la personne qui injecte

Poitrail

Il faut éviter le poitrail car les muscles sont petits, et les masses musculaires graisseuses environnantes ne permettent pas une bonne diffusion du médicament.

Comment procéder ?

Les injections peuvent être réalisées à aiguille « montée » ou « démontée » (dans ce cas, la seringue est fixée seulement après avoir correctement implanté l’aiguille) selon les habitudes de chacun.

En général, il est préférable de ne pas dépasser un volume de 30ml à un point d’injection. 
En cas de traitement nécessitant des injections répétées (ex : 2 fois par jours pendant plusieurs jours), alterner les points d’injections : encolure côté droit, encolure côté gauche, croupe côté droit, croupe coté gauche, …

Pour faire une injection intra-musculaire à aiguille démontée :

  • Implanter l’aiguille.
  • Vérifier l’absence de sang. Si du sang apparaît, implanter l’aiguille à un autre endroit. Pour certains produits, en particulier la pénicilline procaïne, l’injection du produit dans de petits vaisseaux peut provoquer un choc « allergique ».
  • Monter la seringue, aspirer légèrement pour vérifier à nouveau l’absence de retour de sang.
  • Injecter lentement.
  • Retirer l’aiguille en faisant simultanément pression sur la peau (évite un décollement de la peau qui transformerait l’injection IM en une injection sous-cutanée, pour laquelle l’absorption du produit ne serait plus la même).

Les injections intra-veineuses (IV)

Seuls certains produits peuvent être injectés par voie IV. Vérifier bien ce qui est écrit sur l’ordonnance.

> Localisation

Veine jugulaire (localisée dans le sillon jugulaire de l’encolure)

> Avantages

(par rapport à une injection IM, lorsque le produit peut être injecté par les deux voies)

Action plus rapide de la substance sur l’organisme.

> Inconvénients

  • Risque de choc : si le produit est inadapté.
  • Risque d’irritation locale voire de phlébite (obstruction d'une veine, suite à la formation d'un caillot de sang) si la substance passe à côté de la veine alors qu’elle doit être injectée par voie IV stricte.
  • Proximité de la trachée, l’artère carotide, le nerf vague

Comment procéder ?

  1. Faire une compression de la veine jugulaire à l’aide de la main gauche et vérifier qu’elle se gonfle et qu’elle est souple à la palpation. Il est dangereux de faire une injection si l’une des deux veines est irritée ou bouchée.
  2. Vérifier sur l’ordonnance ou la notice du médicament que le produit peut être injecté par voie IV chez le cheval
  3. Vérifier la qualité du produit : ne pas injecter un produit présentant des dépôts ou impuretés.
  4. Nettoyer le sillon jugulaire à l’alcool.  Faire une compression à la base de l’encolure pour faire gonfler la veine et faciliter l’implantation de l’aiguille.
  5. Pour une injection à aiguille démontée : Introduire l’aiguille dans l’axe du sillon jugulaire, avec un angle de 20-30° par rapport à la peau, le biseau dirigé vers soi. Le sang veineux est rouge sombre et s’écoule goutte-à-goutte. Pour éviter une ponction accidentelle de l’artère carotide (juste en-dessous), implanter l’aiguille dans le tiers proximal de l’encolure (le tiers le plus près de la tête). Si l’aiguille a été implantée dans la carotide, le sang s’écoule en jet de couleur rouge vif. Dans ce cas, ressortir l’aiguille immédiatement et effectuer une forte compression de la zone de ponction.
  6. Fixer la seringue puis aspirer un peu de sang pour vérifier que l’aiguille est toujours dans la veine. Si la quantité de produit est importante, répéter cette opération en cours d’injection (« barbottage »)
    Si le cheval bouge, aspirer toujours un peu de sang avant de continuer à injecter, pour être sûr d’être toujours dans la veine.
  7. Injecter lentement en surveillant les réactions du cheval.
  8. Rincer la seringue en aspirant un peu de sang avant de retirer l’aiguille.
  9. Faire une légère compression avec un coton imbibé d’alcool, et surveiller l’animal pendant le 1/4 d’heure qui suit.

 

En cas de réactions anormales, consulter le vétérinaire traitant.

 

Les injections sous-cutanées

Cette voie d’injection est à utiliser uniquement pour les sérums trivalents et anti-tétaniques chez le cheval. Elles sont plus faciles à réaliser dans le poitrail. Réaliser un pli de peau et injecter dans le triangle formé par le pli. Le point de vigilance est de ne pas traverser la peau. Pour cela des aiguilles de faibles longueur doivent être utilisées (bleues ou jaunes).

Voir aussi

Liens vers des pages sur un thème proche

Lettre d'information "Avoir un cheval"

 

Inscrivez-vous et recevez la lettre chaque mois par email 


Grâce à cette lettre mensuelle, restez informé de nos derniers articles publiés, des fiches encyclopédiques et des vidéos en ligne sur les sujets qui vous concernent : alimentation, santé, reproduction, génétique, comportement, infos réglementaires... et bien d'autres!

 

Je souhaite recevoir la lettre d'information gratuite "Avoir un cheval"